Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

23 juillet 2023 - 08h20 - Maroc - Ecrit par : A.P

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient d’injustice.

« Je voulais inscrire mon fils dans une école plus proche de mon domicile, mais son père s’y est opposé », dénonce Ilham au journal Le Monde. L’ex-mari de Dounia, lui, ne lui a pas accordé l’autorisation pour qu’elle ouvre un compte bancaire au nom de leur fille. Nadia, elle, n’a pas pu emmener ses deux enfants en vacances en France parce que son ex-mari s’y est opposé. C’est le calvaire que vivent les femmes divorcées, incapables de mener de simples démarches administratives pour leurs enfants sans l’accord de leur père.

À lire : Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Au Maroc, le père divorcé « reste le seul représentant légal des enfants », même si « la garde est presque toujours confiée à la mère », explique Zahia Ammoumou, avocate et consultante juridique de l’association Tahadi pour l’égalité et la citoyenneté, précisant que « la tutelle revient automatiquement au père, sauf s’il disparaît ou est inapte ». Pourtant, l’égalité entre l’homme et la femme est consacrée par la Constitution marocaine de 2011.

À lire : Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

Même si la réforme du Code de la famille (Moudawana) de 2004 a accordé aux femmes le droit de demander le divorce, ce qui était considéré comme « une avancée considérable », elle n’a pas pris en compte l’après-divorce, déplore Khadija El Amrani, avocate et membre d’un collectif engagé pour la défense des libertés fondamentales. « La mère éduque, prend en charge, mais n’a aucun droit sur l’enfant », critique-t-elle. « Il y a une réelle détresse chez les mères divorcées », note pour sa part l’avocat Youssef Fassi-Fihri, insistant sur « l’urgence de revoir en profondeur le Code de la famille ».

À lire : Maroc : des personnalités appellent à un Code de la famille plus égalitaire

Le militant dénonce aussi la « moyenne nationale de 400 dirhams par mois et par enfant [soit 36 euros] » pour la pension alimentaire, et l’indemnité de 100 dirhams environ versée en contrepartie de la garde. « Que peut faire une mère avec ces sommes censées lui permettre de nourrir son enfant, le vêtir, le scolariser ? C’est révoltant », lâche-t-il, estimant par ailleurs « dérisoires » les frais de logement à la charge du père (entre 300 et 3 000 dirhams). Nabil Benabdellah, secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), a annoncé des propositions pour permettre à la mère « d’obtenir la tutelle sans conditions et que la garde de l’enfant ne lui soit plus enlevée si elle se remarie ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Moudawana (Code de la famille) - Femme marocaine - Enfant - Divorce

Aller plus loin

Maroc : sa femme refuse de revenir à la maison, il s’immole par le feu

Un homme de 40 ans, marié et père de quatre enfants, s’est donné la mort par le feu mardi dans le village Ouled Moujane, dans la région de Settat. Il a été grièvement brûlé et...

Maroc : des personnalités appellent à un Code de la famille plus égalitaire

Des personnalités marocaines appellent le gouvernement marocain qui est en pleins préparatifs de la réforme du Code pénal à la dépénalisation des relations sexuelles hors...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du...

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Enfants de Dounia Batma : Mohamed Al Turk dénonce une exploitation sur les réseaux sociaux

Mohamed Al Turk, l’ex-mari de Dounia Batma actuellement en détention, reproche à la sœur de l’actrice marocaine, Ibtissam, de chercher à gagner la sympathie des Marocains en publiant des photos de leurs filles, Ghazal et Laila Rose, sur les réseaux...

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Hiba Abouk réagit à la polémique autour de son divorce avec Achraf Hakimi

Hiba Abouk a réagi à sa manière à la polémique liée à son divorce avec le joueur marocain et au fait que ce dernier ne possède rien à partager, tous ses biens étant au nom de sa mère.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.