Recherche

Scandinaves assassinées : voici pourquoi l’Hispano-suisse n’est pas condamné à mort

© Copyright : DR

19 juillet 2019 - 13h40 - Maroc

Depuis le jeudi 18 juillet 2019, le verdict est tombé, dans ce procès d’assassinat de deux touristes Scandinaves, fin 2018. Parmi les 24 individus appréhendés, les trois cerveaux marocains du crime, qui avaient déclaré avoir agi ainsi au nom du groupe "Etat islamique" (EI), sont condamnés à mort, tandis qu’un Genevois, Kevin Zoller Guervos, ayant joué d’importants rôles dans ce crime, écope, lui, de 20 ans de prison.

Les faits remontent à fin 2018, dans une région montagneuse de l’Atlas marocain, prisée des randonneurs. Alors qu’elles campaient sur un site isolé, dans le Haut-Atlas, une étudiante danoise de 24 ans et son amie, une Norvégienne de 28 ans, ont été décapitées.

Ouvert début mars, ce procès implique 24 hommes soupçonnés d’être liés à ces meurtres. Dans le groupe, il y en a qui sont soupçonnés d’appartenir à une cellule djihadiste. Parmi les accusés, rappelle La Tribune de Genève, 21 ont écopé de peines allant de cinq ans de prison à la perpétuité.

Le tribunal anti-terroriste marocain de Salé a surtout condamné les trois hommes, considérés comme étant les cerveaux de ce crime, à la peine de mort. Il s’agit d’un marchand ambulant de 25 ans, qui avait avoué avoir organisé l’expédition meurtrière avec deux compagnons, un menuisier de 27 ans et, un troisième homme, âgé de 33 ans, qui avait filmé la scène, souligne la même source.

Dans le groupe se trouve aussi un Hispano-suisse converti à l’islam. Il écope de 20 ans de prison, pour "constitution de bande terroriste", dans le cadre de l’assassinat des deux touristes scandinaves, précise le même média. En effet, Kevin Zoller a toujours clamé son innocence mais il lui était surtout reproché "d’avoir appris aux principaux suspects à utiliser une messagerie cryptée et de les avoir entraînés au tir".

D’ores et déjà, son avocate, Saskia Ditisheim, a fait savoir qu’elle ferait appel de la sentence. A l’en croire, son client n’a pas eu droit à un procès équitable, mené uniquement à charge. Elle qualifie ce verdict de "monstrueux" et d’ "inacceptable", pour des charges "qui n’ont même pas été prouvées", dans un dossier "vide", sans aucune preuve matérielle.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact