Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

23 mai 2023 - 11h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code de la famille.

Dans le cadre de la campagne nationale « #BghathaLwa9t », une femme divorcée et mère de trois filles raconte sa souffrance. Depuis six ans, elle est obligée de demander l’autorisation de son ex-mari et père des enfants pour leur établir tout type de document administratif. « Cela fait six ans que j’essaye de composer avec cette situation. Je dois appeler mon ex-mari et attendre son autorisation pour avoir des documents comme l’acte de naissance et le passeport, sachant que c’est moi qui veille sur l’éducation et la transmission des valeurs à mes trois filles », confie-t-elle dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux et citée par Le Matin.

À lire : Réforme du Code de la famille : voici les modifications majeures attendues

Mounia raconte son indignation lorsqu’on lui a demandé l’autorisation ou la présence du père avant de déposer la demande de la carte d’identité nationale (CIN) pour l’une de ses filles. La femme a dû saisir le tribunal et prouver son refus avant que le dossier de sa fille ne soit accepté. « Je ne comprends pas pourquoi ce détour, sachant que la carte d’identité est un droit constitutionnel et pourquoi toute cette discrimination envers la maman. Pour le passeport, je peux comprendre, mais pour la CIN, je ne vois vraiment pas l’importance de l’intervention du père », se désole-t-elle.

À lire : Maroc : des personnalités appellent à un Code de la famille plus égalitaire

Mounia a lancé une pétition pour susciter une réforme du Code de la famille sur ce point discriminant envers les mères divorcées, rappelant que ces dernières peuvent valablement demander des papiers administratifs de leurs enfants sans nécessairement obtenir au préalable l’autorisation du père. Mais cette réalité ne changera pas tant que le Code de la famille (Moudawana) ne sera pas revu. L’article 230 du Code accorde le droit de la garde à la femme en cas de divorce, et la tutelle systématiquement au père. Une injustice qu’elles demandent de corriger.

À lire : Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

Plusieurs femmes comme Mounia affirment être « confrontées à des articles de lois injustes », assure Karima Rochdi, journaliste et membre du bureau du Collectif 490, initiatrice de la campagne « #BghathaLwa9t » dont l’objectif est de sensibiliser à la nécessité de réformer le Code de la famille et le Code pénal pour mettre fin aux discriminations envers les femmes. Pour sa part, Younes Naoumi, avocat au barreau de Casablanca, estime que la réforme du Code de la famille est un impératif, car il est inconcevable aujourd’hui que la mère n’ait pas le droit de prendre des décisions sur le plan administratif pour son enfant.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Moudawana (Code de la famille) - Femme marocaine - Enfant

Aller plus loin

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit...

Code de la famille : près de 8 Marocains sur 10 pour une réforme basée sur le charia

À l’heure où la réforme du Code de la famille fait débat, un sondage réalisé par Afrobaromètre révèle que près de 8 Marocains sur 10 appellent à une réforme basée sur la loi...

Réforme du Code de la famille : voici les modifications majeures attendues

Le roi Mohammed VI a annoncé récemment à la réforme du Code de la famille, près de 20 ans après son adoption, en vue d’instaurer davantage d’égalité entre les hommes et les...

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Réforme du Code de la famille au Maroc : vers une égalité parfaite hommes femmes ?

Le roi Mohammed VI a adressé mardi 26 septembre une Lettre royale au Chef du gouvernement, annonçant une révision approfondie du Code de la famille (Moudawana), près de 20 ans après celle opérée en 2004.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Maroc : la grande réforme du Code de la famille est lancée

Suite aux instructions du roi Mohammed VI, le gouvernement d’Aziz Akhannouch s’active pour la réforme du Code de famille.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

« Tu mourras dans la douleur » : des féministes marocaines menacées de mort

Au Maroc, plusieurs féministes, dont des journalistes et des artistes, font l’objet d’intimidations et de menaces de mort sur les réseaux sociaux, après avoir appelé à plus d’égalité entre l’homme et la femme dans le cadre de la réforme du Code de la...