Le Maroc renforce son système de contrôle à l’importation

6 juillet 2021 - 13h20 - Economie - Ecrit par : A.P

Lutter contre la fraude, réduire considérablement les délais d’importation et veiller à la qualité des produits importés pour préserver la sécurité du consommateur. Tel est l’objectif de la réforme mise en œuvre par le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique afin d’améliorer le système de contrôle des produits industriels à l’importation.

Le nouveau système impose de nouvelles règles de contrôle dans le pays d’origine et permet d’éviter l’importation au Maroc de produits de mauvaise qualité ou présentant un risque pour le consommateur et l’environnement. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette réforme initiée par le ministère de l’Industrie, un appel à manifestation d’intérêt avait été lancé en avril 2018 et a connu la participation de plusieurs organismes dont cinq ont été présélectionnés. Au final, trois candidats ont été retenus après étude de leurs dossiers. Il s’agit de Bureau Veritas, Applus Fomento et TUV Rheiland.

À lire : Maroc : nouvelles règles pour les importations

Le ministère a signé une convention d’agrément avec chacun de ces trois organismes, conformément à l’arrêté n° 3873-13 du 26 décembre 2013 relatif à l’agrément des organismes d’évaluation de la conformité. Le document, publié au Journal Officiel, prévoit le versement de droits alloués par le ministère pour soutenir des entreprises exportatrices marocaines sur des marchés difficiles.

À ce jour, le système mis en place depuis février 2020, a fait ses preuves selon le ministère qui, après vérifications, note une forte réduction des fraudes ainsi que des délais de transit. La durée moyenne de transmission des résultats de contrôle est passée de 3,73 jours à 1,24 jour et la durée moyenne de programmation des visites physiques est passée de 1,85 jour à 0,93 jour, fait savoir le ministère.

À lire : Maroc : le taux d’importation passe à 40 %

Avant le lancement de la réforme, le ministère a effectué une grande mission de sensibilisation pour échanger avec toutes les parties prenantes, notamment les transitaires et les importateurs, les associations de commerçants de la ville de Casablanca, etc. Des équipes du ministère ont été détachées pour veiller au quotidien au bon fonctionnement du système et au suivi des organismes. Ce travail de contrôle a conduit à la suspension en 2020 de l’un des organismes et d’un deuxième en 2021.

Sujets associés : Importations - Fraude - Ministère de l’industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies

Aller plus loin

Maroc : hausse du déficit commercial en 2021

Sur l’ensemble de l’année 2021, les échanges commerciaux du Maroc ont connu un important rebond, marqués par une hausse du déficit commercial à 15,5 %, selon Bank Al-Maghrib.

Ramadan au Maroc : les autorités commencent à contrôler les prix

À l’initiative du ministère de l’Intérieur, des inspections inopinées sont menées dans tous les souks et marchés du royaume, pour contrôler et faire le suivi de la situation,...

Maroc : le taux d’importation passe à 40 %

La quotité du droit d’importation est passée de 30 % à 40 % à la suite de la publication de la Loi de Finances rectificative 2020 dans le bulletin officiel n°6903, lundi 27...

Maroc : nouvelles règles pour les importations

Une nouvelle procédure de contrôle des produits industriels à l’importation est entrée en vigueur depuis le 20 juin dernier, immédiatement après l’expiration de la période de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc dispose d’un stock de blé de six mois

Le stock de blé du Maroc s’élève à six mois, selon le gouvernement, en réponse aux craintes de coupures d’approvisionnement et de hausses de prix liés au conflit russo-ukrainienne associé à la sécheresse qui touche le pays.

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).

Aïd Al-Adha : combien coûte un mouton importé ?

Le prix du mouton importé serait de l’ordre de 2 850 dirhams et non 700 dirhams, selon une rumeur distillée sur les réseaux sociaux. C’est ce qu’indique la Fédération marocaine des acteurs de la filière élevage (FMAFE).

La sécheresse pousse le Maroc à multiplier ses achats de blé sur le marché mondial

Le Maroc maintient son système de restitution à l’importation du blé tendre au profit des opérateurs. Une importante quantité de cette céréale sera bientôt commandée.

Les soldes d’été démarrent ce 28 juillet au Maroc

Ça y est. Les soldes d’été commencent ce jeudi 28 juillet au Maroc. Depuis deux ans, elles sont organisées de manière coordonnée dans le pays.

Bonne nouvelle pour les MRE : Importations de meubles usagés désormais libres

Le ministère marocain de l’Industrie et du commerce vient de lever les restrictions à l’importation par les Marcains résidant à l’étranger des meubles en bois, des tapis et autres articles électroménagers usagés.

Maroc : de nouveaux projets pour renforcer le « Made in Morocco »

Le Maroc poursuit sa marche vers la souveraineté industrielle. Mardi dernier, le gouvernement a procédé au lancement du 4ᵉ lot d’opportunités d’investissements, initiées dans le cadre de la banque à projets. Au total, 275 nouveaux projets ont été...

Maroc : les taxes sur les cigarettes électroniques passent à 40%

Les droits d’importation des cigarettes électroniques devraient passer de 2,5 à 40 % dès l’année prochaine. La mesure est très mal accueillie par les commerçants.

Israël importe des étrogs marocains pour la fête de Souccot

Pour la célébration de la fête de Souccot cette année, les juifs d’Israël vont utiliser des étrogs marocains. Une grande quantité de ce fruit a été acheminée en Israël, en raison des restrictions liées à la loi juive et grâce à la normalisation des...

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.