Maroc : ces ministres qui veulent quitter le gouvernement

29 mai 2024 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Alors que de nombreuses rumeurs font état d’un remaniement, certains ministres sont impatients de quitter le navire d’Aziz Akhannouch pour diverses raisons. Qui sont ces membres du gouvernement ?

La perspective d’un remaniement ministériel semble de plus en plus probable et les rumeurs vont bon train. Aziz Akhannouch pourrait annoncer de nouveaux changements au sein de son gouvernement avant le conseil des ministres de juin ou juillet 2024, qui devrait examiner les grandes orientations du projet de loi de Finances 2025, croit savoir Al Akhbar, ajoutant qu’un éventuel remaniement ne semble pas ébranler certains ministres qui s’impatientent de quitter l’équipe gouvernementale pour diverses raisons. Les raisons les plus probables sont la rémunération qui est en dessous de ce qu’ils gagnent dans le privé et les atteintes à leur vie privée. Les médias australiens ont récemment évoqué une présumée relation amoureuse entre Leila Benali, ministre de la Transition énergétique et du développement durable et le milliardaire australien Andrew Forrest.

À lire :Maroc : remaniement ministériel imminent

Qui sont ces ministres qui souhaitent quitter le gouvernement d’Aziz Akhannouch ? Selon le quotidien, il y a Mohamed Abdeljalil, ministre les Transports et de la Logistique, dont le revenu dans le secteur privé était trois fois plus important que celui qu’il perçoit en tant que ministre ; Leila Benali, qui travaillait à l’étranger pour le compte du secteur privé ; Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Économie et des finances, qui vient du monde de l’entreprenariat où elle gagnait plus que sa rémunération de ministre. Alaoui avait été critiquée durant la période du Covid pour sa gestion du secteur du Tourisme, puis au ministère de l’Économie et des Finances. Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice, qui serait parmi les ministres qui seront débarqués du gouvernement, est impatient de retrouver son cabinet d’avocat. Il a entre-temps reconnu devant les députés qu’en entrant au sein du gouvernement, il avait perdu les millions que lui rapportait son cabinet d’avocat.

À lire :Réaction d’Abdellatif Ouahbi sur un éventuel remaniement du gouvernement

En revanche, les ministres qui font preuve d’efficacité et d’un bon management ne seraient pas tentés par un éventuel départ. Il s’agit de Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, d’Abdellatif Loudiyi, ministre délégué chargé de l’Administration de la Défense nationale, rattaché directement au roi, chef suprême et chef d’état-major général des Forces armées royales (FAR) ; d’Ahmed Toufiq, l’inamovible ministre des Habous et des Affaires islamiques ; d’Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur et de Fouzi Lekjaâ, ministre chargé du Budget.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Aziz Akhannouch - Conseil de gouvernement - Gouvernement marocain

Aller plus loin

Maroc : pas de remaniement ministériel en vue

Le ministre Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, a réagi, lors du point de presse de ce jeudi 7 avril 2022, sur les rumeurs évoquant un remaniement ministériel imminent.

Maroc : remaniement imminent pour le gouvernement ?

Au Maroc, Aziz Akhannouch s’apprêterait à remanier le gouvernement. Qui sont les ministres concernés par ce réajustement ?

Remaniement ministériel au Maroc : les noms qui circulent

Un remaniement ministériel s’annonce imminent. Qui sont ceux qui ne feront plus partie de l’équipe d’Aziz Akhannouch ou garderont leurs portefeuilles ?

Maroc : remaniement ou pas remaniement ?

L’éventualité d’un remaniement ministériel agite l’opinion publique marocaine. Aziz Akhannouch prépare-t-il un réajustement de son équipe ?

Ces articles devraient vous intéresser :

Restrictions d’eau : voici ce qui attend les Marocains

Face à une crise hydrique majeure imminente, le gouvernement d’Aziz Akhannouch a pris des mesures strictes pour lutter efficacement contre la pénurie d’eau.

Royal Air Maroc : 200 avions prévus d’ici 2037

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch et le Président-directeur général de la Royal Air Maroc (RAM), Hamid Addou, ont procédé mardi à Rabat, à la signature du contrat-programme 2023-2037. Objectif, améliorer l’attractivité de la destination Maroc et...

Total Mauritanie dans le giron du groupe marocain Akwa Africa

Le rachat par Akwa Africa, filiale du groupe Akwa, holding du chef du gouvernement marocain, de la filiale mauritanienne du groupe énergétique français TotalEnergies sera bientôt officialisé. Au Maroc, le Conseil de la concurrence a donné carte blanche...

Tanger Med : Un recrutement qui fait polémique

Zineb Simou, la parlementaire du parti Rassemblement national des Indépendants (RNI), a interpellé le gouvernement d’Aziz Akhannouch sur un recrutement au port de Tanger Med jugé exclusif.

Maroc : où en est l’aide au logement ?

Des discussions sont en cours entre les parties prenantes pour finaliser le décret relatif à l’aide directe au logement en vue de sa présentation au Conseil de gouvernement dans les prochains jours.

Maroc : la grande réforme du Code de la famille est lancée

Suite aux instructions du roi Mohammed VI, le gouvernement d’Aziz Akhannouch s’active pour la réforme du Code de famille.

Au Maroc, le parti au pouvoir dit niet au mariage homosexuel

Le parti Rassemblement national des Indépendants (RNI) présidé par Aziz Akhannouch, chef du gouvernement marocain, affiche son opposition au mariage homosexuel.

La chanteuse Fatima Tabaamrant menacée par un salafiste

Alors qu’elle fait l’objet d’attaques verbales de la part d’un prédicateur salafiste, l’icône de l’art amazigh, Fatima Tabaamrant, ancienne députée RNI, vient de recevoir le soutien du parti d’Aziz Akhannouch.

Les Marocains du monde, au cœur d’une importante réunion à Rabat

Le Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, a présidé la dixième réunion de la Commission ministérielle dédiée aux Marocains résidant à l’étranger (MRE)à Rabat hier, jeudi. Dans le cadre de cette réunion, il a mis en avant l’engagement du...

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.