Les membres du réseau Belliraj risquent la peine de mort

3 mars 2008 - 12h30 - Belgique - Ecrit par : L.A

Plusieurs islamistes marocains écroués vendredi pour appartenance à un "réseau terroriste", dont quelques cadres politiques réputés modérés, encourent la peine de mort, a-t-on appris vendredi de source judiciaire à Salé, près de Rabat.

Certains des 35 membres de ce réseau présumé dirigé par le Belgo-marocain Abdelkader Belliraj, sont poursuivis notamment en vertu des articles 201 et 218 du Code pénal qui punissent de peine de mort les "crimes d’atteinte à la sûreté de l’Etat" et "les actes de terrorisme entraînant la mort d’une ou de plusieurs personnes".

Pas d’exécution

Parmi les prévenus qui risquent cette peine, figurent trois des six islamistes réputés modérés poursuivis dans cette affaire, dont Mustapha Moâtassim, chef du parti Al Badil Al Hadari (Alternative civilisationnelle), dissous la semaine dernière.

Les tribunaux marocains continuent à prononcer des condamnations à la peine capitale, mais cette sentence n’a plus été exécutée depuis 1994, date de l’exécution d’un commissaire de police pour le viol de nombreuses femmes.

Accusations

Les 35 prévenus ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi par un juge d’instruction du tribunal antiterroriste de Salé qui les a placés en détention préventive. Selon les charges qui seront retenues par le tribunal, ils risquent des peines allant de deux ans de prison à la peine capitale.

Ils sont poursuivis pour neuf chefs d’accusation, dont "assassinats et tentatives d’assassinat avec des armes à feu, vols qualifiés, blanchiment d’argent, association de malfaiteurs pour mener des actes terroristes, et falsifications de documents officiels et d’identité".

Les 35 prévenus sont poursuivis en vertu du Code pénal marocain et de la Loi antiterroriste adoptée au lendemain des attentats du 16 mai 2003 Casablanca. Le "réseau Belliraj" démantelé la semaine dernière disposait d’un important arsenal constitué de nombreuses armes à feu, selon la police. Le chef présumé, Abdelkader Belliraj, détenteur des nationalités belge et marocaine, est soupçonné d’avoir commis six assassinats non élucidés à ce jour en Belgique de 1986 à 1989.

Source : 7sur7

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Terrorisme - Procès - Peine de mort - Parti Albadil Alhadari - Abdelkader Belliraj

Ces articles devraient vous intéresser :

Coup de filet au Maroc contre une cellule terroriste planifiant des attaques

Cinq individus, âgés entre 22 et 46 ans, soupçonnés d’appartenir à l’organisation terroriste Daesh et de préparer des attentats contre des installations vitales et des institutions sécuritaires, ont été arrêtés par les forces de sécurité marocaines.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...