Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

26 novembre 2023 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Entre le 1ᵉʳ juillet 2021 et le 30 juin 2023, les centres d’écoute du « Réseau associatif LDDF-INJAD contre la violence basée sur le genre » et de « Femmes Solidaires » ont respectivement accueilli 2 677 et 6 797 femmes victimes de violences, contre 8 012 par rapport à la période 2018-2021, fait savoir la Fédération de la Ligue démocratique des Droits des Femmes dans son dernier rapport de la Fédération sur les « violences basées sur le genre ». En d’autres termes, les violences faites aux femmes ont augmenté ces dernières années.

À lire : Plus de la moitié des Marocaines victimes de violence conjugale

Avec 20 353 cas enregistrés représentant 46,2 %, les violences psychologiques arrivent en tête. Viennent ensuite les violences socio-économiques (10 940 cas, soit 24,8 %), les violences physiques (6 572 cas, soit 15,1 %), les violences sexuelles (3 518 cas, soit 8,4 %) et les violences et juridiques (2 324 cas, soit 5,5 %). S’agissant des violences psychologiques, en particulier les insultes, les calomnies et les attaques verbales, elles constituent la forme prédominante, représentant 28 % des cas enregistrés, précise le rapport. Viennent ensuite les mauvais traitements (18 %) que des conjoints, des ex-partenaires ou des membres de la famille, font souvent subir aux femmes, lesquels mettent à mal leur santé mentale des femmes, leur estime de soi.

À lire :Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le rapport indique que les violences physiques, notamment les coups et blessures, avec ou sans utilisation d’armes, sont les actes les plus courants. Ces violences touchent 59 % des femmes expatriées. Environ 60 % des femmes expatriées accueillis dans les centres des deux réseaux affirment avoir été victimes de violence économique et sociale, tels que le non-paiement délibéré de la pension alimentaire. Autre acte plus marquant signalé par les femmes venant dans les centres des deux réseaux : l’acte de harcèlement sexuel qui touche 30 % des femmes. De quoi attester que les mesures de protection prévues par la loi n° 103.13 contre la violence envers les femmes s’avèrent peu efficaces. Il s’avère donc urgent de revoir la définition du harcèlement sexuel dans le Code pénal marocain et la loi 103.13.

À lire :Les femmes marocaines demandent de plus en plus le divorce

Cette loi stipule que « la personne est coupable de harcèlement sexuel… quiconque en usant de l’autorité que lui confère ses fonctions, harcèle autrui en usant d’ordres de menaces de contrainte ou de tout autre moyen, dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle ». En clair, l’acte de harcèlement commis pour la première fois « reste autorisé, à condition que le législateur stipule la persévérance, ce qui indique l’insistance sur l’acte et sa répétition », commente Hespress.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Femme marocaine - Violences et agressions

Aller plus loin

Maroc : hausse des chiffres des violences faites aux femmes

Le Maroc a enregistré cette année une hausse des violences contre les femmes, qui ont concerné 61 388 affaires, selon un bilan de la Direction générale de la sûreté nationale.

Les femmes marocaines demandent de plus en plus le divorce

Le nombre de divorces avoisine près de 800 chaque jour au Maroc. Plus de la majorité des procédures de divorces se font par consentement mutuel comparativement aux procédures...

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Que pensent les Marocains de la violence domestique ?

Les Marocains se montrent partagés sur la violence domestique, selon les conclusions d’un récent sondage sur la violence contre les femmes.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc face à l’urgence de réglementer les VTC

La bagarre entre un chauffeur de taxi et un autre sans licence (VTC), révélée par une vidéo devenue virale sur les réseaux, a fini par dégénérer. Les deux protagonistes ont causé des dommages réciproques à leurs véhicules. De tels incidents deviennent,...

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Ali B : un nouvel abum pour faire oublier ses ennuis judiciaires

Après avoir été éclaboussé par une affaire d’agressions sexuelles sur des candidates de l’émission The Voice of Holland, le rappeur néerlandais d’origine marocaine Ali B préparerait son retour sur la scène musicale. Il serait sur le point de sortir un...

Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Catalogne : un Algérien suspecté d’agression violente d’un Marocain arrêté

L’homme d’origine algérienne qui a violemment agressé un ressortissant marocain cette semaine dans le nord de l’Espagne a finalement été arrêté par la police. Un avis de recherche avait été émis le qualifiant d’individu « très dangereux ».

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.

L’humoriste Taliss s’excuse après avoir insulté la femme marocaine

L’humoriste Taliss de son vrai nom Abdelali Lamhar s’est excusé pour la blague misogyne qu’il a faite lors d’une cérémonie organisée en hommage aux Lions de l’Atlas qui ont atteint le dernier carré de la coupe du monde Qatar 2022. Il assure n’avoir pas...