30è anniversaire de la marche verte

5 novembre 2005 - 19h05 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Le Maroc commémore à partir de dimanche le trentième anniversaire de la « Marche verte », au cours de laquelle, le 6 novembre 1975, 350.000 Marocains emmenés par le roi Hassan II marchèrent sur le Sahara , colonisé par l’Espagne depuis 1884.

Il s’agissait pour le souverain marocain de libérer ce territoire de la présence espagnole, une opération préparée pendant plusieurs semaines alors que le chef de l’Etat espagnol, le général Franco, était à l’article de la mort.
Le 16 octobre 1975, la Cour de justice de La Haye, saisie par les Nations unies, rendait un avis consultatif dans lequel elle considérait qu’il existait « des liens juridiques d’allégeance entre le sultan du Maroc et certaines tribus du Sahara ». Elle précisait toutefois que, selon elle, rien « ne pouvait établir de lien de souveraineté territoriale entre le territoire du Sahara et le Royaume du Maroc ou l’entité mauritanienne ».

Le même jour, dans une déclaration radiodiffusée, Hassan II affirmait que la Cour de La Haye avait soutenu les revendications marocaines et annonçait le lancement de la « Marche verte » pour entrer en possession du territoire.
C’est ainsi que 350.000 hommes et femmes se sont rassemblés pendant plusieurs jours dans la ville de Tarfaya, à une trentaine de kilomètres de la frontière.
Le 6 novembre au matin, embarqués à bord de milliers de camions et d’autobus, uniquement armés de drapeaux marocains et du Coran, ils pénétrèrent au Sahara sans rencontrer de résistance.

Huit jours plus tard, l’Espagne, le Maroc et la Mauritanie signaient les accords de Madrid, qui prévoyaient le retrait espagnol du Sahara avant février 1976, et le transfert de l’administration du territoire à Rabat et à Nouakchott, à titre provisoire. C’était sans compter sans un quatrième protagoniste.
En février 1976, le Front Polisario, créé trois ans plutôt pour revendiquer l’indépendance du Sahara, fondait la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Soutenu et armé par l’Algérie de Houari Boumedienne, le Polisario déclara la guerre au Maroc et à la Mauritanie.
En août 1979, la Mauritanie, exsangue financièrement, signait finalement un accord de paix avec les indépendantistes sahraouis et renonçait à toute revendication sur le Sahara, évacuant la portion méridionale du territoire qu’elle contrôlait. Celle-ci était aussitôt occupée par un Maroc peu désireux de voir le Polisario y installer sa République virtuelle.

La guerre s’est donc poursuivie avec le Maroc qui, selon les estimations, aurait dépensé entre trois et quatre milliards de dollars pour l’effort de guerre, mais aussi pour le développement du territoire.
Après des années de combat et la construction côté marocain, d’un »mur » de 2.000km pour empêcher les incursions du Polisario retranché en territoire algérien, un cessez le feu était conclu en 1991 et un accord trouvé entre le Maroc et le Front Polisario autour d’un règlement politique, qui devait déboucher sur un référendum.
En avril 1991, le Conseil de sécurité de l’ONU donnait alors son accord à la mise en place de la mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara (Minurso). Mais jamais les parties concernées ne trouveront d’accord pour l’organisation d’une telle consultation.
L’ancien secrétaire d’Etat américain James Baker, officiellement désigné en 1997 comme envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies Kofi Annan pour le Sahara, démissionnera de son poste sept ans plus tard, après avoir constaté l’échec de ses différents plans de paix.

Aujourd’hui, la question du Sahara semble dans l’impasse, chaque camp se rejetant la responsabilité du blocage tandis que le conseil de Sécurité de l’ONU continue d’adopter tous les six mois des résolutions de quasi statu quo. Seule note d’espoir, les derniers prisonniers de guerre marocains ont enfin été libérés par le Polisario, après plus de 25 ans de captivité pour certains.

AP

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Histoire - Marche Verte - Sahara Marocain

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc déploie de grands moyens pour surveiller ses frontières

Le Maroc mobilise d’importantes ressources matérielles et humaines pour contrôler et surveiller ses frontières terrestres longues de 3 300 km et maritimes sur une distance de 3 500 km en plus de l’espace aérien.

Le Roi Mohammed VI en visite au Sahara ?

Le roi Mohammed VI serait attendu dans les prochains jours au Sahara où il se rendra dans plusieurs villes.

Staffan de Mistura tiendra des « consultations bilatérales » avec le Maroc et le Polisario

L’envoyé du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, tiendra des « consultations bilatérales » avec les représentants des autorités marocaines et du Front Polisario, a annoncé le porte-parole du secrétaire...

La marque Lacoste présente ses excuses au Maroc

L’affaire des polos Lacostearborant une carte tronquée du Maroc, excluant ses provinces du sud, connaît un nouvel épisode. Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a confirmé que les responsables de la célèbre marque française de...

Explosions à Smara : le Polisario impliqué ?

Quatre explosions ont retenti dans la nuit de samedi à dimanche dans la ville de Es-Semara, au Sahara. Le bilan fait état d’un mort et de trois blessés. Le Polisario s’est félicité de ses attaques.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Des joueurs marocains « pris en otage » en Algérie

Alors qu’ils sont arrivés en Algérie dans le cadre du match aller des demi-finales de la Coupe de la Confédération de la CAF, les joueurs et le staff de la Renaissance sportive de Berkane ont été « pris en otage » en raison du maillot contenant une...

Le mystère de la lettre de Pedro Sánchez au roi Mohammed VI

Le gouvernement espagnol continue de refuser de divulguer le contenu de la lettre envoyée par Pedro Sánchez au roi Mohamed VI, le 14 mars 2022. Cette lettre est considérée comme le « secret mieux gardé de la politique espagnole », s’étonne un journal...