Accusé de meurtre, Abdelali Hamieddine retourne au tribunal

24 mai 2022 - 13h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Poursuivi pour « homicide volontaire » contre l’étudiant Benaïssa Aït El Jid, tué en 1993, le dirigeant du parti de la justice et du développement (PJD), Abdelali Hamieddine est de nouveau cité à comparaître devant la cour d’appel de Fès ce mardi 24 mai.

Les faits se sont déroulés au mois de février de 1993 à l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès, où de violents affrontements entre les étudiants gauchistes et islamistes ont eu lieu. Dans la foulée, l’étudiant Benaissa Aït El Jid et son camarade Haddioui El Khammar avaient transmis les revendications estudiantines au doyen de l’université. Ensuite, ces deux étudiants montés dans un taxi direction quartier lirak. Ils n’arriveront pas à destination sans heurts. Leur véhicule a été caillassé et arrêté par une trentaine d’individus. Violemment agressé, immobilisé puis frappé à la tête par une bordure de trottoir, Aït El Jid succombera à ses blessures quelques jours plus tard. Un procès s’est ouvert en 1993. Plusieurs accusés dont Abdelali Hamieddine et le témoin Haddioui El Khammar ont écopé des peines de deux ans de prison ferme.

À lire : Fès : reprise du procès du PJDiste Abdelali Hamieddine

2016, nouveau rebondissement. Haddioui El Khammar incrimine deux autres étudiants et accuse le dirigeant du PJD d’avoir immobilisé par terre Ait EL Jid et d’avoir participé ainsi directement à son assassinat. Le juge d’instruction décide alors de poursuivre Abdelali Hamieddine pour complicité d’homicide volontaire. Des islamistes résidant dans le quartier Sidi Brahim non loin de la cité universitaire Dahr El Mahrez Hamieddine l’accusent également de complicité du meurtre de cet étudiant de gauche. Un procès s’ouvre ce mardi devant la Cour d’appel de Fès. La famille de la victime ne demande qu’une chose : « révéler les tenants et les aboutissements de l’assassinat de leur fils et punir tous les individus impliqués dans ce crime odieux », fait savoir le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Fès - Droits et Justice - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Abdelali Hamiedine

Aller plus loin

Maroc : Abdelali Hamieddine poursuivi pour complicité de meurtre

La justice a décidé de rouvrir le dossier du membre du secrétariat du PJD Abdelali Hamieddine, qu’elle accuse de « complicité » de meurtre d’un étudiant en 1993.

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

France : voulant se faire justice lui-même, un Maghrébin se retrouve devant le tribunal

Le procès d’un père de famille et de ses trois amis s’ouvrira devant le tribunal correctionnel début 2023. Ils sont soupçonnés d’avoir roué de coups un adolescent de 16 ans,...

Avignon : un Marocain accusé de meurtre, clame son innocence

Youness Ibrahimi-Idrissi va comparaître pour la troisième fois devant une cour d’assises. Cette fois-ci, il est accusé d’avoir tué avec une arme à feu Junior Brei dans le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.