Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

22 février 2023 - 23h50 - Economie - Ecrit par : S.A

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

Les propriétaires de cafés et restaurants sont à bout de souffle. L’Association nationale des propriétaires de cafés et restaurants et unités touristiques du Maroc appelle le ministère de l’Intérieur à une intervention urgente pour « arrêter l’hémorragie des fermetures que connaît ce secteur suite à l’entrée en vigueur des augmentations des taxes fiscales relatives aux boissons et à l’exploitation temporaire de l’espace public ». Certains gérants ont été contraints de fermer leurs commerces. « 20 % des propriétaires de cafés et restaurants ont été contraints de fermer parce qu’ils n’ont pas pu payer les dettes qui se sont accumulées au cours de la période de Covid-19, auxquelles sont venus s’ajouter les nouveaux tarifs des taxes et impôts imposés par certaines communes », a déclaré au Matin Nourredine El Harrak, le président de l’Association.

À lire : Au Maroc, 80% des restaurants sont menacés de faillite

« Le secteur se trouve actuellement au bord du gouffre et de nombreuses entités risquent de faire faillite si le ministère de l’Intérieur n’intervient pas pour plafonner les taxes et impôts dont les montants sont soumis actuellement à l’appréciation de chaque commune », a-t-il indiqué. Pour étayer son argumentaire, El Harrak évoque les fortes hausses des taxes urbaines adoptées par certaines collectivités territoriales, notamment la commune de Rabat et celle de Casablanca. « Je vous donne un exemple, la commune de Rabat a fixé les taxes urbaines relatives aux chaises et tables à 80 DH le mètre carré par trimestre, tandis que la taxe d’exploitation temporaire de l’espace public, elle est passée de 70 DH/m² à 525 DH/m² au niveau de quartiers comme Hay Riad et Souissi et 325 DH/m² au niveau du quartier Agdal. Sachant que ces augmentations ne répondent à aucune logique et risquent d’entraîner la faillite de nombreux commerces ».

Sujets associés : Impôts - Restauration

Aller plus loin

Maroc : un quart des cafés ont fait faillite

Incapables de résister à la crise sanitaire liée au coronavirus, près de 25 % des cafés et restaurants ont dû fermer définitivement. L’Association nationale des cafés et...

Nizar El Hajjaoui, le quadruple champion du monde de la pizza, en faillite

Nizar El Hajjaoui, le quadruple champion du monde de la pizza, vivant à Luxembourg, s’est vu contraint de fermer son restaurant Niz Art Piazza, à Perlé (Rambrouch), situé à deux...

Taxe musique et télévision : Les restaurateurs et cafetiers marocains se révoltent

En plein bras de fer avec le Bureau marocain du droit d’auteur (BMDA), les propriétaires de cafés et restaurants au Maroc ont décidé de porter l’affaire devant la justice. Ils...

Restauration au Maroc : des faillites en série qui inquiètent

Au Maroc, les professionnels avancent plusieurs facteurs pour expliquer les faillites en série dans le secteur de la restauration.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

KFC ouvre de nouveaux restaurants au Maroc

Fidèle à son plan d’expansion initial, KFC, la chaîne de restauration rapide américaine envisage d’ouvrir 10 nouveaux restaurants au Maroc cette année.

Maroc : des sociétés écrans créées pour échapper au fisc

La Direction générale des impôts a découvert que plusieurs sociétés installées dans les provinces du sud, créent des « sociétés écran » pour exercer leurs activités commerciales en dehors de cette région. Une évasion fiscale qui ne dit pas son nom.

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

Le MRE a-t-il le droit de vendre sa voiture au Maroc ?

Le Marocain résidant à l’étranger (MRE) a tout à fait le droit de vendre son véhicule lors de ses vacances au Maroc. Nous parlons, ici, de la période de l’admission temporaire de 6 mois, autorisée par les services de la Douane. Deux situations se...

Restauration au Maroc : des faillites en série qui inquiètent

Au Maroc, les professionnels avancent plusieurs facteurs pour expliquer les faillites en série dans le secteur de la restauration.

Maroc : du nouveau pour dotation pour voyage d’affaires

Au Maroc, la dotation pour voyage d’affaires passe de 60 à 100 000 dirhams, selon la version actualisée de l’Instruction générale des opérations de change (IGOC) qui est entrée en vigueur le 2 janvier 2024.

Maroc : le gouvernement et les syndicats divisés sur la hausse des salaires

Fin de la lune de miel entre le gouvernement et les centrales syndicales. Si la première phase des négociations s’est déroulée dans une ambiance détendue, des discordes sont apparues au cours du deuxième round sur certaines questions essentielles comme...

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.