Whatsapp conduit à l’interpellation d’un présumé assassin en cavale

28 juillet 2020 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Avec l’aide d’un informateur et du réseau social whatsapp, les éléments de la police judiciaire de Salé ont procédé à l’arrestation un présumé assassin activement recherché depuis deux ans. Il aurait commis un meurtre dans un bidonville du douar Jdid dans l’arrondissement de Tabriquet lors d’une soirée avec des amis.

Il s’était enfui juste après le meurtre il y a deux ans. Depuis ce temps, il était recherché activement par la police. Un informateur a récemment fourni des informations utiles aux éléments de la police judiciaire sur le présumé criminel. Il résidait dans une ville du sud où il travaillait dans l’artisanat, rapporte Assabah. Le présumé criminel était rarement vu à Salé. La brigade de la police judiciaire de Bettana-Tabriquet se met à ses trousses. Un piège lui sera tendu.

La stratégie consiste à entrer en contact avec lui via l’application de messagerie instantanée WhatsApp. À la manœuvre, un policier. Celui-ci se présente comme une femme. Échanges de messages, puis rendez-vous fixé dans un espace sur la route liant Kénitra à Salé. L’informateur s’est rendu en premier sur les lieux, sa voiture stationnée à quelques mètres sur la piste.

Il se dirige vers l’accusé recherché pour lui demander de lui indiquer chez un épicier où il peut acheter une bouteille d’eau. Dans la foulée, les policiers arrivent et l’interpellent. Il a été entendu dans les locaux de la police de Salé avant son déferrement lundi devant le procureur général près la Cour d’appel de Rabat.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Salé - WhatsApp - Arrestation

Aller plus loin

Maroc : un record de 220 000 personnes arrêtées en 6 mois

220 000 individus impliqués dans des actes criminels et de violence ont été arrêtés par les services de sécurité au cours du premier semestre 2020 au Maroc. Le point a été fait...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.