Hôtels au Maroc : la fin du certificat de mariage ne plaît pas à tout le monde

28 mai 2024 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, la levée de l’exigence d’un certificat de mariage dans les hôtels est loin de faire l’unanimité. Alors que certains Marocains ont célébré cette évolution comme une étape vers plus de liberté personnelle et de vie privée, d’autres estiment que cette décision porte atteinte aux valeurs sociales marocaines et va à l’encontre des enseignements islamiques.

La police a contacté les propriétaires d’hôtels et leur a annoncé qu’il n’est plus permis d’exiger des contrats de mariage des couples lors de la réservation de chambres, et qu’une femme célibataire résidant dans la même ville peut louer une chambre. Cette nouvelle est diversement appréciée par les Marocains. « Bonne nouvelle, espérons que cela s’étende à tout le Maroc… nous ne vivons plus dans les années 1970 », commente un internaute marocain sur X. Un autre internaute marocain a qualifié cette décision de « grande nouvelle pour le pays ». Pour lui, il s’agit d’une question de liberté personnelle et de vie privée. D’autres internautes ont en revanche critiqué cette décision qui porte, selon eux, atteinte aux valeurs sociales marocaines et va à l’encontre des enseignements islamiques. « Nous sommes dans un pays musulman et non libéral ! Qu’Allah guide son peuple », a déclaré un internaute marocain sur X. Il y a des internautes marocains qui pensent que la décision ouvre la porte à des comportements contraires aux mœurs marocaines et encourage l’adultère, rapporte Morocco World News. Certains ont adopté une position neutre. Ils ont plaidé pour le droit des femmes à accéder à un logement sans discrimination. « Une femme autorisée à séjourner seule à l’hôtel ne devrait pas être interdite. Cependant, les couples sans acte de mariage sont une autre affaire », a déclaré un autre internaute.

À lire :Maroc : présenter un acte de mariage dans les hôtels c’est fini

Younes Mendris, propriétaire du Riyad à Fès, s’invite dans la controverse. Selon lui, les récentes déclarations des hôteliers concernant l’acceptation des couples non mariés sont des « opinions personnelles » et ne reflètent pas les réalités juridiques. « Seul le législateur a le pouvoir de criminaliser ou d’autoriser de telles pratiques par les voies législatives officielles », a-t-il expliqué, tout en mettant en garde contre les conséquences juridiques potentielles pour les hôteliers si des problèmes surviennent impliquant des couples non mariés, comme la mort ou des activités criminelles. Mendris a tenu à souligner l’importance de directives juridiques claires avant de mettre en œuvre des changements dans les politiques hôtelières. « Durant cette période intérimaire, il est prudent d’attendre des directives juridiques ou ministérielles explicites sur la question. Après la récente déclaration du ministre de la Justice, celui-ci a été immédiatement convoqué par la commission législative pour une discussion urgente. D’ici là, la prudence est de mise », a-t-il ajouté. Que pense-t-il du refus des clientes féminines ayant la même adresse que l’hôtel ? « il n’y a ni loi ni décret en la matière », a-t-il assuré. Selon ses explications, « il s’agit simplement d’une pratique habituelle des hôteliers depuis des années, sans fondement juridique. Au contraire, les clients ont le droit de déposer une plainte contre les hôtels s’ils se voient refuser un hébergement alors qu’ils ont une réservation. Les hôtels sont des espaces publics avec des devoirs et des obligations à respecter ».

À lire :Couples non-mariés et hôtels au Maroc : Ouahbi monte au créneau

Pour étayer son propos, Mendris a raconté le cas d’une femme. Après une dispute avec son mari, elle s’était vu refuser un hébergement dans un hôtel en raison de son adresse locale et avait ensuite été agressée dans la rue. Elle a poursuivi l’hôtel en justice et a gagné le procès, a-t-il déclaré, soulignant l’attente légale des hôtels pour qu’ils fournissent un hébergement sans discrimination fondée sur la résidence.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Mariage - Hôtellerie - Islam - Religion

Aller plus loin

Maroc : présenter un acte de mariage dans les hôtels c’est fini

L’obligation de présenter un contrat de mariage lors de la réservation de chambres d’hôtel au Maroc pour les couples aurait été annulée. Cette décision survient après la colère...

Les couples non-mariés pourraient partager une chambre d’hôtel au Maroc

Au Maroc, le ministère du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire a engagé des concertations avec les ministères de l’Intérieur et de la Justice, en vue...

Couples non mariés et hôtels au Maroc : vers la fin des abus ?

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice, lance un avertissement aux hôtels qui exigent des documents non autorisés notamment un certificat de mariage des couples marocains.

Le Maroc lève-t-il le tabou des couples non-mariés dans les hôtels ?

Le gouvernement marocain envisage de lever l’interdiction faite aux couples non-mariés de partager une même chambre d’hôtel.

Ces articles devraient vous intéresser :

Quand débute le ramadan au Maroc ?

Le ministère des Habous et des Affaires islamiques va annoncer courant la semaine prochaine, la date de l’observation du croissant lunaire au Maroc, prévue le dimanche 29 Chaabane 1445 H après le coucher du soleil, correspondant au 10 mars 2024. Ainsi,...

Maroc : Voici la date de l’Aïd al-Adha 2024

Alors que l’Aïd El Fitr marquant la fin du mois de ramadan, a été fêté il y a un peu moins d’un mois, les Marocains sont fixés sur la date de l’Aïd al-Adha.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

La date de l’Aïd al Fitr au Maroc connue

L’observation de la nouvelle lune du mois de Chaoual 2023/1444 commencera ce jeudi 20 avril 2023, mais il semble que la plupart des pays arabes ne pourront pas observer le croissant à l’œil nu. C’est du moins ce que prévoit Hassan Talibi, astronome et...

Hiba Abouk et Achraf Hakimi séparés ? Hiba Abouk répond

Hiba Abouk, femme d’Achraf Hakimi, répond aux rumeurs de ces derniers jours annonçant une prétendue crise dans son couple. L’actrice d’origine tuniso-libyenne assure qu’il s’agit de fake news.

Voici la date de l’Aïd al-Adha 2023 au Maroc

Les calculs astronomiques indiquent que la fête de l’Aïd al-Adha 2023 sera célébrée au Maroc cet été. Quelle date retenir ?

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

Au Maroc, le parti au pouvoir dit niet au mariage homosexuel

Le parti Rassemblement national des Indépendants (RNI) présidé par Aziz Akhannouch, chef du gouvernement marocain, affiche son opposition au mariage homosexuel.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Les couples non-mariés pourraient partager une chambre d’hôtel au Maroc

Au Maroc, le ministère du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire a engagé des concertations avec les ministères de l’Intérieur et de la Justice, en vue de la levée de l’interdiction pour les couples non-mariés de partager la...