L’appel des chrétiens marocains au gouvernement d’Akhannouch

9 octobre 2021 - 18h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

La Coordination des chrétiens marocains a lancé un appel au nouveau gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch. Elle plaide pour l’organisation des rites et des cultes religieux dans les églises officielles, et le droit au mariage ecclésiastique ou civil dans un pays où « l’islam est la religion de l’État, qui garantit à tous le libre exercice des cultes ».

Garantir les libertés de base. C’est l’appel lancé par la coordination des chrétiens marocains au nouvel exécutif. Elle appelle ainsi le gouvernement d’Akhannouch à permettre aux chrétiens de nommer leurs enfants avec des prénoms chrétiens, et d’être enterrés dans des cimetières chrétiens, avec un enseignement religieux facultatif pour les chrétiens marocains dans les établissements d’enseignement publics. Aussi, appelle-t-elle Aziz Akhannouch à inclure dans le programme gouvernemental ces revendications « humaines, nécessaires et fondamentales pour les chrétiens marocains ».

À lire : Les chrétiens marocains heureux du départ des islamistes

Le Maroc compte entre 20 000 et 25 000 chrétiens. Parmi eux, des étrangers-environ 8000 personnes, dont la plupart sont protestants — et des Marocains convertis au christianisme. Les chrétiens marocains avaient entre-temps exprimé leur bonheur de voir le PJD quitter le pouvoir et salué l’ascension des partis libéraux, notamment le Rassemblement national des indépendants (RNI). Ces derniers favorisent la liberté alors que les islamistes souhaitaient imposer la charia, couvrir les femmes et retirer le porc et l’alcool de la vente, affirmaient-ils.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Aziz Akhannouch - Islam

Aller plus loin

Église catholique marocaine : une communauté en pleine croissance

Grâce aux Subsahariens, le Maroc, pays où l’islam est religion d’État, voit sa petite communauté chrétienne se raviver. Un synode diocésain démarré en mai, réfléchit sur ses...

Les chrétiens marocains heureux du départ des islamistes

Les chrétiens marocains savourent le départ des islamistes du PJD, parti au pouvoir depuis 10 ans. Ils saluent l’ascension des partis libéraux, notamment le Rassemblement...

Nouveau gouvernement : les réactions de Washington, Paris et Madrid

Au lendemain de la nomination du nouveau gouvernement marocain, Washington, Paris et Madrid ont adressé leurs félicitations à la nouvelle équipe dirigée par Aziz Akhannouch....

"Si on touche aux chrétiens, on touche aux musulmans"

Musulmans et chrétiens catholiques ont organisé, dimanche 1er novembre, jour de la célébration de la Toussaint, un rassemblement devant la paroisse Saint-Germain d’Auxerre pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Aïd El Fitr 2024 : une bonne surprise pour les fonctionnaires marocains ?

La ministre déléguée chargée de la réforme de l’administration et de la transition numérique, Ghita Mezzour, propose au gouvernement de décréter un congé exceptionnel de trois jours au lieu de deux à l’occasion de l’Aïd Al-Fitr 2024.

Michel Houellebecq s’excuse auprès des musulmans

L’écrivain Michel Houellebecq revient sur les propos dangereux qu’il avait tenus envers les musulmans lors d’une discussion entre l’essayiste Michel Onfray et lui, et présente ses « excuses à tous ceux » qui se sont sentis offensés.

Maroc : la grande réforme du Code de la famille est lancée

Suite aux instructions du roi Mohammed VI, le gouvernement d’Aziz Akhannouch s’active pour la réforme du Code de famille.

Début de Ramadan au Maroc : décision ce dimanche

Les Marocains sont fixés ce dimanche 10 mars sur le début et la fin du ramadan. Quand commence le mois sacré au Maroc ?

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Un lycée français au Maroc accusé d’intolérance religieuse

Le lycée Lyautey est au cœur d’une polémique après que plusieurs médias marocains ont publié qu’une employée de l’établissement aurait été empêchée d’y accomplir la prière. La direction du centre éducatif dément cette rumeur qu’elle juge « inconcevable ».

Ramadan 2023 : le Maroc envoie des imams en Europe

Afin d’assurer l’accompagnement et l’encadrement religieux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), la Fondation Hassan II a annoncé l’envoi en Europe de 144 universitaires, prédicateurs et récitateurs du Coran durant tout le mois de Ramadan 2023.

Bouteille de gaz au Maroc : le prix flambe à partir d’avril

Le compte à rebours est lancé. À partir du 1ᵉʳ avril 2024, les Marocains devront mettre la main à la poche pour se procurer une bouteille de gaz butane. Exit la subvention de l’État, le prix passera de 40 à 50 dirhams, actant la première étape d’une...

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.

Total Mauritanie dans le giron du groupe marocain Akwa Africa

Le rachat par Akwa Africa, filiale du groupe Akwa, holding du chef du gouvernement marocain, de la filiale mauritanienne du groupe énergétique français TotalEnergies sera bientôt officialisé. Au Maroc, le Conseil de la concurrence a donné carte blanche...