Cafés et restaurants de Rabat en grève contre les nouvelles taxes

12 mai 2023 - 19h50 - Economie - Ecrit par : S.A

En raison de l’augmentation des taxes sur les boissons non alcoolisées, ainsi que de la notification reçue de la mairie de Rabat de s’acquitter des taxes relatives à l’occupation de l’espace public, les propriétaires de cafés et restaurants de Rabat projettent une grève de 72h.

De nouvelles tensions entre la mairie de Rabat et les propriétaires de cafés et restaurants. Et pour cause, la décision du Conseil de la ville d’augmenter la taxe sur les boissons de 50/70 DH, les redevances domaniales qui atteignent 525 dirhams le mètre carré, exigibles tous les 3 mois, mais aussi l’appel lancé aux propriétaires de cafés et restaurants pour qu’ils s’acquittent des taxes relatives à l’occupation de l’espace public. En cas de non-paiement des taxes, les autorités compétentes passeront à la saisie de leurs biens, conformément aux dispositions de la loi.

À lire : Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

« Nous avons reçu avec inquiétude la décision du Conseil, d’autant plus qu’elle pénalise notre activité qui peine à se rétablir après trois ans de crise consécutive », se plaint un propriétaire de café de la capitale auprès de L’Opinion. Il expliquera que « son café doit s’acquitter d’une somme allant jusqu’à 100 000 DH tous les trois mois, ce qui est en fait une somme exorbitante qui affecterait irrémédiablement sa caisse surtout dans un contexte marqué par une hausse générale des prix. » C’est une décision « irréfléchie », s’emporte Noureddine El Harrak, président de la Fédération des propriétaires de cafés et restaurants du Maroc.

À lire : Rabat : les professionnels des cafés et restaurants en colère

Pour étayer son argumentation, il fait remarquer que l’augmentation de la taxe sur les boissons non alcoolisées, qui représentent une part importante des ventes des cafés, risque de faire augmenter les prix de ces produits et donc de pénaliser l’activité de la plupart des cafés de la ville qui misent sur la saison estivale pour équilibrer leurs comptes.
Face à cette situation, les propriétaires de cafés et restaurants de Rabat ont décidé de déclencher bientôt un mouvement de grève de 72 heures dont la date n’est pas encore fixée. Elle « n’est pas encore fixée et fera l’objet de concertations entre les professionnels cette semaine », affirme une source bien informée.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Rabat - Grève - Restauration - Alcool

Aller plus loin

Au Maroc, les food trucks écrasent les restaurants traditionnels

L’avènement des food trucks (camions restaurants) au Maroc donne de l’insomnie aux gérants des restaurants traditionnels qui se relèvent progressivement des effets néfastes de...

Casablanca : les cafés et restaurants exemptés temporairement des taxes locales

Soulagement du côté des patrons de cafés et restaurants de la ville de Casablanca qui viennent de voir le vote de l’augmentation de la taxe sur l’occupation reporté par la...

Maroc : vers une réduction de la TVA sur certains produits

Une réduction de la TVA sur certains produits de base est actuellement à l’étude par le gouvernement. Objectif : tenter de faire baisser la facture des ménages.

Maroc : l’informel secoue les restaurants

Au Maroc, les restaurateurs ambulants disputent les parts de marché avec les restaurateurs formellement établis. Pour mettre fin à cette concurrence déloyale, les professionnels...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Le secteur de la franchise en danger de mort

La fermeture en série des franchises dans les grandes villes du Maroc inquiète Mohamed el Fane, le président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF). Il appelle l’État à soutenir ce secteur qui se meurt.

KFC ouvre de nouveaux restaurants au Maroc

Fidèle à son plan d’expansion initial, KFC, la chaîne de restauration rapide américaine envisage d’ouvrir 10 nouveaux restaurants au Maroc cette année.

Restauration au Maroc : des faillites en série qui inquiètent

Au Maroc, les professionnels avancent plusieurs facteurs pour expliquer les faillites en série dans le secteur de la restauration.

Les restaurateurs marocains accusés d’empoisonner leurs clients

Les propriétaires des cafés et restaurants ont rejeté les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI). Celle-ci a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit...

Maroc : le cri d’alarme des cafetiers et restaurateurs

Les propriétaires de cafés et de restaurants au Maroc alertent de nouveau sur leur situation. Ils appellent les autorités à sauver leur secteur sérieusement mis à rude épreuve.

Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une...

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

Maroc : ces cafetiers, ces profiteurs !

Bon nombre de Marocains sont mécontents des propriétaires de cafés qui pratiquent des tarifs exorbitants des boissons, et plutôt de la « place » pendant les matchs de l’équipe nationale marocaine à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN Côte d’Ivoire 2024).