Abdeslam Ouaddou : "Je pense au Cameroun tous les matins"

23 mai 2009 - 14h42 - Sport - Ecrit par : L.A

Avec son franc-parler habituel, le défenseur des Lions de l’Atlas évoque les sujets chauds de l’heure : la défaite contre le Gabon, le prochain match au Cameroun… et l’arrivée du “président” Ali Fassi Fihri.

A un mois du match crucial contre le Cameroun, quel est l’état d’esprit des joueurs de l’équipe nationale ?

Après la rencontre contre le Gabon, l’ensemble des joueurs avaient le moral à zéro. Normal, le Maroc venait de subir sa première défaite
officielle à domicile en vingt ans, et surtout d’hypothéquer ses chances de qualification pour le Mondial 2010. Mais aujourd’hui ça va nettement mieux, les joueurs sont conscients du challenge qui les attend. Ils sont motivés à bloc et déterminés à prendre leur revanche. Quant à moi, je suis impatient d’affronter cette équipe camerounaise. Je peux même vous dire que j’y pense tous les matins en me rasant.

Sérieusement, vous pensez que le Maroc a des chances de ramener un bon résultat de Yaoundé ?

Je suis convaincu qu’on peut y arriver. Mais à une seule condition : Roger Lemerre et Fethi Jamal, les deux responsables de l’équipe, doivent aligner la meilleure équipe possible. Comment ? En donnant dorénavant la priorité aux joueurs les plus en forme du moment.

Insinuez-vous que ce n’était pas le cas avant ?

Tout le monde a pu voir le match contre Gabon et se faire une idée sur cette question.

Il paraît que vous êtes contre la titularisation en équipe nationale des joueurs évoluant dans les clubs du Golfe…

Je ne tiens pas à polémiquer sur le sujet. Tout ce que je peux dire, c’est que les championnats européens sont plus relevés que ceux du Golfe. N’importe quel technicien du ballon rond vous dira la même chose. Il est donc tout à fait normal que l’équipe nationale soit formée essentiellement des joueurs marocains qui évoluent en Europe. C’est une évidence. Personnellement, ça fait trois ans que des clubs émiratis et qataris tentent par tous les moyens de me recruter, avec à la clé des contrats mirobolants, mais à chaque fois je refuse. Pourquoi ? Parce que je suis convaincu qu’en allant là-bas, mon niveau de jeu va nettement baisser et donc je ne serai plus capable d’apporter quoi que ce soit à l’équipe nationale. Un jour, j’irai peut-être jouer là-bas, mais il est certain que je continuerai à penser la même chose.

D’après vous, quels sont les points forts et les points faibles de l’équipe camerounaise ?

Je ne suis pas d’accord avec les gens qui trouvent que le onze camerounais est vieillissant. La preuve c’est qu’il compte dans ses rangs des joueurs redoutables qui s’illustrent régulièrement sur le plan international. Je pense entre autres à Samuel Eto’o, Carlos Idriss Kameni, Geremi Njitap ou Rigobert Song, etc. Par contre, le Cameroun a tendance à se reposer sur ses lauriers et son prestige d’antan. A nous alors d’en profiter.

Vous estimez que le Maroc est capable de tenir tête à la grande équipe du Cameroun alors qu’il a chuté devant la modeste sélection du Gabon. Vous n’êtes pas un peu trop confiant ?

Heureusement que je le suis. Il faut qu’on croie en nos chances et surtout que le public se remette à croire en nous. C’est vrai qu’on a grillé un joker devant le Gabon et qu’on n’a plus droit à l’erreur, mais il ne faut pas oublier qu’en football, tout est possible. L’équipe du Maroc a un effectif capable de relever ce défi, j’en suis convaincu.

Comment expliquez-vous alors la défaite devant le Gabon ?

Comme je vous l’ai déjà dit, les joueurs les plus compétitifs n’étaient pas tous sur le terrain. Tout au long de la semaine de préparation qui a précédé le match, de nombreux joueurs ont montré de belles qualités mais, curieusement, ils n’ont pas été retenus. Malheureusement, on aurait pu éviter tout ça. Les deux sélectionneurs ont à mon avis une grande part de responsabilité dans la débâcle contre le Gabon. Je tiens en revanche à tirer un grand chapeau à l’équipe gabonaise qui a livré un match sans complexe.

Vous êtes conscient qu’en accusant ainsi Roger Lemerre et Fethi Jamal, vous mettez en danger votre place au sein de l’équipe nationale ?

Écoutez, tout le monde sait comment je suis. Je n’ai pas pour habitude de faire dans la langue de bois. Le public marocain est en droit de savoir ce qui se passe au sein de son équipe nationale. Si je parle aujourd’hui, ce n’est pas pour enfoncer les uns ou les autres. Je le fais uniquement pour faire avancer les choses et que les erreurs ne se reproduisent plus.

Récemment, vous avez reçu la visite en France du nouveau président de la Fédération royale marocaine de football, Ali Fassi Fihri. Quel était le but de cette rencontre ?

Depuis le match contre le Gabon, tout le monde sait qu’il y a beaucoup de tension et de frustration au sein de l’équipe nationale. Ali Fassi Fihri a eu la bonne idée de faire une tournée en France, en Belgique et aux Pays-Bas, afin de mobiliser les troupes, qui en avaient d’ailleurs grand besoin, en vue du match contre le Cameroun. Et je peux vous dire que les joueurs ont apprécié son initiative.

