Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

16 mai 2023 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la polygamie, au mariage des enfants, etc.

L’égalité entre l’homme et la femme en matière successorale est loin d’être une réalité au Maroc. « La société civile a évolué très rapidement et la Moudawana, ou Code de la famille, doit changer et s’adapter. La Constitution de 2011 a établi l’égalité des sexes, mais la législation n’a pas encore été adaptée », a déclaré Amina Khalid, 57 ans, secrétaire générale de l’lnsaf, une association de défense des droits des femmes. Malgré les réformes initiées par Mohammed VI en 2003 et 2004, des discriminations et inégalités subsistent dans le Code de la famille qui « interdit le mariage des mineurs (jusqu’à 18 ans), mais permet aux juges d’autoriser une fille à épouser un homme adulte », dénonce Khalid.

À lire : Réforme du Code de la famille : voici les modifications majeures attendues

En 2022, plus de 20 000 demandes de mariages de mineurs ont été enregistrées au Maroc, dont deux tiers (13 652) ont été autorisées par les magistrats, selon le rapport annuel du parquet général. Dans son discours lors de la Fête du Trône en juillet dernier, le roi Mohammed VI a annoncé une réforme du Code de la famille, réclamée par la société civile depuis plus de dix ans. « C’est un changement nécessaire », soutient Ouafa Hajji, 65 ans, leader de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) à Rabat, appelant à « vrai débat » sur les libertés fondamentales et l’égalité des sexes et à « promouvoir les femmes dans les instances de décision politiques et économiques ».

À lire : Maroc : des personnalités appellent à un Code de la famille plus égalitaire

Avec l’actuel Code, les femmes sont discriminées en matière de droit de succession. Elles sont privées d’une partie ou de la totalité de l’héritage familial. De même, une femme divorcée perd la garde des enfants si elle se remarie. Pourtant, 16,7 % des ménages sont soutenus par des femmes, selon les données 2020 du Haut-commissariat au Plan (HCP). « Si les femmes contribuent à la richesse des familles, elles ont droit à un héritage juste et équitable », tranche Amina Khalid. Pour Nezha Skali, 73 ans, ancienne ministre de la Famille (2007-2011), « il faut réparer la grave injustice que constitue la perte de la garde des enfants pour les femmes divorcées qui se remarient » et « réformer la législation successorale qui est en contradiction avec la Constitution et les conventions internationales ratifiées par le Maroc ».

À lire : Réforme du Code de la famille : Abdelilah Benkirane attaque Abdellatif Ouahbi

Les femmes subissent notamment la tradition du Taasib (lignée masculine), qui les oblige à partager leurs biens avec des oncles ou des cousins, lesquels peuvent les priver totalement de leur patrimoine. Les islamistes du Parti justice et développement (PJD) s’opposent à la révision de la Moudawana qu’ils considèrent comme une menace pour la « stabilité nationale ». « Pour Khadija Rouggany, 47 ans, avocate spécialiste du droit de la famille, « le Maroc est très en retard en termes d’égalité, mais la discrimination à l’égard des femmes, privées de leurs droits, est l’un des pires fardeaux ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Moudawana (Code de la famille) - Parti de la Justice et du Développement (PJD)

Aller plus loin

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du...

Maroc : des personnalités appellent à un Code de la famille plus égalitaire

Des personnalités marocaines appellent le gouvernement marocain qui est en pleins préparatifs de la réforme du Code pénal à la dépénalisation des relations sexuelles hors...

Maroc : pour le CESE, il est temps de réformer le code de la famille

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a affirmé dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la femme, que le moment est venu de réviser le...

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Malgré les obstacles juridiques, la polygamie persiste au Maroc

Alors que le gouvernement est en train de plancher sur une réforme du Code de la famille, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire vient de publier son rapport sur la polygamie dans lequel on apprend que quelque 20 000 demandes pour un deuxième...

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...