Les musulmans d’Angers obligés de s’agenouiller sur le bitume pour prier

22 décembre 2022 - 09h30 - France - Ecrit par : S.A

À Angers, les musulmans sont contraints de faire la prière du vendredi à l’extérieur en raison du manque de places. À l’origine de cette situation, le blocage par la mairie du rachat par le Maroc de la nouvelle mosquée dont les travaux de construction sont à l’arrêt depuis huit ans.

Depuis 2014, le chantier est en suspens. Les travaux ont été exécutés au tiers. En conséquence, « le chantier est ouvert aux vandales et on ne peut pas le surveiller constamment », soupire Mohammed Briwa, président de l’Association des Musulmans d’Angers (AMA) auprès de Bondyblog.fr. « Ça nous fait mal de voir notre mosquée comme ça », regrette Abdelhadi, fidèle angevin. Il s’est vu contraint de poser son tapis à un kilomètre du chantier, sur le bitume pour faire la prière du vendredi, la salat al-Jumu’ah. « Ce n’est pas agréable, surtout avec le froid », déplore Nabil.

À lire : Angers/ Cession de la mosquée au Maroc : la guerre des positions continue

Certains fidèles préfèrent rester chez eux. « Ils ont perdu espoir », résume Saïd Aït Laama, l’imam d’Angers en poste depuis deux ans. « On attend de nous un énorme travail sur l’éducation, la laïcité, mais où ? Et puis on doit respecter la laïcité, donc exercer notre religion dans le privé, mais là, on est dehors, on n’a pas les moyens de respecter ces règles. » D’autres viennent à la prière du vendredi, « par dignité », explique le dignitaire musulman. Les fidèles les plus touchés par ce manque de places sont les femmes. « Leur pièce est trop petite, elle peut accueillir seulement 40 personnes, environ 10 % de toutes les pratiquantes », estime Mohammed Briwa.

À lire : La cession au Maroc de la mosquée d’Angers ne plait pas à tout le monde

Les tensions qui étaient vives autour de la cession de la mosquée au Maroc sont désormais conjuguées au passé. « Maintenant, tous les fidèles sont d’accord parce qu’il n’y a pas d’autre solution », assure Mohammed Briwa. Selon les fidèles d’Angers, la seule solution envisageable aujourd’hui, c’est le rachat par le Maroc de la nouvelle mosquée. Pour cela, il faudra que le maire d’Angers donne carte blanche. « Soit on fait une extension de l’actuel bâtiment, ce qui obligerait la mairie à investir des fonds propres. Soit on nous laisse la liberté de trouver nos partenaires », insiste Mohammed Briwa. La mairie ne l’entend pas de cette oreille. Elle invite l’AMA à trouver d’autres financements que le Maroc, « via des dons de fidèles notamment ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Angers - Islam

Aller plus loin

La cession au Maroc de la mosquée d’Angers ne plait pas à tout le monde

La cession programmée de la mosquée d’Angers au Maroc n’est pas du goût de Mohamed El Hourch, ancien président de l’Association des Musulmans d’Angers (AMA), déchu il y a un an.

Nouvelle attaque contre la mosquée d’Angers, une plainte déposée

La mosquée Abu Bakr Essedik d’Angers, actuellement en construction, a fait l’objet d’une attaque le week-end dernier. Une deuxième dégradation après celle de septembre 2021. Les...

Le Maroc pourrait prendre possession de la mosquée Abou-Bakr-Essedik d’Angers

La mosquée Abou-Bakr-Essedik, en construction depuis 2014 sur les Hauts-de-Saint-Aubin, pourrait être cédée à titre gracieux au Royaume du Maroc.

Angers/ Cession de la mosquée au Maroc : la guerre des positions continue

La tension est vive à Angers autour de la cession de la mosquée au Maroc. Les anciens présidents de l’association des Musulmans de la ville, redoutant des « préjudices...

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan : point sur la délégation d’accompagnement religieux des MRE

Le nombre de personnes composant la délégation chargée de l’accompagnement religieux des Marocains résidant à l’étranger en ce mois de ramadan est connu.

Officiel : l’Aid al fitr en France, mercredi 10 avril

La commission religieuse de la Grande Mosquée de Paris, avec plusieurs fédérations musulmanes nationales, s’est réunie pour la Nuit du Doute, ce lundi 8 avril 2024, 29ᵉ jour du mois béni de Ramadan 2024-1445/H, indique la Grande Mosquée de Paris dans...

Les chrétiens marocains contraints de vivre leur foi en secret

Les chrétiens marocains sont rejetés par leurs familles et la société. Bien que la Constitution de 2011 garantisse la liberté de conscience, la pratique d’une religion autre que l’islam sunnite est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans...

Maroc : les salaires des imams vont augmenter

Les imams au Maroc verront leur allocation augmenter de façon progressive pendant les quatre prochaines années. Le roi Mohammed VI en a donné l’instruction, selon le ministère des Habous et des Affaires islamiques

Gad Elmaleh évoque « le modèle marocain de fraternité judéo-musulmane »

À l’occasion de la sortie de son film « Reste un peu » qui sort le 16 novembre, l’humoriste marocain Gad Elmaleh revient sur la richesse spirituelle du Maroc, « une terre de fraternité judéo-musulmane » dont le modèle n’existe « nulle part ailleurs ».

Cheikh Mohammed Al Fizazi critique vivement la série de Mohamed Bassou

Le président de l’Association marocaine de la Paix et de la Transmission, Cheikh Mohammed Al Fizazi, a critiqué le comédien Mohammed Bassou pour sa série « Si Al Kala » diffusée sur sa page YouTube pendant ce mois de Ramadan, estimant qu’il ne fait que...

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.

La date de l’Aïd al Fitr au Maroc connue

L’observation de la nouvelle lune du mois de Chaoual 2023/1444 commencera ce jeudi 20 avril 2023, mais il semble que la plupart des pays arabes ne pourront pas observer le croissant à l’œil nu. C’est du moins ce que prévoit Hassan Talibi, astronome et...

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.

Maroc : les discours radicaux dans les mosquées inquiètent

La députée du parti Fédération de la Gauche démocratique, Fatima Tamni, a interpelé le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, au sujet de l’exploitation des tribunes des mosquées pour diffuser des discours radicaux contre les...