Il paraît qu’il vous a demandé d’être son relais auprès des joueurs de l’équipe nationale. Qu’en est-il ?

En effet. J’ai d’ailleurs commencé par contacter la plupart des joueurs évoluant en Europe pour leur transmettre le message suivant de Ali Fassi Fihri : la qualification est toujours possible et il faut que tous soit solidaires dans cette épreuve.

Que pensez-vous du choix de Adil Rami de porter les couleurs de la France ?

C’est dommage de se priver d’un joueur aussi talentueux. Mais que voulez-vous, c’est son choix, et il faut l’accepter. Maintenant, il faut se demander pourquoi ce joueur et d’autres, comme Affelay et Kaboul, n’ont pas été convaincus par les arguments marocains.

Et pourquoi à votre avis ?

Tout simplement parce qu’ils ont des échos sur la manière avec laquelle est gérée la sélection marocaine. Ça ne leur inspire pas confiance. Espérons que tout cela va changer avec Ali Fassi Fihri, car si ça continue ainsi, on risque de perdre à l’avenir d’autres joueurs pétris de talent.

Quelle est votre situation au sein de votre nouveau club, l’AS Nancy Lorraine ?

J’ai signé un contrat de quatre ans (jusqu’en 2012) avec le club de mes premières amours, je ne peux être que content. Même si notre saison n’a pas été aussi étincelante que la précédente.

Justement, en 2008, Nancy a terminé le championnat à la quatrième place. Cette année, vous luttez contre la relégation. Qu’est-ce qui vous est arrivé ?

On a fait un très mauvais début de championnat, en alignant beaucoup de nuls, ce qui a installé le doute parmi les joueurs. Mais depuis quelques semaines, on a su relever la tête. Nous avons sorti de grands matchs et avons quasiment assuré notre maintien.

Source : TelQuel - Mehdi Sekkouri Alaoui

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Football - Coupe du Monde 2022 au Qatar - Coupe d’Afrique des Nations (CAN) - Abdeslam Ouaddou - Cameroun - Fathi Jamal - Roger Lemerre - Ali Fassi Fihri

Ces articles devraient vous intéresser :

Hakim Ziyech parle de la relation « fusionnelle » avec sa maman

Hakim Ziyech aborde sans langue de bois les vicissitudes de sa vie privée et professionnelle, de la mort de son père à sa participation à la coupe du monde 2020 au Qatar, sans oublier sa relation fusionnelle avec sa mère.

Futsal : Le Maroc en quête d’un troisième sacre continental

Après ses sacres en 2016 en Afrique du Sud et en 2020 à domicile, le Maroc ambitionne de remporter cette année, et pour la troisième fois consécutive, la coupe d’Afrique des nations (CAN) de futsal.

Achraf Hakimi et Hiba Abouk sur le point de se séparer ?

Des rumeurs de séparation circulent autour de l’international marocain Achraf Hakimi et de l’actrice espagnole d’origine tunisienne Hiba Abouk. Selon plusieurs sources, les procédures auraient commencé il y a plusieurs semaines, bien avant qu’un...

Mondial 2022 : Maroc-Belgique sans Achraf Hakimi ?

Après le nul face à la Croatie (0-0), une inquiétude monte du côté de l’équipe du Maroc. Achraf Hakimi serait très incertain pour la rencontre face à la Belgique ce samedi après une douleur à l’arrière de la cuisse.

Qualification du Maroc en coupe du monde : les messages des célébrités inondent la toile

Depuis jeudi soir, les messages s’enchainent pour féliciter les Lions de l’Atlas après leur qualification pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde. Quelques célébrités ont également diffusé sur internet des vidéos exprimant leur joie.

L’organisateur de la CAN 2025 connu en septembre, le Maroc favori

Le pays organisateur de la Coupe d’Afrique des Nations 2025 sera connu avant septembre, a annoncé la Confédération Africaine de Football (CAF) jeudi, au cours d’une réunion de son Comité exécutif. Initialement prévue pour le 10 février dernier,...

Le message de Walid Regragui aux joueurs absents au Qatar

Après la participation du Maroc au mondial, le coach Walid Regragui s’est adressé aux joueurs de la sélection nationale qui n’ont pas été convoqués pour l’aventure qatarie.

Le Maroc aux JO de Paris : un casse-tête pour Tarik Sektioui

Alors que les Jeux Olympiques de Paris approchent, Tarik Sektioui, entraîneur de l’équipe olympique marocaine, compose avec un énorme casse-tête.

L’AS Rome revient à la charge pour Hakim Ziyech

À l’heure où Chelsea agite le mercato et a déjà recruté plusieurs joueurs comme Mykhaylo Mudryk, Noni Madueke et João Félix, l’international marocain Hakim Ziyech, à qui le club anglais accorde peu de temps de jeu, cherche désespérément un club pour...

Ligue des champions : Achraf Hakimi affronte Noussair Mazraoui

Suite au tirage au sort des 8ᵉ de finale de la Ligue des Champions, le PSG d’Achraf Hakimi a hérité du Bayern Munich de Noussair Mazroui. Un vrai duel en perspective entre deux lions de l’Atlas.