Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

4 octobre 2023 - 14h30 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Bien que le mariage des mineures soit interdit par le Code de la famille, cette pratique continue de s’observer au Maroc parce que le même Code, en ses articles 19 et 20, donne pouvoir aux juges d’autoriser ces mariages dans des conditions bien définies. Une faille juridique qu’exploitent certains Marocains, ce qui explique l’augmentation, d’année en année, des cas de mariages de mineures, passant de 12 000 cas en 2020 à 19 000 en 2021.

À lire : Le mariage des mineures au Maroc : une exception devenue la règle

Selon une étude publiée en 2021 par le parquet et menée sur la période 2015-2019, 1 099 mineures de 17 ans et 744 mineures de plus de 17 ans et demi ont été victimes de cette pratique au cours de la période. De même, 262 mineures entre 16 ans et demi et 17 ans, ainsi que 181 mineurs entre 16 ans et 16 ans et demi, 13 mineures entre 15 et 16 ans et une mineure de moins de 15 ans ont été mariées au cours de la période de référence.

À lire : Vers la criminalisation du mariage des mineures ?

Analysant ces chiffres inquiétants, le parquet marocain est venu à la conclusion que le mariage précoce affecte la santé des mineures qui subissent des violences psychologiques, économiques, physiques et sexuelles.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Moudawana (Code de la famille) - Enfant - Mariage

Aller plus loin

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au...

Polygamie, héritage, mariage des mineurs : Le combat des féministes marocaines

Des associations féministes marocaines se sont réunies ce jeudi pour réclamer l’interdiction du mariage des mineurs, de la polygamie et une révision du régime d’héritage dans le...

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données...

Plus de la moitié des Marocaines victimes de violence conjugale

Dans son recueil intitulé « La femme marocaine en chiffres 2023 », le Haut-Commissariat au Plan (HCP) révèle les statistiques sur la condition féminine au Maroc, notant entre...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...