Violences policières : Christophe Castaner dénonce des propos "honteux" de Camélia Jordana

25 mai 2020 - 19h00 - France - Ecrit par : G.A

La supposée brutalité policière contre les Noirs et les Arabes dénoncée par la chanteuse et actrice Camélia Jordana dans l’émission "On n’est pas couché" de Laurent Ruquier, n’est pas du goût du ministre français de l’intérieur. Christophe Castaner a qualifié de " mensongers et honteux" les propos de l’actrice.

Camélia Jordana a accusé ouvertement les policiers de "massacrer" des hommes et femmes pour leur couleur de peau, samedi dernier sur France 2, dans l’émission "On n’est pas couché". Face à la virulence de ses mots, le ministre de l’Intérieur répond par la négative à travers un tweet. "Non, madame, "les hommes et les femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue" ne se font pas "massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau". Ces propos mensongers et honteux alimentent la haine et la violence. Ils appellent à une condamnation sans réserve", rapporte 20minutes.fr.

La réplique de la chanteuse n’a pas tardé. Par le même canal utilisé par le ministre, elle écrit : "Mes propos mensongers et honteux tentent d’alimenter un dialogue avec nos dirigeants (vous), pour faire avancer les choses. Mais vous niez alors que vous voyez très bien ce qui se passe. Et nous aussi. Votre devoir est de nous protéger. Protégez-nous", a tweeté Camlia Jordana.

Christophe Castaner n’est pas le seul à aller contre les propos de la chanteuse. Dans un communiqué, le syndicat de police Alliance, a dénoncé dimanche, des "accusations inadmissibles envers les policiers et qui ont nom racisme, meurtres… ". Il entend saisir le procureur de la République et demande au ministre de l’Intérieur d’en faire de même. Il sera suivi par le syndicat des commissaires de la police nationale (SPCN) qui, dans un tweet, a parlé d’un "témoignage consternant" d’une "nouvelle star de la bêtise" qui démontre en deux minutes "la pauvreté de sa pensée", accompagnée d’arguments "scandaleux et calomnieux", diffusés sur le service public.

De tweet en tweet, la polémique enfle et prend des allures politiques. De nombreux élus de droite et d’extrême droite, comme Eric Ciotti (LR), Julien Odoul (RN), ont également dénoncé sur Twitter les "propos honteux" de l’artiste. Camélia Jordana a en revanche reçu le soutien public des élus européens insoumis tels que Manon Aubry et Manuel Bompard. L’ex-député LREM, Aurélien Taché, tout en lui apportant son soutien, lui a écrit que "le prix à payer va être terrible… Tu le savais. Ils vont nier puis retourner la charge de la preuve et une fois encore, chercher à faire passer les victimes pour des coupables. Cette France est si différente de celle dans laquelle nous avons grandi".

Dans un communiqué, publié dimanche soir, SOS Racisme apporte également son soutien à la chanteuse et "réitère sa demande que soit ouvert le chantier de la lutte contre le racisme au sein de la police et de la gendarmerie".

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Racisme - Violences et agressions - Bavure policière

Aller plus loin

Racisme en France : l’appel de la société civile à Édouard Philippe

SOS Racisme, de nombreuses associations, personnalités et partis politiques de gauche, signataires d’une pétition, demandent au premier ministre, Édouard Philippe, d’"ouvrir le...

Le ras-le-bol d’un Maghrébin contre le racisme en France

La multiplication des préjugés racistes à l’encontre du citoyen algérien, Idir, vivant en France, est dénoncée par celui-ci, lors d’une interview à un média français. Vu la...

Lutte contre le terrorisme : Human Rights Watch épingle la France

Le dernier bilan sur les droits de l’homme dans le monde publié par Human Rights Watch (HRW) fait état d’une violation flagrante de ces droits en France. Selon HRW, sous le...

Camélia Jordana accuse les policiers de "massacrer" les arabes et les noirs

L’actrice et comédienne, Camélia Jordana, a profité de son passage sur l’émission "On n’est pas couché" de Laurent Ruquier pour se prononcer sur les accusations de violences...

Ces articles devraient vous intéresser :

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.

Agression de MRE en Europe : le parlement marocain interpellé

Un parlementaire du parti de l’Istiqlal vient d’appeler Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération africaine, à agir pour combattre les attaques racistes répétées ciblant les Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Un ancien joueur marocain condamné pour viol sur sa fille

L’ancien joueur néerlandais d’origine marocaine, Tarik Oulida, a été condamné par le tribunal de Marbella (Malaga) à deux ans et demi de prison pour abus sexuels sur sa fille.

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Le Maroc face à l’urgence de réglementer les VTC

La bagarre entre un chauffeur de taxi et un autre sans licence (VTC), révélée par une vidéo devenue virale sur les réseaux, a fini par dégénérer. Les deux protagonistes ont causé des dommages réciproques à leurs véhicules. De tels incidents deviennent,...

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.