Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

6 avril 2024 - 10h30 - Economie - Ecrit par : S.A

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une réponse immédiate de sa part et de la part des autres membres du gouvernement d’Aziz Akhannouch.

Les faillites s’accélèrent dans le secteur des cafés et de la restauration. Dans une correspondance adressée au Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, les propriétaires de cafés et de restaurants « alertent sur ce qu’ils considèrent comme des chiffres effrayants concernant le nombre de fermetures dans le secteur au Maroc et la perte d’emplois pour un grand nombre de travailleurs ». Cette correspondance fait suite à une étude de terrain réalisée par la Fédération nationale des propriétaires de cafés et restaurants (FNPCRM).

À lire :Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

La Fédération affirme avoir demandé une réunion avec le ministre depuis le 29 janvier 2024, mais cette demande reste lettre morte. Elle « a connu le même sort que plusieurs autres demandes que nous avons faites précédemment, soit pour organiser une réunion ou pour effectuer une étude diagnostique pour identifier les faiblesses dans le cadre législatif régissant le secteur des cafés et restaurants au Maroc, qui a été exploité par plusieurs institutions, et qui a inondé les professionnels marocains de révisions, d’instructions et d’amendes exorbitantes, profitant également de l’absence de représentants des très petites et petites entreprises dans tous ses conseils d’administration limités à la représentation patronale », déplore l’association.

À lire :Maroc : les cafés et restaurants en guerre contre les « cafés ambulants »

Elle se désole également du fait que ni le ministère de l’Emploi ni tous les ministères concernés n’aient agi suite aux nombreuses correspondances qu’elle leur a adressées au sujet des cafés et restaurants en faillite. « La situation à laquelle nous sommes arrivés avait été signalée au ministre auparavant, et nous lui avons demandé à plusieurs reprises de réaliser un diagnostic de terrain de la situation actuelle, et nous avons déposé des plaintes au ministère concernant les agressions subies par les professionnels de diverses institutions, mais le ministre nous a prouvé deux choses : la première est que la responsabilité est trop grande pour lui ou que les faillites subies par les petites entreprises dans notre pays ne font pas partie de ses préoccupations », confie Noureddine El Harrak, président de la Fédération. Et de poursuivre : « malgré la mort inquiétante d’un nombre d’entreprises, cela n’a pas poussé le ministre du Travail et des Petites entreprises à proposer des solutions, une ignorance que les professionnels ne peuvent ni ne vont tolérer ».

À lire :Cafés et restaurants de Rabat en grève contre les nouvelles taxes

« Les dialogues sociaux ne commencent qu’avec chaque secteur qui a organisé et organise des grèves continues », constate-t-elle, demandant au ministre de l’Intégration économique de fournir des réponses claires concernant cette dernière lettre « afin que nous puissions les transmettre à tous les professionnels marocains pour prendre les mesures nécessaires concernant le dialogue avec le gouvernement ». El Harrak espère à une réponse immédiate de la part de Younes Sekkouri et des autres membres du gouvernement.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Faillite - Aziz Akhannouch - Restauration - Gouvernement marocain - Younes Chekkouri

Aller plus loin

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association...

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes...

Maroc : les cafés et restaurants en guerre contre les « cafés ambulants »

La Fédération nationale des propriétaires de cafés et de restaurants au Maroc exprime une vive inquiétude face à la situation critique du secteur. Entre autres cibles, les «...

Cafés et restaurants de Rabat en grève contre les nouvelles taxes

En raison de l’augmentation des taxes sur les boissons non alcoolisées, ainsi que de la notification reçue de la mairie de Rabat de s’acquitter des taxes relatives à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Bouteille de gaz au Maroc : le prix flambe à partir d’avril

Le compte à rebours est lancé. À partir du 1ᵉʳ avril 2024, les Marocains devront mettre la main à la poche pour se procurer une bouteille de gaz butane. Exit la subvention de l’État, le prix passera de 40 à 50 dirhams, actant la première étape d’une...

Eau et électricité : une bonne nouvelle pour les ménages marocains

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch renonce à son projet visant à augmenter la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour l’eau et l’électricité. Ce projet avait soulevé de vives polémiques et inquiété les Marocains.

Les Marocains paieront plus cher la bonbonne de gaz

Comme décidé par le gouvernement, le prix de la bonbonne de gaz va augmenter dès l’année prochaine. Celle-ci devrait se poursuivre les années suivantes.

KFC ouvre de nouveaux restaurants au Maroc

Fidèle à son plan d’expansion initial, KFC, la chaîne de restauration rapide américaine envisage d’ouvrir 10 nouveaux restaurants au Maroc cette année.

Aide au logement : succès auprès des MRE

Le programme d’aide directe au logement « Daam Sakane », lancé le 2 janvier 2024, est un succès, notamment auprès des MRE, assure Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, lors du point de presse hebdomadaire à l’issue du conseil de gouvernement.

Les Marocains du monde, au cœur d’une importante réunion à Rabat

Le Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, a présidé la dixième réunion de la Commission ministérielle dédiée aux Marocains résidant à l’étranger (MRE)à Rabat hier, jeudi. Dans le cadre de cette réunion, il a mis en avant l’engagement du...

Le tourisme au Maroc : une nouvelle feuille de route ambitieuse pour 2023-2026

Le Chef du Gouvernement marocain a présidé une cérémonie de signature pour le déploiement d’une feuille de route stratégique pour le tourisme 2023-2026. Celle-ci a pour objectif d’attirer 17,5 millions de touristes, d’atteindre 120 milliards de...

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une...

Maroc : une aide directe pour les plus pauvres

Le gouvernement envisage d’accorder en 2023 une aide financière mensuelle directe à l’ensemble des familles démunies. Plus précisément, sept millions d’enfants et 3 millions de familles seront concernés.