Le député Omar Balafrej abandonne la politique

27 mars 2021 - 19h20 - Maroc - Ecrit par : J.D

Après l’avoir annoncé en octobre dernier, le député Omar Balafrej, réputé pour son honnêteté et son sérieux au sein du parlement marocain, a confirmé son retrait du moins momentané, de la scène politique au profit de l’entreprenariat pour, dit-il, accompagner les jeunes porteurs de projets. Le député ne participera pas aux prochaines élections même s’il fait remarquer que sa décision n’est pas liée à ses différends avec la secrétaire générale du PSU, Nabila Mounib.

Expliquant sa position actuelle annoncée déjà en octobre dernier une longue interview à Al Ayam, citée par Médias24, le député de la circonscription Rabat-Océan, connu pour ses positions tranchées à l’hémicycle, assure que sa décision est plutôt liée à l’échec du projet de la FGD dont il est partie prenante depuis 2015 mais resté sans résultat six ans après.

« En 2015, on a promis un projet aux Marocains : la FGD, une union des gauches mais surtout une ouverture aux jeunes et à tous ceux qui rejettent les institutions. Ce projet devait se faire en 2016 puis en 2017. On est en 2021 et la fusion n’a pas encore eu lieu. Je considère donc que ce projet est mort.  », détaille Balafrej. Et d’ajouter : « Je ne peux pas venir me représenter dans ces conditions. Je ne veux pas mentir aux Marocains. Les conditions ne sont pas réunies pour que je me présente. »

Élu en 2016 au bout d’une bataille électorale très serrée, Omar Balafrej a beaucoup fait parler de lui au sein de l’hémicycle par ses positions, son travail acharné au sein de la commission des finances et pendant les plénières où il disposait pourtant de peu temps de prise de parole.

L’élu populaire dont le retrait de la vie politique fera grand bruit au sein de la jeunesse et risque de bousculer les calculs au sein des FGD et du PSU, précise qu’il se remotive pour pouvoir se présenter à un nouveau mandat quand les conditions seront réunies.

Nabila Mounib à la barre

Indexée dans l’opinion publique comme la personne qui a poussé à la porte Omar Balafrej, la Secrétaire générale du PSU, une des composantes de la FGD, Nabila Mounib regrette ce choix de Balafrej et dit le respecter. Elle pense tout de même que l’élu a abattu un excellent travail au parlement et le parti a besoin de personne qui travaille. « Omar a fait un excellent travail au Parlement. Mais les relations humaines sont importantes dans la politique », conseille Mounib affirmant n’avoir aucune rancœur ni haine pour qui que ce soit.

Au sujet de la fusion des trois composantes de la FGD, elle précise que cette décision de fusion n’incombe pas à la seule personne du secrétaire général du PSU ajoutant en outre que les discussions se poursuivent au sein des instances des trois partis d’où émergent d’ailleurs certaines divergences qui bloquent l’exécution du projet de fusion.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Rabat - Parti Socialiste Unifié (PSU) - Omar Balafrej - Parlement marocain

Aller plus loin

Et si le Maroc profitait de la crise pour lancer de profondes réformes ?

Le député FGD et conseiller communal de la ville de Rabat Omar Balafrej, plaide en faveur d’un système unifié de couverture médicale. C’était au cours d’une conférence à...

Des appels au meurtre sur Facebook

Trois influenceurs web portés sur les sciences, se servent de leurs chaînes YouTube pour vulgariser les matières scientifiques et l’Histoire. Ils sont désormais menacés de mort...

Élections : l’optimisme n’est pas unanimement partagé au sein du PJD

Pour les échéances électorales prochaines, une partie de la direction du PJD est certaine que le parti sortira victorieux. Mais pour d’autres, point n’est besoin de se voiler la...

Omar Balafrej propose 1000 dirhams d’aide pour chaque salarié

Le député Omar Balafrej est préoccupé par la gestion du fonds mis en place pour lutter contre les effets du coronavirus au Maroc. Il a présenté, mercredi, une liste de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Autoroutes du Maroc : retards et dysfonctionnements inquiètent

Le retard observé dans la réalisation de certains projets d’autoroutes inquiète le parlement marocain qui a interpellé le premier responsable de la Société nationale des autoroutes pour avoir des explications sur cette situation.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Maroc : une taxe de 30% sur les « Iphone »

Les députés de la majorité parlementaire désapprouvent l’augmentation de 2,5 % à 30 % des droits de douane sur les smartphones importés, prévue dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Certains plaident pour une taxe sur les téléphones de luxe,...

Maroc : la question des dattes algériennes arrive au parlement

Le groupe Haraki à la Chambre des Représentants a interpellé le ministre de l’Agriculture, Mohamed Sidiki, sur les dattes notamment d’origine algérienne qui ont inondé le marché marocain avant le début du mois de ramadan.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.