Recherche

Maroc : une enquête dénonce le pillage des fossiles (vidéo)

© Copyright : DR

20 décembre 2019 - 10h10 - Maroc

De véritables trésors paléontologiques qui disparaissent dans le silence absolu. Ce trafic, entretenu par des marchands véreux tapis dans l’ombre, n’émeut guère les autorités marocaines.

Il s’agit d’un commerce illicite, mais très rentable, qui permet aux contrebandiers de faire fortune, explique France 2. A titre d’exemple, pour un squelette de dinosaure, ces derniers engrangent parfois des dizaines de milliers d’euros.

C’est notamment à la frontière entre le Maroc et l’Algérie, au milieu des vastes étendues rocailleuses du Sahara, d’où émergent des dizaines de petites mines à ciel ouvert, que prospère ce commerce. Ici notamment, indique France 2 dans son reportage, des hommes munis d’outils artisanaux, s’acharnent contre la roche, en quête de fossiles.

"C’est très difficile, c’est épuisant. Les meilleurs jours, on gagne 4 à 5 euros ; mais souvent, on est bien loin du compte", confie Saïd Achabou, un fouineur de ces trésors cachés, originaire de la ville d’Erfoud, supposée riche en fossiles. Dans cette ville, plusieurs marchands possèdent des ateliers où, une fois polis, les fossiles sont cédés parfois à plusieurs centaines d’euros aux nombreux touristes qui affluent dans la ville et qui aiment repartir avec quelques souvenirs. Cependant, les grands commerçants, qui profitent surtout de ce commerce préhistorique, opèrent dans la clandestinité en vendant leurs fossiles beaucoup plus cher.

L’enquête de France 2 insiste sur le laxisme des autorités compétentes qui n’inquiètent aucunement ces nombreux marchands illégaux, d’autant plus que leur activité fait vivre la région.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact