Le Maroc dit non à la flexibilité du dirham

22 décembre 2021 - 23h20 - Ecrit par : A.S

Le gouverneur de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, est toujours contre la flexibilisation des changes. Il n’approuve pas un nouvel élargissement des bandes de fluctuations, ceci en dépit des dernières recommandations du FMI.

Abdellatif Jouahri estime qu’il n’est pas opportun de réaliser un nouvel élargissement de la bande de fluctuation du dirham, malgré l’insistance du FMI. « Nous avons défendu notre point de vue et nous leur avons dit qu’il nous appartenait de décider du bon timing. Nous ne nous sentons pas prêts, bien que techniquement tout soit en place », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse tenue mardi à l’issue de la dernière réunion de l’année du conseil d’administration de BAM.

À lire : Flexibilité du dirham : le Maroc passe à l’étape supérieure

Selon le gouverneur de la banque centrale, l’accélération de la réforme préconisée par le FMI dans le contexte actuel marqué par la crise sanitaire, laisse planer des incertitudes et risque de peser sur le budget de l’État. « Si nous passons à la deuxième étape, ce n’est pas un élargissement de la bande que nous allons opérer, mais nous allons commencer à abandonner l’ancrage du panier de devises et irons vers le ciblage de l’inflation. Le nouvel ancrage sera le taux directeur et la politique monétaire », explique-t-il, soulignant que « les conséquences seraient plus dommageables si on devait s’engager puis revenir en arrière ».

À lire : Le processus de flexibilité du dirham marocain s’accélère

Abdellatif Jouahri soulève par ailleurs le fait que les opérateurs économiques actifs dans l’import-export, en particulier les TPME, ne soient pas disposés à mettre en œuvre cette réforme. « Nous avons fait une tournée régionale pour sensibiliser les TPME, mais nous sentons le besoin d’une politique de formation pour les opérateurs, afin qu’ils soient plus armés », note-t-il.

Le premier élargissement de la bande de fluctuation du dirham a eu lieu en septembre 2018, et a permis à la monnaie nationale de passer de ±0,3 % à ±2,5 %. Un deuxième élargissement a été enregistré en mars 2020, avec une fluctuation à ±5 %. Depuis le début de la réforme, la monnaie nationale est restée relativement stable par rapport à l’euro et au dollar, malgré les craintes soulevées avant le lancement de la réforme.

Tags : Dirham marocain - Flexibilité du dirham - Bank Al-Maghrib (BAM)

Aller plus loin

Flexibilité du dirham : le Maroc passe à l’étape supérieure

Le Maroc passe à la deuxième étape de la flexibilité de sa monnaie, dont la bande de fluctuation passe de ±2,5 % à ±5 %, dès ce lundi 9 mars.

Le processus de flexibilité du dirham marocain s’accélère

Le Maroc veut franchir une nouvelle étape dans le processus de flexibilité du dirham.

Flexibilité du dirham : quid de la prochaine étape de la réforme ?

Bank Al-Maghrib et le ministère des Finances s’activent pour le déclenchement de la prochaine étape de la réforme relative à la flexibilité du dirham. Mais des préalables doivent...

Le FMI réaffirme au Maroc sa demande de flexibilité du dirham

La flexibilité du dirham est une préoccupation majeure pour le Fonds monétaire international (FMI). Dans un rapport sur la situation économique du Maroc, publié le 16 juillet...

Nous vous recommandons

Covid-19 : un foyer de contamination détecté à Agadir

Malgré la campagne de vaccination et les mesures sanitaires, plusieurs cas de Covid-19 ont été signalés dans un hôtel à Agadir dimanche 11 juillet. Près de 80 personnes, dont des membres du personnel de l’unité hôtelière, ont été testées...

L’Algérie met en garde le Maroc contre une déstabilisation de sa sécurité intérieure

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a affirmé dans un entretien à Al Quds Al Arabi, que son pays est visé par Maroc à cause du soutien accordé aux causes palestinienne et...

Le Maroc veut acquérir des avions de patrouille maritime MPA

Le Maroc envisage d’acquérir deux avions MPA (Maritime Patrol Aircraft) au profit de la Marine royale. Plusieurs sociétés se bousculent pour fournir ces engins qui seront destinés au renseignement, à la surveillance et reconnaissance, à la recherche et au...

Panique à bord d’un vol Ryanair Toulouse-Marrakech

Les passagers du vol Ryanair à destination de Marrakech en provenance de Toulouse ont été pris de panique lundi 28 mars, après un décollage qui a mal tourné.

Mariam Hussein a-t-elle demandé que Saad Lamjarred soit emprisonné ?

La chanteuse marocaine, Mariam Hussein aurait souhaité que son compatriote Saâd Lamjarred écope d’une peine de prison pour atteinte à la pudeur. Qu’en est-il réellement ?

Ce que reproche l’Algérie au Maroc

Visiblement, l’Algérie n’affiche aucune volonté de pacifier ses relations avec le Maroc. Elle vient à nouveau de charger son voisin de l’Ouest.

Vers la liquidation des filiales marocaines du groupe Fram ?

Après sept ans de gestion du cas marocain, le groupe Fram risque de liquider ses filiales marocaines. Une réunion est prévue en ce sens à la fin du mois de juin à Toulouse.

La fréquentation de l’aéroport de Dole en hausse grâce au Maroc

La fréquentation de l’aéroport de Dole (Jura) a progressé de 32 % en 2021 par rapport à l’année précédente. Ceci, grâce en partie au Maroc.

Le vaccin chinois utilisé au Maroc enfin reconnu en France… mais

Le gouvernement français vient de publier au journal officiel, un nouveau décret relatif à l’obtention du pass sanitaire français pour les personnes vaccinées contre le Covid-19. Selon ce décret, le vaccin Sinopharm qu’ont pris de nombreux expatriés et qui...

La série « Braqueurs », au cœur de la «  Mocro-maffia  » belge

Le réalisateur français, Julien Leclercq, vient d’adapter son film « Braqueurs » en une nouvelle série qui sera disponible cette semaine sur Netflix. L’acteur marocain, Sami Bouajila, qui avait joué dans le film, tient le rôle principal dans cette série qui...