Le Maroc renforce son système de contrôle à l’importation

6 juillet 2021 - 13h20 - Ecrit par : A.P

Lutter contre la fraude, réduire considérablement les délais d’importation et veiller à la qualité des produits importés pour préserver la sécurité du consommateur. Tel est l’objectif de la réforme mise en œuvre par le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique afin d’améliorer le système de contrôle des produits industriels à l’importation.

Le nouveau système impose de nouvelles règles de contrôle dans le pays d’origine et permet d’éviter l’importation au Maroc de produits de mauvaise qualité ou présentant un risque pour le consommateur et l’environnement. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette réforme initiée par le ministère de l’Industrie, un appel à manifestation d’intérêt avait été lancé en avril 2018 et a connu la participation de plusieurs organismes dont cinq ont été présélectionnés. Au final, trois candidats ont été retenus après étude de leurs dossiers. Il s’agit de Bureau Veritas, Applus Fomento et TUV Rheiland.

À lire : Maroc : nouvelles règles pour les importations

Le ministère a signé une convention d’agrément avec chacun de ces trois organismes, conformément à l’arrêté n° 3873-13 du 26 décembre 2013 relatif à l’agrément des organismes d’évaluation de la conformité. Le document, publié au Journal Officiel, prévoit le versement de droits alloués par le ministère pour soutenir des entreprises exportatrices marocaines sur des marchés difficiles.

À ce jour, le système mis en place depuis février 2020, a fait ses preuves selon le ministère qui, après vérifications, note une forte réduction des fraudes ainsi que des délais de transit. La durée moyenne de transmission des résultats de contrôle est passée de 3,73 jours à 1,24 jour et la durée moyenne de programmation des visites physiques est passée de 1,85 jour à 0,93 jour, fait savoir le ministère.

À lire : Maroc : le taux d’importation passe à 40 %

Avant le lancement de la réforme, le ministère a effectué une grande mission de sensibilisation pour échanger avec toutes les parties prenantes, notamment les transitaires et les importateurs, les associations de commerçants de la ville de Casablanca, etc. Des équipes du ministère ont été détachées pour veiller au quotidien au bon fonctionnement du système et au suivi des organismes. Ce travail de contrôle a conduit à la suspension en 2020 de l’un des organismes et d’un deuxième en 2021.

Tags : Importations - Fraude - Ministère de l’industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies

Aller plus loin

Maroc : hausse du déficit commercial en 2021

Sur l’ensemble de l’année 2021, les échanges commerciaux du Maroc ont connu un important rebond, marqués par une hausse du déficit commercial à 15,5 %, selon Bank...

Au Maroc, la hausse des droits d’importation va plomber l’investissement

Alors que l’économie durement touchée par le Covid-19 reprend timidement, le conseil du gouvernement a introduit une hausse des droits d’importation de 30 à 40% dans le projet de...

Importation du tapis : le Maroc impose un droit antidumping

Depuis ce vendredi 1ᵉʳ avril, le Maroc applique un droit antidumping sur les importations de tapis et autres revêtements de sol à fabrication mécanique, en provenance de la Chine,...

Maroc : le taux d’importation passe à 40 %

La quotité du droit d’importation est passée de 30 % à 40 % à la suite de la publication de la Loi de Finances rectificative 2020 dans le bulletin officiel n°6903, lundi 27 juillet...

Nous vous recommandons

Gazoduc Maghreb-Europe : l’Algérie ne veut pas se soumettre au « chantage » du Maroc

L’Algérie a pris ses précautions en cas de non-renouvellement par le Maroc du contrat de concession du gazoduc Maghreb-Europe dont l’expiration arrive en novembre, assure Toufik Hakkar, le PDG de la compagnie algérienne de gaz...

Le salafiste Hassan Kettani savoure le retour des talibans à Kaboul

Alors que la situation en Afghanistan est préoccupante, le salafiste marocain Hassan Kettani est heureux du retour des talibans à Kaboul, 20 ans après le renversement de leur régime.

Un Marocain derrière un grand réseau de trafic de cocaïne en Espagne

La police espagnole, en collaboration avec les forces de sécurité portugaises, a démantelé lundi un réseau de narcotrafiquants qui voulait introduire en Espagne de la drogue en provenance du Maroc et dissimulée dans un bateau de pêche. En tout, 20...

Le Maroc veut contrôler l’espace aérien du Sahara

L’Espagne et le Maroc tenteront prochainement de trouver une solution au problème de la délimitation des eaux canariennes et marocaines, mais aussi des eaux du Sahara. Rabat souhaiterait offrir des contrats aux entreprises éoliennes espagnoles en...

Que sait-on du pont aérien militaire entre les Emirats et le Maroc ?

L’armée de l’air des Émirats arabes unis a récemment opéré des vols entre ses bases aux émirats et celles au Maroc. Ce pont aérien militaire est sujet à interprétation.

Le combat de Laïla pour obtenir la nationalité française

Née à Maubeuge en France, il y a plus de 40 ans, Laïla a du mal à obtenir la nationalité française. Pourtant, la jeune femme marocaine semble remplir toutes les conditions pour obtenir le précieux document qui ferait d’elle une citoyenne française à part...

Rupture avec le Maroc : l’Algérie "veut montrer qu’elle est de retour sur la scène internationale"

La chercheuse Isabelle Werenfels de l’Institut allemand des affaires internationales et de sécurité (SWP) estime que « l’Algérie veut montrer » à travers sa décision de couper les ponts avec le Maroc « qu’elle est de retour sur la scène internationale...

Vers la fin du gazoduc Maghreb-Europe ?

La tension qui prévaut entre le Maroc et l’Algérie pourrait provoquer la fin de la concession du gazoduc Maghreb-Europe (GME) reliant le pays voisin à l’Espagne. Si le royaume a donné sa position sur son renouvellement, Alger tarde à le faire. Sa position...

L’avocat marocain fait chuter les prix en Europe

En raison de l’augmentation sans cesse croissante des productions du Maroc, d’Israël, d’Espagne, les prix de l’avocat ont chuté sur le marché européen de l’avocat.

Le Maroc veut utiliser des missiles israéliens pour contrôler le détroit

Le Maroc envisage de déployer des missiles israéliens Rafael dans les régions de Tanger et de Nador pour mieux contrôler le détroit de Gibraltar. Ceci, en réponse à la décision de l’Espagne de renforcer sa présence militaire dans les villes autonomes de Ceuta...