Passeport pour les enfants : les Marocaines n’ont plus besoin de l’autorisation du père

16 mars 2024 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le ministère de l’Intérieur lève l’obligation pour la mère (femme marocaine) de solliciter l’autorisation du père pour l’obtention ou le renouvellement du passeport marocain au profit des enfants mineurs. Une nouvelle mesure instaurée dans les consulats du Maroc à New-York (États-Unis) et à Madrid (Espagne).

Les consulats du Maroc à New-York et à Madrid simplifient la vie des Marocaines résidant à l’étranger (MRE). Mettant en application une note du ministère de l’Intérieur, ils offrent désormais la possibilité aux mères d’obtenir des passeports pour leurs enfants mineurs sans autorisation préalable des pères. Dans un communiqué publié jeudi, ils expliquent le bien-fondé de la mesure. Le consulat de New-York justifie cette mesure par une volonté de « simplification des procédures ». Quant au consulat de Madrid, il évoque une circulaire du ministère de l’Intérieur qui informe « préfectures et provinces » qu’il est désormais possible que la mère « obtienne, retire et renouvelle » les passeports de ses enfants mineurs », et ce, sans « autorisation expresse et préalable du père ». Selon les deux représentations diplomatiques, la nouvelle règle s’applique sauf en cas de jugement qui dispose le contraire.

À lire :Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Au Maroc, l’article 230 du Code de la famille accorde le droit de la garde à la femme en cas de divorce, et la tutelle systématiquement au père. Ce dernier reste le seul représentant légal des enfants. Une injustice souvent décriée par la société civile. La nouvelle mesure – non encore annoncée officiellement – devrait s’étendre à tous les arrondissements et annexes administratives à l’échelle nationale. En attendant, l’accord préalable du représentant légal est toujours de mise. « Le père demeure le représentant légal de ses enfants mineurs même après le divorce. La garde des enfants mineurs ne confère pas à la mère la qualité de représentant légal de ses enfants. De ce fait, l’accord du père est nécessaire pour établir un passeport pour un enfant mineur. En cas de refus du père, la mère doit obtenir une décision du juge compétent pour pouvoir demander la délivrance de passeports à ses enfants », peut-on lire sur le site passport.ma du ministère de l’Intérieur.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - États-Unis - New York - Madrid - Femme marocaine - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Passeport marocain - MRE

Aller plus loin

Maroc : Les mères libérées de l’autorisation paternelle pour les passeports des mineurs

Aux yeux de Mounya Allali, chercheur en sciences humaines et Conseillère en relations avec les universités arabes en Italie, la levée par le ministère de l’Intérieur de...

La femme marocaine s’impose de plus en plus

Plus de la moitié des Marocains (65 %) considèrent que la femme peut occuper des postes à responsabilité. C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée par le Baromètre arabe.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du...

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines...

Ces articles devraient vous intéresser :

Retour définitif des MRE au Maroc : ce que dit la douane

Selon les dernières régulations édictées par la douane marocaine, les Marocains résidant à l’étranger qui prévoient de rentrer définitivement au Maroc doivent se conformer à certaines règles concernant l’importation de biens.

Échange de données fiscales sur les MRE : le projet de loi reporté

Le gouvernement d’Akhannouch est appelé à revoir deux projets de loi sur l’échange de renseignements fiscaux et de données des Marocains résidant à l’étranger (MRE) qui ont fait l’objet d’une polémique. L’année 2025 est la date du délai de leur...

Douane marocaine : voici le guide des MRE 2023 (à télécharger)

L’Administration des Douanes et impôts indirects a récemment dévoilé son nouveau guide dédié aux Marocains résidant à l’étranger.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Africa Morocco Link (AML) s’offre un nouveau bateau

L’Africa Morocco Link (AML) aurait acquis pour 2,4 millions d’euros le navire marocain « Boraq » appartenant au groupe maritime grec Attica Group, lors de la vente aux enchères qui s’est déroulée le 27 juin au siège de l’Autorité portuaire de la baie...

Les joueurs binationaux, une fierté et une force pour le Maroc

Le Maroc doit en grande partie son parcours historique à la coupe du monde au Qatar à ses joueurs binationaux comme Achraf Hakimi, Hakim Ziyech, Sofyan Amrabat, Noussair Mazraoui, Abdessamad Ezzalzouli, Bilal El Khannouss, Sofiane Boufal, etc., qui ont...

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Le racket des gardiens de voitures au Maroc dénoncé

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime son inquiétude face à ce qu’il qualifie de “harcèlement” et “racket” dont sont victimes les automobilistes par les auto-proclamés gardiens de voitures.

Le dilemme des MRE : vendre leurs biens ou se soumettre à l’échange fiscal

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) appellent à la suspension de l’accord multilatéral sur les échanges de renseignement automatiques des comptes financiers.

Les excuses de Meryame Kitir à ceux qu’elle aurait pu « blesser involontairement »

Après deux mois de silence, Meryame Kitir, ancienne ministre belge de la Coopération, s’est adressée dimanche à ses collègues et autres avec lesquels elle a collaboré durant son mandat au sein du gouvernement belge.