L’amnistie sur les chèques en bois est un succès

14 août 2020 - 22h00 - Economie - Ecrit par : G.A

Six mois après la mise en vigueur de l’amnistie sur les chèques sans provision, le bilan fait état de plus de 200 000 contrevenants qui ont régularisé leur situation en payant une contribution libératoire.

Cette mesure instituée par la loi de Finances 2020, et reprise par la loi de Finances rectificative «  vise les chèques présentés au paiement et non honorés faute de provisions entre le 1ᵉʳ janvier et le 27 juillet 2020  », à condition que le paiement intervienne avant la fin de l’année. Elle concerne aussi les incidents de paiement survenus avant le 31 décembre 2019.

Le principe consiste à «  payer le montant du chèque assorti d’une contribution libératoire de 1,5% du montant, plafonné à 10 000 dirhams pour les personnes physiques et à 50 000 dirhams pour les personnes morales  », en un seul et unique versement avant le 31 décembre 2020, rapporte L’Economiste.

Selon la même source, l’amnistie sur les chèques en bois est la mesure “la plus attractive“ que le dispositif actuellement en vigueur. De plus, «  les amendes relatives aux chèques impayés au cours des périodes précisées sont annulées  ». Les opérateurs qui se sont vus refuser un crédit Damane ou l’un des dispositifs de garantie CCG «  redeviennent éligibles en cas de régularisation via la contribution libératoire  ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Loi de finances (PLF 2024 Maroc) - Amnistie fiscale

Aller plus loin

Entrée en vigueur de l’amnistie pour les chèques en bois

Longtemps promise par le gouvernement, l’amnistie fiscale des chèques en blanc est devenue une réalité grâce à l’entrée en vigueur du décret-loi qui révise à la baisse les...

Maroc : très peu d’entreprises ont bénéficié du crédit Covid-19

Les conditions complexes d’accès aux crédits érigés par les banques n’ont pas permis à plusieurs entreprises de bénéficier de crédits Covid. Malgré la garantie de la CCG, seule...

Chèques sans provision : une aministie bienvenue au Maroc

Au Maroc, le service centralisé des amendes pour défaut de provision sur chèques a enregistré en 2022 559 918 incidents de paiement, soit une augmentation de près de 12 %,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : voici le coût du service militaire obligatoire

Dans le cadre du rétablissement du service militaire obligatoire, le gouvernement a mobilisé des ressources financières très importantes. Ainsi la 37ᵉ promotion recrutée cette année a coûté à l’État un peu moins d’un milliard de dirhams.

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...

Maroc : l’alcool rapporte gros aux recettes de l’Etat

Selon le projet de Loi de finances 2023, le trésor public prévoit d’enregistrer des revenus venant des diverses taxes en vigueur sur la cigarette et l’alcool, de l’ordre de 14,4 milliards de dirhams.

Les Marocains paieront plus cher l’électricité

Les autorités marocaines ont décidé de relever les taux de TVA appliqués aux tarifs de l’électricité sur la période 2024-2026.

Fonctionnaires marocains : une décennie de croissance salariale

Entre 2012 et 2022, le salaire moyen dans la fonction publique marocaine a connu une hausse de 15,1 %, selon le ministère de l’Économie et des finances.

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

Maroc : de bonnes perspectives pour le marché de l’occasion

Le projet de loi de finances (PLF) 2023 annonce une hausse de 33,36 % des recettes de droits de mutation (biens immobiliers, automobiles, etc.). Les perspectives semblent prometteuses pour le marché de l’occasion.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Appareils électroménagers au Maroc : une flambée des prix à prévoir

Une augmentation significative des droits d’importation sur certains petits appareils électriques vient d’être votée par la Chambre des représentants. Ce vote va entraîner une forte augmentation des prix.

Le Maroc compte doubler ses arrivées touristiques d’ici 2030

Dans un contexte de reprise du secteur touristique, le Maroc a revu ses ambitions à la hausse, ambitionnant de doubler le nombre d’arrivées à l’horizon 2030.