Des Marocains vendent leurs reins pour 50 000 DH

26 novembre 2020 - 20h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Des réseaux criminels turcs de trafic d’organes humains en complicité avec des cliniques achètent le rein de jeunes Marocains démunis pour 50 000 dirhams. L’opération se déroule en Turquie.

Ces réseaux organisent le voyage des donneurs qu’ils présentent comme des touristes en Turquie, s’occupent de leur hébergement jusqu’à la fin de leur séjour, rapporte Assabah. Ils contournent la législation turque qui prévoit que toute personne reconnue coupable de trafic d’organes humains est passible de 15 ans de prison en fabriquant de faux papiers aux futurs donneurs, et ce, avec la complicité de certaines cliniques.

Au cours de leur séjour, ceux-ci subissent le prélèvement de leurs reins. Ils sont ensuite relogés dans d’autres hôtels avant de subir des opérations esthétiques qui masquent ce trafic illégal. Après quelques jours de convalescence, ils retournent au Maroc. À leur arrivée, ils perçoivent 50 000 dirhams pour le rein vendu. Les reins vendus sont destinés aux richissimes arabes pour qui la Turquie est la destination privilégiée pour le prélèvement et la transplantation d’organes humains.

Selon les statistiques officielles, 20 000 patients sont inscrits sur la liste des candidats à la transplantation de rein et 2 000 autres sur celle des candidats à la greffe du foie.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Turquie - Trafic

Aller plus loin

Arabie saoudite : un enseignant sauve la vie d’un élève en lui offrant son rein

Un enseignant saoudien a contribué à sauver la vie de l’un de ses élèves, atteint d’insuffisance rénale, en lui faisant don d’un de ses reins. La diffusion d’un selfie d’Hassan...

Maroc : un réseau de trafic d’organes humains démantelé

A Casablanca, quatre individus, dont trois femmes, ont été déférés devant la justice, pour leurs liens présumés avec un réseau criminel actif dans le trafic d’organes humains et...

Les Marocains sont-ils prêts à faire don de leurs organes ?

Une enquête vient de révéler que 70 % des Marocains sont au courant de la possibilité de faire don de leurs organes après leur décès, contre seulement 30 % qui affirment ne pas...

Marrakech : elle découvre, six ans plus tard, qu’on lui a volé un rein (vidéo)

Après avoir été opérée d’urgence dans un hôpital à Marrakech, une femme découvre, quelques années plus tard, que son rein lui a été volé. Dans une vidéo, elle raconte son voyage...

Ces articles devraient vous intéresser :