Maroc : plus d’une centaine de militants d’Al Adl Wal Ihssane licenciés ou mutés

21 mars 2017 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Les militants ou des personnes qualifiées de proches du mouvement islamiste d’Al Adl Wal Ihssane auraient fait l’objet de licenciements ou de mutations de la part des autorités marocaines.

On estime leur nombre aujourd’hui à 129 personnes, rapporte le site TelQuel, qui précise qu’un comité de soutien a été créé hier à Rabat au siège de l’Association marocaine des droits humains (AMDH). « C’est une initiative spontanée de défenseurs des droits de l’homme venant de différents horizons qui s’inquiètent de cette série de licenciements », explique la coordinatrice de ce comité, Khadija Riyadi, au site.

D’autres personnalités se sont également jointes au comité de soutien, indique la même source. Il s’agit des avocats Abdelaziz Nouayidi et Abderrahim Benameur, du directeur de publication du site d’information Lakome2 Ali Anouzla ou encore du secrétaire général de Transparency Maroc Fouad Abdelmoumni.

Telquel avance le nombre de 129 personnes concernées par ces mutations et licenciements : l’Éducation nationale (93), de l’Agriculture (15), des Finances (5) des Transports (4), de l’Intérieur (1) et des Sports (1). D’autres entreprises publiques sont également concernées par ces purges.

Sujets associés : Rabat - Khadija Ryadi - Association Marocaine des Droits Humains (AMDH) - Al Adl wal Ihssane

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Al Adl Wal Ihssane accuse l’Etat de faire une purge parmi ses membres dans fonction publique

Des licenciements et des mutations forcées ont été pratiqués dans la fonction publique, accuse le mouvement Al Adl Wal Ihssane dans un communiqué publié sur son site...

Nous vous recommandons

Rabat

Maroc : les médecins du secteur public en grève à compter du 25 mai prochain

Les médecins, pharmaciens et chirurgiens dentistes du secteur public marocain déclencheront un vaste mouvement de protestation dans tous les établissements sanitaires du Royaume. Ils annoncent une grève de 48h, un sit-in et une marche ainsi que d’autres...

Rabat : un gang vandalise les installations d’eau et d’électricité

La police est activement à la recherche d’un gang spécialisé dans le vol de câbles de cuivre et de canalisations en métal sur les installations des sociétés de distribution d’eau et d’électricité au niveau des quartiers huppés de Rabat, occasionnant des...

Les cafés et les restaurants sans autorisation dans le collimateur de la mairie de Rabat

La maire de Rabat, Asmaa Rhlalou, a sommé tous les cafés, restaurants et petits commerçants de la capitale, ne disposant pas d’une autorisation administrative d’exercer d’engager, dès le 4 mars, le processus de régularisation de leur...

La justice annule in extremis le vol de la maison d’un MRE

Après avoir purgé sa peine dans une affaire de terrorisme, un ex-détenu retourne en prison à Rabat pour un autre délit. Il lui est reproché désormais une affaire d’usage de faux sceaux de l’État dans une transaction...

Hirak du Rif : la Cour de cassation rend sa décision définitive

A moins d’une solution politique, Nasser Zefzafi purgera les 20 ans de prison ferme prononcés par la chambre criminelle le 28 juin 2018 et confirmés par la Cour d’appel de Casablanca en avril 2019. Vendredi dernier, la Cour de cassation de Rabat a...

Khadija Ryadi

Association Marocaine des Droits Humains (AMDH)

Tamponner les passeports à Sebta et Melilla, une forme de « colonisation »

L’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) a demandé au ministère marocain des Affaires étrangères de permettre aux voyageurs marocains d’entrer à Sebta et Melilla sans avoir à tamponner leurs passeports. Ceci représente une forme de reconnaissance...

Sebta : une quarantaine de réfugiés yéménites expulsés «  illégalement  », selon l’ AMDH

L’Espagne a expulsé une quarantaine de réfugiés yéménites malgré leur statut de demandeurs d’asile. C’est du moins, la dénonciation formulée lundi, par l’Association marocaine des droits humains (AMDH).

Drame de Tanger : l’AMDH appelle le gouvernement à prendre ses responsabilités

L’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) interpelle le gouvernement et demande que les responsables du drame de Tanger soient sanctionnés à la taille de la perte causée au sein des familles.

Maroc : un ex-prisonnier en grève de la faim en solidarité avec les détenus du Rif

Rabie El Ablak, ancien détenu sorti récemment de prison, observe une grève de la faim ouverte depuis le 19 août 2020, pour manifester sa solidarité avec les détenus du Rif.

Naissance d’un front contre la normalisation Maroc-Israël

La reprise des relations entre le Maroc et Israël n’est pas du goût de certains qui y voient un danger pour le peuple palestinien. Une quinzaine de partis politiques, de syndicats, de réseaux féministes et d’associations marocaines se sont unis pour lutter...

Al Adl wal Ihssane

M’diq : une manifestation pour exiger la tenue des Tarawih dispersée

Des dizaines de jeunes ont manifesté cette semaine à M’diq pour exiger l’ouverture des mosquées afin d’y accomplir les prières des Tarawih pendant le mois de Ramadan. Ils ont été dispersés par les forces de l’ordre qui, après enquête, ont interpellé les...

Un responsable d’Al Adl Wal Ihssane (islamiste) arrêté en pleins ébats dans une voiture

La police judiciaire de la ville de Meknès a arrêté le premier responsable du mouvement Al Adl Wal Ihsane (Justice et Bienfaisance) pour la région de Fès-Meknès. Il a été surpris en pleins ébats avec une femme...

Fin tragique d’un professeur à Settat

Un terrible accident ferroviaire a eu lieu mardi à l’entrée de la ville de Settat. Un homme de 58 ans a été écrasé par un train en provenance de Casablanca.

Le torchon brûle entre le PJD et Al Adl Wal Ihsane

Le Parti de la justice et du développement (PJD) et Al Adl Wal Ihsane sont à couteaux tirés. Motif du désaccord : l’interdiction des prières de Tarawih dans les mosquées durant le ramadan.

Un parti marocain critique la normalisation Maroc-Israël

Près d’un an après, la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël continue de susciter des réactions. Un parti politique marocain porte un regard critique sur ce rapprochement...