La mort d’une Marocaine de 14 ans relance le débat sur l’avortement

14 septembre 2022 - 16h20 - Maroc - Ecrit par : P. A

Les associations de défense des droits des femmes ont appelé mardi à la dépénalisation de l’avortement au Maroc, après la mort d’une mineure de 14 ans des suites d’un avortement clandestin.

La jeune fille est décédée mercredi dernier dans le village de Boumia, dans le centre du royaume, des suites d’une hémorragie causée par un avortement clandestin pratiqué par une infirmière de l’hôpital de Midelt et un technicien de santé de l’hôpital d’Azrou dans la maison de son petit ami âgé de 25 ans, fait savoir le quotidien Al Akhbar.

À lire : Le débat sur l’avortement relancé au Maroc

Dans une déclaration, le collectif Printemps de la dignité, regroupant vingt-cinq associations féministes, a déploré mardi le décès de la mineure et appelé à une réforme juridique pour dépénaliser l’avortement afin d’empêcher les femmes et les filles à recourir à des avortements clandestins à risque « quelles que soient les circonstances dans lesquelles la grossesse s’est produite ».

À lire : Maroc : vers une libéralisation partielle de l’avortement

Le collectif exige un « changement radical et complet du droit pénal conformément à la constitution et aux conventions internationales » et que l’avortement soit uniquement autorisé si la grossesse « présente un danger pour la santé physique, psychologique, mentale ou sociale » de la mère. Il appelle aussi à l’élaboration d’un « plan pour prévenir les grossesses non désirées et permettre aux filles et aux femmes d’avoir une éducation sexuelle ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Lois - Femme marocaine - Avortement

Aller plus loin

Inezgane : plusieurs arrestations après un avortement qui a mal tourné

Quatre personnes ont été arrêtées par les éléments de la brigade nationale de la police judiciaire d’Inezgane, et déférées devant le parquet pour leur implication dans un...

Le débat sur l’avortement relancé au Maroc

Une nouvelle proposition de loi sur l’avortement a été soumise il y a quelques jours au Parlement par le groupe du PPS. Elle entend non seulement réformer la loi sur...

Libertés individuelles : un collectif d’intellectuels marocains prône une réforme profonde

Huit personnalités ayant occupé des postes importants au Maroc viennent de publier un document, une sorte de manifeste qu’elles espèrent, aboutira sur un projet de loi sur la...

«  Fatima – Mourir à 14 ans  » (Reportage - Arte)

Fatima, une jeune Marocaine, n’a pas survécu en 2013 aux violences domestiques répétées qu’elle subissait de la part de ses employeurs à Agadir. Retour sur le meurtre silencieux...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’humoriste Taliss s’excuse après avoir insulté la femme marocaine

L’humoriste Taliss de son vrai nom Abdelali Lamhar s’est excusé pour la blague misogyne qu’il a faite lors d’une cérémonie organisée en hommage aux Lions de l’Atlas qui ont atteint le dernier carré de la coupe du monde Qatar 2022. Il assure n’avoir pas...

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines pratiques discriminatoires à l’égard des femmes ont encore la peau dure. C’est ce...

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

L’actrice Malika El Omari en maison de retraite ?

Malika El Omari n’a pas été placée dans une maison de retraite, a affirmé une source proche de l’actrice marocaine, démentant les rumeurs qui ont circulé récemment sur les réseaux sociaux à son sujet.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...