Le mariage des mineures au Maroc : une exception devenue la règle

8 août 2023 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Depuis des années, le taux de prévalence des mariages des mineurs évolue en dents de scie au Maroc. En cause, l’article 20 du Code de la famille qui donne plein pouvoir au juge d’autoriser ce type de mariage « par décision motivée précisant l’intérêt et les motifs justifiant ce mariage » alors que législateur a fixé la majorité à 18 ans.

« Alors que le Maroc est signataire de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant (CDE) et que son Code de la famille fixe l’âge minimum du mariage à 18 ans, l’article 20 du Code de la famille habilite le juge à autoriser le mariage des mineur.e.s sous certaines conditions, sans pour autant préciser un seuil minimum pour la dérogation à l’âge légal », fait remarquer Zoubida Reghay, docteure en politiques publiques égalitaires dans une tribune publiée par ENASS.ma.

À lire : Vers la criminalisation du mariage des mineures ?

Citant une étude du ministère de la Justice et des libertés, elle a fait savoir que le nombre de mariages des mineur.e.s n’a cessé d’augmenter année après année depuis 2004, année d’effectivité du Code de la famille, jusqu’à atteindre un pic en 2011, passant de 18 341 à 39 031 cas. Le phénomène commence à régresser légèrement chaque année, avec 25 514 cas enregistrés en 2018, selon les dernières statistiques officielles disponibles. La même étude révèle qu’en 2018, 85 % des demandes d’autorisation de mariage déposées auprès des juges concernaient des mineur.e.s, contre 85,46 % en 2013 et 88,81 % en 2004.

À lire : Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

De plus, « le mariage des mineures touchent aussi bien le milieu urbain que le milieu rural », fait remarquer l’universitaire. Pour preuve, pour les femmes mariées avant 18 ans, 52 % vivent en milieu urbain, selon les statistiques de 2019 du ministère de la Justice. Elle déplore le fait que le mariage des mineur.e.s qui est une exception prévue par la loi soit devenue la règle. Mais l’espoir est encore permis. Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice promet y remédier à travers la réforme du Code pénal. « La question du mariage des mineurs ne doit plus être posée. Il faut la trancher, car il est inconcevable qu’une fille soit privée de sa scolarité et de son enfance », avait-il déclaré le 3 janvier dans un talk show sur la chaîne marocaine al-Aoula.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Famille - Mariage

Aller plus loin

Après le séisme au Maroc, les filles en danger ?

Face au risque d’augmentation des mariages, des agressions sexuelles de mineures et du trafic d’enfants après le puissant tremblement de terre du 8 septembre au Maroc, des...

Maroc : elle se suicide pour échapper à un mariage forcé

Une jeune lycéenne s’est suicidée dans la commune de Zaggota, relevant de la province de Sidi Kacem après que sa famille l’a obligé à arrêter ses études et à se plier à un...

Vers la criminalisation du mariage des mineures ?

Le mariage des mineures est un phénomène persistant au Maroc en raison du pouvoir de dérogation accordé aux juges. Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, farouchement...

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plus de 70% des femmes marocaines recourent aux méthodes contraceptives

Au Maroc, plus de 70 des femmes ont recours aux méthodes contraceptives. C’est ce qui ressort d’un récent rapport du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Maroc : le mariage fastueux de la fille d’un haut dirigeant soulève des polémiques

Le mariage somptueux organisé par le président de la Chambre des conseillers, Naam Miyara, pour sa fille, soulève de vives polémiques. La quatrième personnalité politique du Maroc après le roi, le chef du gouvernement et le président de la Chambre des...

Chaque mois, Achraf Hakimi verse 100 000 euros à sa mère

Durant la coupe du monde Qatar 2022, les instants pleins d’amour entre l’international marocain Achraf Hakimi et sa mère ont ému les supporters et les internautes et témoignent de l’attachement de l’un envers l’autre. La star du PSG veille sur sa mère...

Achraf Hakimi : « Ma mère était une femme de ménage. Mon père était un vendeur ambulant »

Le Maroc a remporté dimanche son match face à la Belgique (2-0) lors de la 2ᵉ journée du groupe F de la Coupe du monde. Achraf Hakimi a dédié la victoire à sa mère qu’il est allé embrasser dans les tribunes à la fin du match. L’image de la scène est...

Maroc : des changements majeurs pour les MRE en matière de droit de la famille

Le Maroc a décidé d’alléger considérablement les procédures administratives en matière du Droit de la famille, notamment le mariage, le divorce et l’état civil en faveur des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Le mariage qui a sauvé un village

La célébration d’un mariage a sauvé tous les habitants d’un village marocain lors du tremblement de terre meurtrier du 8 septembre, qui a détruit leurs maisons.

Divorces au Maroc : Une tendance inquiétante à la hausse

Au Maroc, le nombre de mariages a considérablement baissé, tandis que les cas de divorce ont enregistré une forte hausse au cours des quinze dernières années. C’est ce qu’indique le Haut-commissariat au plan (HCP) dans un récent rapport.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...