Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

28 mars 2024 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus particulièrement à Salé.

Touria Afif est préoccupée par la prolifération des cafés à chicha à proximité des établissements éducatifs. « Les élèves et le personnel éducatif du collège Muadh ibn Jabal et du lycée qualifiant Al Abbas Miftah à Salé en ont assez des comportements des clients de deux cafés voisins, d’où s’échappe la fumée de chicha qui atteint les espaces et les classes des deux établissements, leur causant de graves dommages », fait-elle savoir dans deux questions écrites adressées respectivement au ministre de l’Intérieur et à celui de l’Éducation nationale.

À lire :À Salé, les parents d’élèves crient haro sur les cafés à chicha

Selon l’élue, cette situation a affecté le déroulement du processus éducatif. La prolifération de ces cafés près des écoles constitue non seulement une atteinte grave à la sacralité des deux institutions, mais elle représente également une menace pour la sécurité et la sûreté de leur environnement, explique-t-elle, faisant remarquer que cela pourrait avoir un impact négatif et sérieux sur l’éducation et le comportement de certains élèves et sur leur avenir.

À lire : Cafés à chicha au Maroc : cri d’alarme des parents d’élèves

Afif demande aux deux ministres concernés de révéler les mesures et les actions immédiates et très urgentes qu’ils comptent prendre pour prévenir ce dommage et soulager la souffrance mentionnée, afin de garantir le respect des deux établissements éducatifs et de rendre justice aux personnes concernées.

À lire :Marrakech fait la chasse aux cafés à chicha

De nombreux dangers sont associés à la chicha. On peut citer l’addiction, les odeurs dérangeantes, le manque d’hygiène, le partage de la chicha, les nuages de fumée imposants inhalés par les clients ou les fumeurs passifs. Sans oublier les activités problématiques qui émergent dans ces établissements, notamment le trafic de drogues, la prostitution, et l’insécurité.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Restauration - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Ministère de l’Education nationale

Aller plus loin

Cafés à chicha au Maroc : cri d’alarme des parents d’élèves

À Tanger, les parents d’élèves se plaignent de la prolifération des cafés à chicha ou narguilé, en particulier ceux à proximité des établissements scolaires. Ils appellent les...

À Salé, les parents d’élèves crient haro sur les cafés à chicha

L’implantation des cafés à chicha à proximité d’établissements scolaires à Salé ne sont pas du goût des parents d’élèves. Ces derniers appellent les autorités compétentes à...

Cafés et restaurants de Rabat en grève contre les nouvelles taxes

En raison de l’augmentation des taxes sur les boissons non alcoolisées, ainsi que de la notification reçue de la mairie de Rabat de s’acquitter des taxes relatives à...

L’inquiétante multiplication des cafés à chicha à Casablanca

De nombreux Casablancais se plaignent de la prolifération des cafés à chicha ou narguilé, en particulier ceux à proximité des établissements scolaires.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.

Alerte sur l’impact de la fermeture des hammams et lavages auto

Au Maroc, la mesure de fermeture des hammams et stations de lavages auto trois jours par semaine, prise par le ministère de l’Intérieur, afin de rationaliser la consommation d’eau pourrait engendrer un problème majeur. C’est du moins ce que redoute un...

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

KFC ouvre de nouveaux restaurants au Maroc

Fidèle à son plan d’expansion initial, KFC, la chaîne de restauration rapide américaine envisage d’ouvrir 10 nouveaux restaurants au Maroc cette année.

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.