Code de la famille : « L’ultimatum » du roi Mohammed VI finit aujourd’hui

26 mars 2024 - 08h30 - Maroc - Ecrit par : P. A

Le Comité en charge de la réforme du Code de la famille au Maroc devrait déposer cette semaine son rapport au roi Mohammed VI. Les féministes espèrent entra autres la reconnaissance des droits des femmes en matière d’héritage, l’interdiction de la polygamie et du mariage des mineurs.

La dernière révision de la Moudawana ou Code de la famille au Maroc remonte à 2002 et avait consacré de nouveaux droits pour les femmes. Des progrès jugés insuffisants par les féministes qui, dans le cadre de cette nouvelle révision, réclament l’égalité entre hommes et femmes en matière de succession, l’interdiction de la polygamie et du mariage des mineurs, la tutelle des enfants, etc.

Selon le collectif Changement global et profond du Code de la famille, l’une des associations consultées pour préparer la réforme, la Moudawana a besoin d’un toilettage en profondeur pour rétablir l’égalité entre l’homme et la femme. Par exemple, l’actuel Code, basé sur la « charia », dispose qu’en matière de succession, la femme hérite de la moitié des biens dont l’homme hérite et, dans le cas où elle n’a pas de frères, sa part est donnée à ses cousins ou oncles.

À lire : Réforme du Code de la famille au Maroc : vers une égalité parfaite hommes femmes ?

De même, le Code en vigueur autorise la polygamie, à condition que la première épouse ait donné son consentement, ainsi que le mariage des mineures qui peut être célébré sous autorisation judiciaire. Selon l’actuelle Moudawana, seuls les hommes ont le droit d’inscrire les enfants à l’école, leur ouvrir un compte bancaire, leur faire établir un document d’identité. Les femmes ont besoin de l’autorisation du père de l’enfant pour entreprendre ces démarches administratives.

Pour rappel, le roi Mohammed VI avait lancé la réforme du Code de la famille le 26 septembre dernier, avec l’obligation pour le gouvernement de proposer un nouveau texte dans un délai de six mois. La réforme vise à garantir aux femmes le plein accès à leurs droits, en « parfaite conformité » avec la loi islamique. Le nouveau texte, dont le contenu n’est pas encore rendu public, a suscité un vif débat entre islamistes conservateurs et progressistes. Le gouvernement devrait présenter le nouveau Code ce mardi au roi Mohammed VI.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Mohammed VI - Famille - Moudawana (Code de la famille) - Lois - Femme marocaine - Enfant - Gouvernement marocain

Aller plus loin

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres...

Réforme du Code de la famille au Maroc : vers une égalité parfaite hommes femmes ?

Le roi Mohammed VI a adressé mardi 26 septembre une Lettre royale au Chef du gouvernement, annonçant une révision approfondie du Code de la famille (Moudawana), près de 20 ans...

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre...

Maroc : la grande réforme du Code de la famille est lancée

Suite aux instructions du roi Mohammed VI, le gouvernement d’Aziz Akhannouch s’active pour la réforme du Code de famille.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : très bonne nouvelle pour les salariés

En application de l’accord signé le 30 avril 2022 entre le gouvernement et les syndicats, le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) va augmenter de 5 % dès le 1ᵉʳ septembre dans les secteurs de l’industrie, du commerce, de l’agriculture et...

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Marocains, déclarez vos avoirs à l’étranger : les règles changent en 2024 !

Le gouvernement marocain a instauré dans le budget 2024 une contribution libératoire relative à la régularisation spontanée sur les avoirs et liquidités détenus à l’étranger de manière définitive. Que retenir ?

Réforme du Code de la famille au Maroc : vers une égalité parfaite hommes femmes ?

Le roi Mohammed VI a adressé mardi 26 septembre une Lettre royale au Chef du gouvernement, annonçant une révision approfondie du Code de la famille (Moudawana), près de 20 ans après celle opérée en 2004.

Quand Jeune Afrique encense Mohammed VI

Dans une analyse, François Soudan, directeur de la rédaction du magazine Jeune Afrique, a décortiqué le règne de Mohammed VI, mettant en avant la détermination, la vision claire et le bon sens du monarque marocain qui a su s’adapter aux exigences du...

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Vaste remue-ménage au sein de l’armée marocaine

Le roi Mohammed VI, chef suprême et chef d’État-major des Forces armées royales (FAR), a procédé à vaste remaniement. Des généraux et colonels-majors appartenant aux FAR et à la gendarmerie ont été mis à la retraite.

Maroc : le roi Mohammed VI annonce des aides directes aux plus pauvres

Le Roi Mohammed VI, dans un discours prononcé à l’ouverture de la session parlementaire, a fait part de l’introduction d’un programme d’aide sociale à la fin de l’année 2023.

Le roi Mohammed VI nomme de nouveaux magistrats dans les juridictions financières

Le Roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a approuvé la nomination de 30 nouveaux magistrats dans des postes de responsabilité au sein des juridictions financières.