L’anarchie des salons de beauté au Maroc dénoncée

11 juin 2024 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

La docteure Hanan Atrakin, spécialiste en chirurgie esthétique et députée du Parti Authenticité et Modernité (PAM), a exprimé ses inquiétudes face à la prolifération au Maroc des salons de beauté offrant des services esthétiques médicaux, évoquant une menace pour la santé publique.

Dans une question écrite adressée au ministre de la Santé et de la protection sociale, la députée du PAM a demandé quelles mesures il compte prendre pour mettre fin à cette anarchie dans le secteur de la médecine esthétique au Maroc. « Ce que nous observons aujourd’hui est très grave et très effrayant », s’alarme Atrakin qui fait remarquer que ces salons de beauté proposent des services esthétiques qui nécessitent une formation médicale spécialisée.

La députée tient pour « entièrement responsables » les Marocains qui fréquentent ces salons, car ils « y vont en connaissance de cause, sachant qu’ils s’adressent à des non-médecins pour effectuer des actes médicaux ». Dans des déclarations au site Al3omk, la spécialiste a expliqué que des techniques comme le « filler » et les injections de « toxine botulique » connues sous le nom de Botox, le plasma riche en plaquettes, la mésothérapie, et l’épilation au laser, relèvent de la médecine et ne sauraient être exécutées par des non professionnels.

À lire : Des faux chirurgiens esthétiques français arrêtés à Marrakech

Pourtant, ces salons s’adonnent à ces pratiques médicales sans aucune formation, alors qu’ils ont obtenu des licences pour offrir des services tels que l’épilation à la cire chaude, la manucure, la coiffure et le maquillage. Le médecin a ajouté que l’achat par ces établissements d’appareils spécifiques ne suffit pas pour réaliser ces interventions, jetant le tort aux entreprises qui livrent ces équipements à ces salons.

De plus en plus, les médecins spécialistes en chirurgie esthétique reçoivent des clients ayant subi de mauvaises interventions dans ces salons pour corriger les erreurs de ces non professionnels qui attirent les citoyens avec des publicités mensongères sur les réseaux sociaux, dénonce en outre Dr. Atrakin qui déplore le fait que les victimes refusent d’engager des poursuites judiciaires contre les propriétaires de ces établissements où ils peuvent contracter des maladies infectieuses comme le sida.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Sida

Aller plus loin

Des faux chirurgiens esthétiques français arrêtés à Marrakech

Se basant sur les informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire national (DGST), les éléments de la police judiciaire...

Une Marocaine dans le coma après une injection de botox dans les fesses

A Madrid, une Marocaine âgée de 35 ans est dans le coma, après avoir subi une chirurgie esthétique au niveau des fesses. Un couple de faux médecins brésiliens, responsable de...

Maroc : les chirurgiens esthétiques s’indignent contre un reportage de TF1

La société marocaine de chirurgie plastique réparatrice et esthétique (SMCPRE) s’est indignée, jeudi 11 février, du reportage relatif à la chirurgie esthétique au Maroc, et...

Maroc : fatale opération de chirurgie esthétique

Une femme de 31 ans est décédée samedi 23 novembre, suite à une complication pulmonaire post-opératoire. L’incident a eu lieu dans l’une des plus grandes cliniques de chirurgie...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plus de 70% des femmes marocaines recourent aux méthodes contraceptives

Au Maroc, plus de 70 des femmes ont recours aux méthodes contraceptives. C’est ce qui ressort d’un récent rapport du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

L’acteur marocain Mustapha Zaari en mauvaise passe

L’acteur marocain Mustapha Zaari traverse une passe difficile en ce moment. Diagnostiqué d’un cancer de la prostate, il a été hospitalisé récemment à l’hôpital militaire de Rabat pour recevoir un traitement adéquat.

Maroc : pas d’augmentation des prix des consultations médicales

Les tarifs des consultations médicales au Maroc n’ont subi aucune augmentation. L’information a été démentie par un syndicat, assurant qu’aucun accord n’a été signé entre les médecins du secteur privé et le gouvernement sur ces prix.

Ramadan : conseils pour un jeûne en période de chaleur

Le jeûne du ramadan est encore dur cette année, surtout dans certaines régions où les températures dépassent parfois les 40 degrés. Pour que la journée se passe au mieux, il est essentiel de bien s’hydrater et de manger équilibré le soir. Pour rompre...

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Maria, la sage-femme miraculée qui a aidé à accoucher pendant le séisme

Une sage-femme a aidé des femmes à accoucher au milieu du puissant et dévastateur séisme survenu le 8 septembre au Maroc qui a fait près de 3000 morts, plus de 5000 blessés et détruit des milliers de maisons.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Diabète : les précautions pour passer un mois de Ramadan en toute sérénité

Le mois de Ramadan est un mois sacré pour les musulmans. Néanmoins, quelques précautions sont à suivre scrupuleusement par certaines personnes à risque souffrant de maladies chroniques, telles que le diabète.