Casa-Madrid : Mêmes commanditaires ?

22 mars 2004 - 13h39 - Espagne - Ecrit par :

L’enquête sur les récents attentats de Madrid s’oriente vers des membres de la mouvance islamiste marocaine à laquelle ont été imputées les attaques meurtrières de Casablanca.

En effet, six poseurs de bombes marocains ont été identifiés par la police espagnole comme les responsables de ces attentats meurtriers. L’un d’eux, en l’occurrence Jamal Zougam, a été vu quelques heures avant l’explosion. Selon le journal espagnol El Pais, Zougam serait lié à certaines personnes impliquées dans les attentats de Casablanca de mai dernier. A l’heure où nous mettions sous presse, aucune information n’a été donnée sur les cinq autres.

La police espagnole a découvert une cassette vidéo près de la Mosquée de Madrid qui revendiquait les attaques au nom d’Al Qaida. C’est l’authentification de la cassette qui a dévoilé l’implication des 6 Marocains.

La liste des auteurs des attentats de Madrid pourrait s’élargir pour englober d’autres activistes présumés de nationalités diverses. Le Jordanien Fadel Nazzal Al-Khalayleb, surnommé Abou Moussab Al-Zarkaoui, est considéré comme l’un des instigateurs. Il compte parmi les experts en armes chimiques et biologiques d’Al Qaida. Sa tête est mise à prix pour 10 millions de dollars. Un Algérien, dont l’identité n’a pas été révélée, a été mis hier mardi 16 mars à la disposition de la justice espagnole pour sa probable implication dans les attentats de Madrid. C’est ce qu’a indiqué le gouvernement autonome du Pays basque.

Il devait être déféré le jour même devant le juge Baltasar Garzon, de garde à l’Audience nationale, principale instance pénale espagnole. Il avait déjà été contrôlé à la mi-janvier à Saint-Sébastien par la police autonome basque dans une affaire de trafic de drogue et de tapage nocturne.

Une cérémonie œcuménique à la mémoire des victimes des attentats de Madrid, devait avoir lieu hier mardi à Rabat, en présence d’Ana Palacio, ministre espagnole des Affaires étrangères.

L’Europe se mobilise pour débusquer les “maquis” terroristes. Ainsi, les autorités italiennes ont procédé à la vérification de possibles connexions espagnoles et marocaines.

De ce fait, Abdelkader Laagoub, Marocain de souche, âgé de 38 ans et arrêté en février dernier, a été soumis à un nouvel interrogatoire, soutient la Repubblica, qui affirme qu’un film vidéo sur des opérations de guérilla en Irak, ainsi que les pièces d’identité des sept agents secrets espagnols tués dans une embuscade en Irak le 29 novembre dernier, auraient été retrouvés chez lui.

Les autorités italiennes s’intéressent également au prédicateur marocain Mohamed Rafik, arrêté en octobre 2003 sur mandat de la justice marocaine après les attentats de Casablanca.

Mohammed EL HARRATI L’Economiste 17.03.04

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Madrid - Terrorisme - Attentats de Casablanca

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Coup de filet au Maroc contre une cellule terroriste planifiant des attaques

Cinq individus, âgés entre 22 et 46 ans, soupçonnés d’appartenir à l’organisation terroriste Daesh et de préparer des attentats contre des installations vitales et des institutions sécuritaires, ont été arrêtés par les forces de sécurité marocaines.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...