Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

13 mars 2024 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes diabétiques.

Risques d’hypoglycémie et d’hyperglycémie

En effet, le jeûne perturbe les équilibres métaboliques, exposant les diabétiques à des dangers potentiels. L’hypoglycémie, baisse du taux de sucre dans le sang, représente un risque majeur, surtout si le traitement n’a pas été adapté au préalable par un médecin.

L’hyperglycémie, à l’inverse, peut survenir le soir lors de la rupture du jeûne. Un repas trop copieux, riche en calories, peut engendrer une glycémie élevée, accompagnée d’une soif intense et d’une augmentation de la miction, favorisant la déshydratation.

Adapter son alimentation et s’hydrater

Pour minimiser les risques, les diabétiques doivent adopter une alimentation équilibrée répartie sur deux à trois repas lors de la rupture du jeûne. Privilégier les fibres (fruits, légumes, dattes, pain, céréales et soupes) est essentiel, tandis que les pâtisseries et les fruits oléagineux (cacahuète, pistache…) doivent être consommés avec modération.

L’hydratation est également un élément crucial. Boire en abondance est vital pour les jeûneurs diabétiques, qui doivent privilégier l’eau, les soupes, les tisanes et les infusions.

Précautions et suivi médical

Afin de prévenir tout affaiblissement, il est conseillé d’éviter l’exposition au soleil et à la chaleur pendant le jeûne. De même, les efforts physiques doivent être réduits au minimum, excepté une petite marche quotidienne.

Durant cette période, les médecins endocrinologues recommandent un suivi glycémique régulier et systématique. Les personnes à risque, telles que les sujets âgés, les femmes enceintes et les patients souffrant d’hypertension ou d’asthme, doivent impérativement avertir leur médecin dès l’apparition de tout symptôme suspect.

Attention :

• Le jeûne est contre-indiqué pour les personnes diabétiques sous insulinothérapie.
• Consulter son médecin est indispensable avant d’entreprendre le jeûne.
• Une surveillance accrue de la glycémie est nécessaire pendant le Ramadan.
• Adapter son alimentation et s’hydrater correctement sont des mesures vitales.
• Les personnes à risque doivent être particulièrement vigilantes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Ramadan 2024 - Santé - Islam

Aller plus loin

Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.

Ramadan : la FFF refuse des pauses pour le jeûne, au nom de la neutralité

La France n’est pas près de suivre l’exemple des Pays-Bas, de l’Angleterre ou encore de l’Allemagne qui autorisent des pauses pour permettre aux joueurs de confession musulmane...

Ramadan et sport : oui, mais sous conditions

Le sport et le jeûne du Ramadan ne sont pas incompatibles. Bien au contraire, une activité physique modérée durant cette période peut s’avérer bénéfique pour la santé. Mais pour...

Ramadan et réseaux sociaux : les photos d’iftar divisent

Pendant le mois sacré de Ramadan, de nombreux influenceurs marocains publient quotidiennement sur les réseaux sociaux des photos de tables garnies de mets et de boissons pour la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les salaires des imams vont augmenter

Les imams au Maroc verront leur allocation augmenter de façon progressive pendant les quatre prochaines années. Le roi Mohammed VI en a donné l’instruction, selon le ministère des Habous et des Affaires islamiques

Quand débute le ramadan au Maroc ?

Le ministère des Habous et des Affaires islamiques va annoncer courant la semaine prochaine, la date de l’observation du croissant lunaire au Maroc, prévue le dimanche 29 Chaabane 1445 H après le coucher du soleil, correspondant au 10 mars 2024. Ainsi,...

Maroc : la question des dattes algériennes arrive au parlement

Le groupe Haraki à la Chambre des Représentants a interpellé le ministre de l’Agriculture, Mohamed Sidiki, sur les dattes notamment d’origine algérienne qui ont inondé le marché marocain avant le début du mois de ramadan.

Diabète : les précautions pour passer un mois de Ramadan en toute sérénité

Le mois de Ramadan est un mois sacré pour les musulmans. Néanmoins, quelques précautions sont à suivre scrupuleusement par certaines personnes à risque souffrant de maladies chroniques, telles que le diabète.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Aïd El Fitr en France : annonce importante de la Mosquée de Paris

Les fédérations musulmanes de France se réuniront ce jeudi 20 avril 2023 à 18 heures à la Grande Mosquée de Paris en présence de leur commission religieuse ainsi que des imams du Conseil National des Imams (CNI). Cette réunion a pour objectif de fixer...

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Christophe Galtier : garde à vue pour discrimination raciale

L’ex-entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, ainsi que son fils, John Valovic-Galtier, ont été placés en garde à vue ce vendredi dans le cadre d’une enquête portant sur des allégations de discrimination au sein du club.

Une maladie menace les enfants marocains

La propagation de la maladie de leishmaniose dans plusieurs provinces marocaines préoccupe le Parlement. Une députée a interpellé le ministre de la Santé et de la Protection sociale Khalid Ait Taleb sur ce sujet.

Les Morchidates, des enseignantes de la religion et des militantes de l’égalité des sexes au Maroc

Bouchra el Korachi est l’une des centaines de « Morchidates » ou prédicatrices désignées par le ministère marocain des Affaires islamiques pour enseigner le Coran, la Charia et le « fiqh », la loi islamique, dans les différentes mosquées du royaume....