Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

27 novembre 2023 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Après plusieurs appels du mouvement féministe marocain pour une réforme de la Moudawana après celle de 2004, le roi Mohammed VI a lancé il y a deux mois le chantier de cette réforme. La commission en charge de cette relecture du Code de la famille a un délai de six mois pour proposer un nouveau texte. Dans ce cadre, elle reçoit les amendements des organisations de la société civile, les progressistes, dont les points de vue divergent avec les islamistes, conservateurs.

Alors que les progressistes demandent que la réforme se fonde sur des textes internationaux de protection des droits des femmes et des enfants, les conservateurs préfèrent maintenir le statu quo, à savoir que la Moudawana puise son essence de la charia (loi islamique). De manière concrète, les féministes souhaitent que le nouveau Code de la famille mette fin à la discrimination entre l’homme et la femme en matière de garde des enfants, d’héritage, de mariage, de divorce et de polygamie, entre autres.

À lire : Réforme du Code de la famille au Maroc : vers une égalité parfaite hommes femmes ?

Un collectif qui regroupe la majorité des ONG féministes marocaines dénonce par exemple la légalisation de la polygamie dans des cas exceptionnels. Il appelle aussi à l’abolition du mariage des mineures et la fin des discriminations à l’égard des enfants nés hors mariage. « Le mariage prive les filles de plusieurs droits, comme l’éducation scolaire, et ne leur permet pas de vivre dignement », a déclaré Amina Byouz, présidente de la Fondation Anaouate pour les droits et le développement dans la province de Chichaoua.

Les ONG féministes exigent également une protection complète et efficace des femmes contre les violences de genre. « Nous voulons que ces femmes restent chez elles et que ce soit le mari qui quitte la maison. Actuellement, les victimes se rendent dans des refuges, mais cette solution ne garantit ni leur dignité ni l’intérêt des enfants », explique Amal Azzouzi, la présidente de l’association Mubadarat.

Sujets associés : Droits et Justice - Moudawana (Code de la famille) - Femme marocaine - Enfant

Aller plus loin

Réforme du Code de la famille au Maroc : vers une égalité parfaite hommes femmes ?

Le roi Mohammed VI a adressé mardi 26 septembre une Lettre royale au Chef du gouvernement, annonçant une révision approfondie du Code de la famille (Moudawana), près de 20 ans...

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour...

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre...

Maroc : la grande réforme du Code de la famille est lancée

Suite aux instructions du roi Mohammed VI, le gouvernement d’Aziz Akhannouch s’active pour la réforme du Code de famille.

Ces articles devraient vous intéresser :

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Jamel Debbouze s’explique sur le choix des prénoms de ses enfants

L’humoriste franco-marocain Jamel Debbouze se confie sur sa vie privée et s’explique sur le choix des prénoms de ses deux enfants.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.