Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

13 mars 2024 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.

Pendant leurs règles, la plupart des femmes musulmanes choisissent d’interrompre le jeûne, le rattrapant ultérieurement. Mais l’angoisse réside dans l’acte même de « s’afficher » en train de manger, de subir les regards interrogateurs et d’être contrainte de se justifier.

En France, ce tabou des menstrues se répercute sur le vécu des femmes durant le Ramadan. Latifa, employée dans la publicité, confie : « C’est un secret ; on ne montre pas son état, on ne prend pas son petit-déjeuner ouvertement. Il y a une pudeur envers les femmes et les hommes. On simule le jeûne et participe au repas du soir comme si de rien n’était. » La peur d’être vue en train de manger incite certaines à mettre leur santé en danger.

Salma, évoluant dans un environnement majoritairement féminin, partage la même expérience : « J’évite de manger ou de boire devant mon patron, même s’il est ouvert d’esprit. Je crains ses questions et l’embarras de devoir m’expliquer. Je tente de changer mes habitudes et de me décomplexer depuis quelques années. »

Nüum, ex-professeure de français devenue spécialiste en marketing, abonde : « Manger devant son père, c’est crier son indisposition et subir la “honte”. » Myriam, quant à elle, vit la situation différemment : « Ma famille est plutôt rigoureuse sur les principes cultuels et culturels, mais je n’ai jamais été rejetée. J’ai toujours arrêté le jeûne pendant mes règles et le reprenais ensuite. On me disait de ne pas jeûner, non par impureté, mais parce que c’était épuisant. » Elle rappelle que le Ramadan est déconseillé aux femmes enceintes, aux enfants, aux personnes âgées et aux voyageurs. « Va-t-on les considérer comme “impurs” ? » s’interroge-t-elle. Pour Myriam, le jeûne est un cheminement personnel et une femme menstruée ne doit pas subir de préjugés.

Le tabou du jeûne brisé pendant les menstrues est une réalité complexe, teintée de peur du jugement et de culpabilité. Il est crucial d’ouvrir le dialogue et d’aborder ce sujet avec tact et compréhension pour que les femmes puissent vivre ce pilier de l’Islam sereinement, sans honte ni préjudice.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Femme marocaine - Islam

Aller plus loin

Ramadan et grossesse : jeûner ou pas, la question se pose

Faut-il jeûner pendant le Ramadan quand on est enceinte ? Cette question taraude l’esprit de nombreuses femmes enceintes à l’approche du mois sacré. Témoignages et éclairages...

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les...

Ramadan et sport : oui, mais sous conditions

Le sport et le jeûne du Ramadan ne sont pas incompatibles. Bien au contraire, une activité physique modérée durant cette période peut s’avérer bénéfique pour la santé. Mais pour...

Ramadan : 40 jours sans alcool, le pari (hypocrite ) de certains Marocains

Afin de se préparer pour le mois sacré de Ramadan, certains Marocains prennent la résolution d’arrêter de consommer de l’alcool et de fréquenter les boites de nuit quarante...

Ces articles devraient vous intéresser :

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Israël importe des étrogs marocains pour la fête de Souccot

Pour la célébration de la fête de Souccot cette année, les juifs d’Israël vont utiliser des étrogs marocains. Une grande quantité de ce fruit a été acheminée en Israël, en raison des restrictions liées à la loi juive et grâce à la normalisation des...

Le Maroc débutera le ramadan le mardi 12 mars

Le mois de Ramadan débutera bel et bien mardi 12 mars 2024 au Maroc. Le ministère des Habous et des Affaires islamiques l’a annoncé ce dimanche 10 mars, après l’observation du croissant lunaire.

Christophe Galtier : garde à vue pour discrimination raciale

L’ex-entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, ainsi que son fils, John Valovic-Galtier, ont été placés en garde à vue ce vendredi dans le cadre d’une enquête portant sur des allégations de discrimination au sein du club.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Aid Al Fitr au Maroc : vendredi ou samedi ?

Même si les calculs astronomiques tendent à définir la date de l’ Aïd Al fitr samedi 22 avril 2023 au Maroc, l’observation de la lune reste pour l’instant l’option privilégiée par les autorités religieuses marocaines.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

MRE : Du changement pour l’opération Marhaba 2024

Contrairement aux années antérieures, l’opération Marhaba marquant le retour des Marocains résidant à l’étranger (MRE) au Maroc va démarrer deux jours avant la date habituelle. La coïncidence avec l’Aïd al-Adha oblige.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...