Au Maroc, il est temps de se pencher sur « l’interruption volontaire de grossesse »

30 septembre 2022 - 19h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le gouvernement a finalement réagi à l’affaire Meryem, la fille de 14 ans, violée et décédée lors d’un avortement clandestin. Lors du point de presse hebdomadaire, le porte-parole du gouvernement a affirmé qu’il était temps que le Code pénal se penche sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Le gouvernement estime qu’il n’est pas possible d’aborder « le Code pénal de manière fragmentée devant le parlement selon les événements qui se passent dans la société », soulignant que ne pas se prononcer à temps sur cette triste affaire ne veut pas dire que le gouvernement reste insensible. « Encore une fois nous nous arrêtons pour observer certains phénomènes qui nous font mal en tant que citoyens marocains avant d’être des responsables gouvernementaux ».

À lire : Le débat sur l’avortement relancé au Maroc

Tout en reconnaissant que le viol reste un phénomène réel en dépit des nombreuses dispositions pour le décourager, Mustapha Baitas a déclaré qu’aucun enfant ne devrait subir de telles atrocités. « Je ne minimise pas ce qui s’est passé. C’est grave et sérieux, et il ne faut pas que ça se répète, surtout qu’il s’agit d’une enfant qui avait la vie devant elle et qui a été victime d’un phénomène qui existe dans notre société, nous n’allons pas le réfuter ». Il a insisté sur le fait que le gouvernement se sent préoccupé et concerné par la question, et que « les modifications prévues dans le Code pénal aborderont ce sujet ».

À lire : Meknès : arrestation d’un médecin,cerveau d’un réseau d’avortement clandestin

Le Maroc enregistre par jour entre 600 et 800 avortements illégaux avec toutes les conséquences possibles. Les associations de protection des droits de la femme et des enfants, appellent à alourdir les peines des violeurs et pédophiles et à dépénaliser l’IVG. Devant les statistiques des femmes décédées pour avortement clandestin, le roi Mohammed VI avait évoqué en 2015, la possibilité de légaliser partiellement l’avortement en 2015. L’IVG devait être légalisée dans « quelques cas de force majeure » comme pour les « grossesses qui résultent d’un viol ou d’inceste, ou encore pour de graves malformations et maladies incurables que le fœtus pourrait contracter », avait-il déclaré.

À lire : Marrakech : procès en appel des accusés d’avortements clandestins

Mais malheureusement les travaux n’ont jamais évolué. Les amendements sont bloqués et de nombreuses marocaines continuent de recourir à l’avortement clandestin et ses inconvénients.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Avortement - Code pénal marocain - Conseil de gouvernement - Mustapha Baitas

Aller plus loin

Meknès : arrestation d’un médecin,cerveau d’un réseau d’avortement clandestin

Les services de la police de Meknès ont démantelé un réseau actif dans le trafic de médicaments de contrebande et d’avortement clandestin. À la tête de cette bande criminelle,...

Le débat sur l’avortement relancé au Maroc

Une nouvelle proposition de loi sur l’avortement a été soumise il y a quelques jours au Parlement par le groupe du PPS. Elle entend non seulement réformer la loi sur...

Le débat sur l’avortement relancé au Maroc

Le décès au Maroc d’une mineure de 14 ans, début septembre, des suites d’un avortement clandestin, a relancé le débat sur la dépénalisation de cette pratique qui prend de...

Fès : 7 individus, dont un gynécologue risquent la prison pour pratique d’avortement

Sept personnes font l’objet d’une enquête ouverte mardi, par la brigade régionale de la police judiciaire de Fès. Elles seraient impliquées dan une affaire de pratique...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : allègement des mesures fiscales pour 2023

Le gouvernement marocain a décidé d’alléger une série de mesures fiscales consignées dans le projet de loi de finances 2023 qui fera l’objet d’examen et de vote à la Chambre des conseillers dès ce lundi 5 décembre 2022.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : une bonne nouvelle pour les salariés ?

Le dialogue social entre le gouvernement, le patronat et les syndicats va se tenir en septembre. Le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) va-t-il augmenter de 5 % dès le 1ᵉʳ septembre, conformément à l’accord signé le 30 avril 2022 ?

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : où en est l’aide au logement ?

Des discussions sont en cours entre les parties prenantes pour finaliser le décret relatif à l’aide directe au logement en vue de sa présentation au Conseil de gouvernement dans les prochains jours.

Nabyl Lakhdar n’est plus directeur de l’administration de la douane

Le gouvernement a annoncé la nomination de Nabyl Lakhdar, ancien directeur général de l’administration de la Douane, au poste de Secrétariat général du ministère de l’Économie et des Finances.

Entre droits des MRE et échange de renseignements fiscaux : le dilemme du gouvernement marocain

Le gouvernement d’Akhannouch revient sur les deux projets de loi sur l’échange de renseignements fiscaux et de données des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Par la voix de son porte-parole, Mustapha Baïtas, il rassure une fois de plus les MRE.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.