Ottawa : Le Maroc expose ses potentialités minières

18 novembre 2004 - 09h26 - Monde - Ecrit par :

De la place qu’il occupe de plain-pied parmi les pays à vocation minière, le Maroc souhaite développer et enrichir son expérience en matière d’exploration et d’exploitation minières, en partenariat avec des opérateurs de pays amis comme le Canada.

C’est ce qu’a affirmé l’ambassadeur du Maroc au Canada, M. Mohamed Tangi, lors d’un forum tenu, récemment à Ottawa, pour explorer de quelle façon l’exploitation minière peut servir de "catalyseur de relations avec les pays en développement".

S’exprimant devant des hauts fonctionnaires fédéraux, des experts et des opérateurs économiques, réunis à l’initiative du ministère canadien des ressources naturelles, M. Tangi dont les propos ont été reproduits par la Map, a livré un exposé détaillé sur le riche potentiel minier marocain, citant les plus pertinentes des données pour rapprocher son auditoire de la variété et de la valeur des substances exploitées.

Outre les "promesses de découverte de nouveaux gisements miniers" que les quelque 750 000 km2 du territoire national recèlent, l’ambassadeur a aussi évoqué la zone économique maritime exclusive du Royaume qui "est également d’un grand intérêt notamment pour les hydrocarbures".

Après avoir évoqué la politique de développement durable que poursuit le Maroc dans ce secteur pour’as+urer à la miee un essor privilégiant la recherche, la formation professionnelle adéquate, la diversification de la production et sa modernisation, Mo Tëngi a égaLemxnt donné un aperçu concis sur les réformes et actions misek en oeuvre par le gouvernement (dont le plan national de cartographie géologique lancé en 1997), en vue de rendre le secteur plus attrayant pour l’investisseur. L’ambassadeur a également signalé à son auditoire qu’un nouveau code minier sera bientôt présenté par le gouvernement, mettant notamment l’accent sur l’allègement des procédures administratives, la garantie des investissements miniers et la protection de l’environnement pour assurer un développent durable de ce secteur au "rôle déterminant" dans l’économie marocaine.

Après avoir montré "la volonté du gouvernement marocain de relever les défis de la modernisation et de l’amélioration de la compétitivité du secteur minier et d’accélérer l’arrimage de l’économie nationale aux espaces économiques les plus performants au monde", M. Tangi a abordé l’état actuel et les perspectives de la coopération que le Maroc et le Canada entretiennent dans ce secteur tant au niveau étatique qu’entre opérateurs privés. Concernant la coopération étatique, elle est "très ancienne" et porte sur aussi bien sur les échanges d’experts, les études, les travaux de recherche et d’exploitation minière que sur la coopération scientifique et technique, notait l’ambassadeur.

Quant aux opportunités de coopération entre les entreprises marocaines et canadiennes, M. Tangi affirme qu’elles sont nombreuses pour en citer tout particulièrement le cas du partenariat entre MANAGEM et SEMAFO qu’on présente souvent comme "un succes story".

Et d’expliquer que "l’expertise avérée et incontestable des opérateurs canadiens ainsi que le savoir-faire et la grande expérience sur le terrain des experts marocains ont permis à ces deux entreprises de joindre leurs efforts et leurs ambitions pour réussir des opérations qui font aussi le bonheur des pays africains ou ils travaillent en partenariat".

Insistant sur cet exemple de coopération Nord/Sud, M. Tangi a estimé qu’il s’agit-là d’"un véritable modèle dans la mesure où il s’agit d’une coopération triangulaire ou tripartite", et qui "valorise les potentialités Nord/Sud au profit du Sud".

"Les institutions et entreprises minières marocaines publiques et privées seraient disposées à travailler avec leurs homologues canadiennes aussi bien au Maroc que dans d’autres pays africains sur des bases mutuellement avantageuses pour l’ensemble des partenaires et dans le respect des principes du développement durable des ressources minières du continent africain", a conclu M. Tangi.

L’Opinion.ma

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Canada - Energie - Ottawa

Aller plus loin

Maroc : un nouveau gisement d’argent découvert à Imiter bis

La société d’extraction de métaux précieux au Maroc Aya Gold & Silver a annoncé, jeudi, la découverte d’une nouvelle zone minéralisée qui s’étend sur plus de quatre...

Les réserves d’or du Maroc occupent la 5ᵉ place en Afrique

Les réserves d’or marocaines sont estimées à 22,12 tonnes métriques, selon la base de données allemande Statistica.

Le Maroc parmi les juridictions les mieux loties en matière de politiques minières

Le Maroc fait partie des 10 juridictions les plus attractives en matière de politiques minières, selon le dernier classement de l’Institut Fraser. Une reconnaissance de tous les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.

Shell fournira du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) au Maroc via le Gazoduc Maghreb-Europe

Un contrat prévoyant l’approvisionnement de 0,5 milliard de mètres cubes de Gaz Naturel Liquéfié (GNL) par an vient d’être signé entre Shell International Trading Middle East Limited FZE et l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE).

Centrale de Ouarzazate : les dégâts déjà réparés suite au séisme

Le ministère marocain de l’Énergie a assuré que les infrastructures énergétiques n’ont subi aucun dommage lors du séisme d’Al Haouz, à l’exception de la centrale solaire de Ouarzazate où des dégâts « mineurs » ont été constatés et déjà réparés.

GNL : Le Maroc se dote d’un terminal flottant à Nador West Med

Le Maroc s’apprêterait à lancer un appel d’offres pour la construction d’un terminal flottant de gaz naturel liquéfié (GNL) au port de Nador West Med.

« Le Maroc deviendra le prochain hub énergétique »

Le Maroc est l’endroit idéal pour les investisseurs et deviendra le prochain hub énergétique. Ces mots sont de Yossi Abu, PDG de NewMed Energy, une société d’exploration, de développement et de production de gaz naturel et de pétrole israélienne qui...

Importante découverte de gaz au Maroc

La société britannique Chariot Oil & Gas a récemment annoncé avoir fait une importante découverte de gaz naturel au Maroc, dans la licence « Loukos Onshore ».

Le Maroc va investir 90 milliards de dirhams dans l’hydrogène vert d’ici 2030

Le roi Mohammed VI a donné des instructions pour accélérer la mise en œuvre de la feuille de route nationale de production d’hydrogène vert et de ses dérivés. C’était lors de la réunion de travail sur les énergies renouvelables qu’il a présidée mardi...

Le Maroc, « future centrale » énergétique de l’Europe ?

À l’heure où la résilience face aux défis climatiques doit se renforcer, le Maroc nourrit des ambitions pour les énergies renouvelables, lesquelles font de lui un partenaire de choix de l’Europe. Il ambitionne notamment de produire 52 % de son énergie...

La capacité de réponse d’urgence nucléaire du Maroc « est solide »

En fin de mission d’examen de la préparation aux situations d’urgence (EPREV) au Maroc, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a livré ses conclusions.

Gazoducs, regazéification et hydrogène vert : les paris du Maroc

Le Maroc travaille à développer les énergies renouvelables pour garantir son indépendance énergétique. Les autorités du royaume ont prévu un plan ambitieux de construction d’oléoducs et de gazoducs pour atteindre cet objectif d’ici 2030.