Maroc : Le secteur de la franchise en danger de mort

19 mars 2024 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

La fermeture en série des franchises dans les grandes villes du Maroc inquiète Mohamed el Fane, le président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF). Il appelle l’État à soutenir ce secteur qui se meurt.

De plus en plus de magasins de franchises ont fermé depuis plusieurs mois dans les grandes villes comme Casablanca, Rabat, Marrakech, Tanger et Agadir, qui se distinguent par leur attractivité commerciale et touristique. « Si cette tendance se poursuit, nous nous acheminons vers un risque de 10 à 15 % de fermetures de magasins dans le secteur des franchises », craint Mohamed el Fane qui souligne que des secteurs essentiels de l’économie marocaine ont été affectés par ces faillites en série.

Le président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF) informe que près de 20 000 magasins de restauration, Fast-Food, Prêt à porter, cosmétiques, accessoires, fitness ont déposé le bilan pour diverses raisons. « Les dépôts de bilan sont consécutifs à la baisse du chiffre d’affaires, la conjoncture et le marasme économique, l’inflation, la baisse du pouvoir d’achat, la pression fiscale, droits de douane prohibitifs, perturbations au niveau des circuits d’approvisionnement, augmentation des charges et coûts opérationnels… », explique-t-il à Maroc Diplomatique.

À lire : Faillite : un rapport inquiétant sur les entreprises marocaines

La hausse d’environ 40 % des frais douaniers au cours des quatre dernières années, a particulièrement touché les importateurs qui ont dû augmenter les prix de vente de leurs produits, ce qui impacte forcément le prix d’achat de ces produits par le consommateur final, ajoute el Fane, soulignant que la hausse des loyers a également pénalisé les commerçants qui se sont retrouvés dans l’incapacité de payer les redevances et royalties et d’améliorer leur image de marque (branding).

Pour changer la donne, Mohamed el Fane appelle les autorités locales à « mener une politique de grande ampleur pour soutenir les commerçants en leur octroyant tous les outils nécessaires à leur viabilité ». La solution à cette situation « serait une initiative nationale, une coopération tripartite englobant l’État, les bailleurs et les commerçants », tranche le président de la FMF, invitant l’État à alléger les charges fiscales des commerçants et baisser les tarifs douaniers, les bailleurs à baisser leurs loyers et les commerçants dont les magasins sont fermés à les louer à d’autres enseignes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Importations - Mode - Impôts - Inflation - Restauration - Douane marocaine

Aller plus loin

Faillite : un rapport inquiétant sur les entreprises marocaines

Au Maroc, le nombre d’entreprises qui font faillite va de record en record. Et, les prévisions pour 2023 sont pour le moins inquiétantes.

Restauration au Maroc : des faillites en série qui inquiètent

Au Maroc, les professionnels avancent plusieurs facteurs pour expliquer les faillites en série dans le secteur de la restauration.

Un rapport sur les entreprises marocaines qui ont fait faillite

Au Maroc, le nombre d’entreprises reconnues comme défaillantes a bondi de 17,4 % en 2022 par rapport à l’année 2021. C’est ce que révèle une étude dressant un état des lieux des...

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc interdit l’importation de véhicules polluants

Le Maroc poursuit ses efforts visant à réduire l’impact de la pollution sur la santé des citoyens et sur l’environnement. Le ministère du Transport et de la logistique et le département de la Transition énergétique et du développement durable ont pris...

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Maroc : révision de l’impôt sur le revenu

Le gouvernement marocain, via son porte-parole Mustapha Baitas, a annoncé une révision de l’Impôt sur le revenu (IR) avec pour objectif d’augmenter les revenus des employés et fonctionnaires.

Maroc : les agriculteurs rattrapés par l’impôt

Au Maroc, les petits agriculteurs exploitants agricoles exonérés d’impôts réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 5 millions de dirhams, doivent désormais remplir une déclaration de revenus, a récemment rappelé la Direction générale des impôts (DGI).

Contrôle douanier : Fouzi Lekjaâ rassure les MRE

Suite aux rumeurs sur un supposé renforcement du contrôle douanier des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le ministre délégué chargé du budget, Faouzi Lekjaâ a apporté un démenti formel. Ce contrôle n’intervient que dans les transactions...

Bonne nouvelle pour les MRE : Importations de meubles usagés désormais libres

Le ministère marocain de l’Industrie et du commerce vient de lever les restrictions à l’importation par les Marcains résidant à l’étranger des meubles en bois, des tapis et autres articles électroménagers usagés.

Maroc : voici les villes où les prix ont baissé (et augmenté)

Les prix à la consommation ont affiché une légère baisse de 0,3%, selon les derniers chiffres dévoilés par le Haut Commissariat au Plan (HCP).

Les banques marocaines se disent asphyxiées par les taxes

Afin d’élargir l’assiette fiscale, le gouvernement envisage de prendre de nouvelles mesures vis-à-vis des entreprises du secteur financier. Ainsi, à partir de 2026, les banques doivent supporter un taux de 40% sur leurs bénéfices et payer 5%...

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.