Les restaurateurs marocains accusés d’empoisonner leurs clients

15 décembre 2023 - 12h30 - Economie - Ecrit par : S.A

Les propriétaires des cafés et restaurants ont rejeté les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI). Celle-ci a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit dans ce sens.

Les propriétaires de cafés et restaurants sont en colère. À l’origine de cette colère, une question écrite adressée par le groupe parlementaire du Rassemblement national des indépendants (RNI) au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit dans laquelle ils seraient accusés d’empoisonner leurs clients avec du café mélangé à des substances chimiques. Dans un communiqué signé par Noureddine El Harraq, président de la Fédération nationale des propriétaires des cafés et restaurants au Maroc (ANPCRM), ils récusent ces accusations de pratique commerciale frauduleuse. « Tous les lots de café réceptionnés par l’ensemble des cafés du Royaume sont empaquetés dans des sachets scellés et sont distribués par 7 ou 8 sociétés reconnues qui accaparent 90 % du marché », a précisé la Fédération, rappelant que ces entreprises disposent toutes de l’autorisation de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA).

À lire : Maroc : les cafés et restaurants en guerre contre les « cafés ambulants »

Les propriétaires de cafés déclinent toute responsabilité quant à une commercialisation supposée du café mélangé à des substances qui lui sont étrangères. Aussi, rappellent-ils que la mission de l’Office est de garantir la sécurité sanitaire des produits alimentaires depuis les matières premières jusqu’au consommateur final. Ils ont à leur tour accusé l’ONSSA d’avoir commis « un délit professionnel » qui engage sa responsabilité juridique en « fermant les yeux » sur cette fraude. « D’ailleurs, les cafés ne disposent pas de laboratoires d’analyse pour réaliser des tests sur les graines de café », ironise la Fédération. Pour elle, la question posée par députée Fatine El Ghali « relève de l’absurde et de la médiocrité politique engendrée par le dernier contexte électoral. Celle-ci aurait mieux fait de se préoccuper de la sauvegarde du pouvoir d’achat des professionnels, et celui des citoyens marocains de manière générale ».

À lire : Cafés et restaurants de Rabat en grève contre les nouvelles taxes

La fédération invite alors l’élue RNI à interpeller le ministre de l’Intérieur sur la propagation du secteur informel (73 %), mais aussi sur la hausse vertigineuse des prix des carburants qui a entraîné la flambée des tarifs des matières premières utilisés par les cafés et restaurants. « Cette augmentation à 300 % des denrées de base a causé la faillite de nombreuses unités et contribué à gonfler le taux de chômage qui a atteint aujourd’hui 13,5 % », s’alarme la fédération, notant que ce chiffre « renvoie le Maroc à 1995, année où le défunt roi Hassan II a annoncé que le pays était au bord de la crise cardiaque ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Rassemblement National des Indépendants (RNI) - Abdelouafi Laftit - Restauration - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes...

Maroc : les cafés et restaurants en guerre contre les « cafés ambulants »

La Fédération nationale des propriétaires de cafés et de restaurants au Maroc exprime une vive inquiétude face à la situation critique du secteur. Entre autres cibles, les «...

Cafés et restaurants de Rabat en grève contre les nouvelles taxes

En raison de l’augmentation des taxes sur les boissons non alcoolisées, ainsi que de la notification reçue de la mairie de Rabat de s’acquitter des taxes relatives à...

Rabat : les professionnels des cafés et restaurants en colère

Les professionnels des cafés et restaurants de Rabat ont tenu samedi une réunion pour dénoncer la décision du conseil communal de la ville fixant la redevance pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Restauration au Maroc : des faillites en série qui inquiètent

Au Maroc, les professionnels avancent plusieurs facteurs pour expliquer les faillites en série dans le secteur de la restauration.

La viande consommée par les Marocains dangereuse pour la santé ? un ministre répond

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assuré du bon état des abattoirs et de la qualité de la viande qui en est issue. Ceci, en réaction aux propos d’un conseiller parlementaire qui a dénoncé l’absence de maintenance des équipements et de...

Le Maroc en croisade contre la mendicité

Malgré les efforts fournis pour l’éradiquer, la mendicité a la peau dure. Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit sonne la mobilisation contre ce phénomène qui génère plusieurs milliards chaque année.

Au Maroc, désormais, le silence de l’administration vaut accord

Suite à la publication par les ministères de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme d’un arrêté conjoint relatif à la simplification des procédures dans le domaine de l’urbanisme, Abdelouafi Laftit a adressé une circulaire aux...

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.

Akhannouch attaque, Benkirane contre-attaque

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD et ancien chef du gouvernement a réagi aux propos du président du RNI, Aziz Akhannouch, actuel chef du gouvernement qui a accusé son parti d’avoir fait de « l’obstruction au développement » pendant dix...

Maroc : ces cafetiers, ces profiteurs !

Bon nombre de Marocains sont mécontents des propriétaires de cafés qui pratiquent des tarifs exorbitants des boissons, et plutôt de la « place » pendant les matchs de l’équipe nationale marocaine à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN Côte d’Ivoire 2024).

Maroc : ménage au ministère de l’Intérieur ?

Un nouveau redéploiement s’annonce imminent au ministère de l’Intérieur avec, à la clé, la mise à la retraite de bon nombre de walis et gouverneurs et des nominations.