Un ancien Premier ministre marocain plaide pour une réconciliation avec l’Algérie

15 décembre 2019 - 13h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Abderrahmane Youssoufi, ancien Premier ministre marocain, également ancien premier secrétaire du parti de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) a appelé à une "réconciliation historique avec les frères algériens" lors d’une conférence organisée par son parti à Oujda, dans le nord-est du Maroc.

Renouer avec le dialogue sur la possibilité de rouvrir les frontières avec l’Algérie afin de "servir les intérêts des deux peuples". Tel est l’appel d’Abderrahmane Youssoufi, ancien Premier ministre marocain. Celui-ci s’est dit satisfait du discours du roi Mohammed VI à l’occasion du 43e anniversaire de la Marche verte.

Aussi, a-t-il rappelé que le souverain avait déclaré que le Maroc et l’Algérie et leurs dirigeants sont capables d’ouvrir un dialogue "sans médiation par un tiers". Selon ses dires, ils peuvent ensemble trouver des solutions à tous les problèmes qui mettent à mal les relations maroco-algériennes.

"Nous sommes tous censés participer à la recherche de [solutions] en raison de notre fraternité et de notre histoire commune", reste convaincu Abderrahmane Youssoufi.

Depuis l’accession du Maroc et de l’Algérie à l’indépendance, les relations entre les deux pays ont été marquées par une kyrielle de problèmes notamment la guerre des sables de 1963, la guerre du Sahara entre 1975 et 1991 et la fermeture des frontières en 1994.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Oujda - Algérie - Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) - Aberrahmane El Youssoufi - Sahara Occidental

Aller plus loin

Le Maroc pointe du doigt la responsabilité de l’Algérie dans le conflit au Sahara

Le gouvernement s’est à nouveau exprimé hier sur la question du Sahara par la voix de son porte-parole Mustapha El Khalfi, qui a évoqué les « provocations » de la part du...

L’Algérie considérée comme « partie principale dans le processus politique » au Sahara

La résolution 2440 sur la question du Sahara Marocain « consacre, pour la première fois, l’Algérie comme partie principale dans le processus politique », estime l’Ambassadeur,...

Sahara : le Maroc dénonce les « propos inacceptables » de l’Algérie

Nouvelle passe d’armes entre les délégations marocaine et algérienne à Genève où a eu lieu hier la 39e session du Conseil des droits de l’homme.

Ces articles devraient vous intéresser :

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...

Maroc : la vérité sur l’interdiction aux femmes de séjourner seules dans un hôtel

Une circulaire du ministère de l’Intérieur aurait interdit aux femmes de séjourner dans un hôtel de leur ville de résidence. Interpellé sur la question par le député de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) Moulay Mehdi El Fathemy, le...

Quatre dirigeants du Polisario tués par un drone marocain

Au moins quatre dirigeants du front du Polisario ont été tués par un drone des Forces armées royales (FAR) dans la zone tampon.

Les députés marocains s’intéressent aux autoroutes

Une mission d’information dédiée aux autoroutes devrait être bientôt créée. Les groupes de la majorité et l’Union socialiste des forces populaires (USFP) n’attendent que le feu vert du bureau de la Chambre des représentants.