Mohamed Mustapha Tabet : l’effroyable parcours d’un commissaire violeur au Maroc

11 août 2023 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Il y a des légendes dans chaque domaine, et le crime n’y échappe pas. Le Maroc s’est un jour éveillé à l’ombre glaciale d’une telle figure. Son nom : Mohamed Mustapha Tabet, surnommé “Haj”. Plus que son titre de violeur en série, c’est le cynisme de ses actions et l’ampleur de ses forfaits qui ont ébranlé l’opinion publique : plus de 500 viols.

Haj n’était pas qu’un criminel ordinaire ; il était aussi un homme de loi, un commissaire de police. La dichotomie est saisissante : comment un protecteur de la justice peut-il commettre plus de 500 agressions sexuelles ?

Sa chute, aussi tragique qu’elle a été, nous révèle un réseau de cruauté bien organisé. Avant de rencontrer son triste sort – une condamnation à mort le 15 mars 1993 et une exécution le 5 septembre de cette même année – Haj avait orchestré un macabre spectacle. Que ce soit dans des voitures ou des appartements loués pour l’occasion, il immortalisait ses méfaits grâce à un système audiovisuel. Des mères, leurs filles et parfois même leurs grand-mères, étaient victimes de ces abus, parfois simultanément. Ces images, d’une horreur inimaginable, circulaient ensuite dans le sordide marché de la pornographie.

Mais le destin a ses tournures inattendues. En 1992 à Milan, Saïd, un Italo-marocain, regarde un de ces films pour une soirée entre amis. Son sang ne fait qu’un tour : l’une des victimes n’est autre que sa sœur. Ce choc le mène directement à Casablanca, où ses investigations révéleront l’étendue de la perversité de Haj. La justice finira par le rattraper.

Malgré le monstre qu’il était, Haj jouissait d’une protection d’État, rendant sa capture difficile. Il incarnait un paradoxe vivant. Tout en commettant ces atrocités, il était considéré comme un commissaire exemplaire. Il ne fumait pas, ne buvait pas, priait régulièrement et avait effectué plusieurs fois le pèlerinage à La Mecque.

Originaire de Beni Melal, Haj, alors âgé de 54 ans, avait vécu un passé tumultueux. Son premier mariage vola en éclats lorsqu’un commandant de police l’envoya en prison sur de fausses accusations, dérobant au passage son épouse. Haj, jadis professeur d’arabe, sera libéré quatre ans plus tard. Ironiquement, il rejoindra les rangs de la police. Mais au lieu de protéger et de servir, Haj a commis l’inimaginable, violant 518 femmes, dont 20 mineures, et produisant pas moins de 118 vidéos de ses méfaits.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Peine de mort - Police marocaine - Vol - Commissaire Tabet

Aller plus loin

France : condamné pour viol mais innocent, un Marocain bientôt réhabilité

En France, Julie D., une jeune fille qui avait accusé en 1998 Farid, adolescent marocain, de viol et d’agression sexuelle, a fait des confessions déconcertantes qui innocentent...

Salim Berrada, le violeur de « Tinder », devant la justice française

Le procès de Salim Berrada, le violeur de « Tinder », accusé d’avoir violé 13 femmes et agressé sexuellement quatre autres s’est ouvert lundi 18 mars devant la cour criminelle...

Maroc : prison ferme pour avoir réalisé des films pornos

Trois individus ont été condamnés, à Casablanca, en appel à des peines allant de douze mois à trois ans de prison ferme pour avoir tourné des films pornographiques.

Maroc : une pétition en ligne contre les viols de femmes sur les lieux de travail

120 femmes travaillant dans des fabriques de textiles au Maroc ont révélé avoir été violées par leurs responsables hiérarchiques. Une réalité effrayante pour des millions...

Ces articles devraient vous intéresser :

Interpol : les 11 Marocains les plus recherchés de la planète

Onze Marocains sont actuellement recherchés par l’organisation de la police internationale : Interpol. Ces individus, sous le coup de mandats internationaux, sont accusés de crimes et délits graves.

Dispositif exceptionnel pour le nouvel an au Maroc

La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) s’active pour garantir la sécurité des Marocains à l’occasion du nouvel an 2023. D’ores et déjà, il a été procédé à la mise en place d’un dispositif de sécurité spécial.

La police marocaine se modernise

La police marocaine s’est dotée de nouvelles voitures, motos et véhicules utilitaires hautement équipés techniquement. Cette dotation s’inscrit dans le cadre d’une vaste opération de modernisation de la flotte de véhicules de police au niveau régional...

Abdellatif Hammouchi donne des nouvelles priorités à la police en 2023

Afin de réussir sa mission en 2023, la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a défini de nouvelles priorités qui ont été dévoilées, jeudi, lors de la réunion organisée au siège de l’institution.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) annonce avoir programmé pour le mois de septembre, plusieurs concours en vue de recruter 6 000 agents de différents grades.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Des soucis avec les bagages à l’aéroport Mohammed V de Casablanca

L’aéroport Mohammed V de Casablanca, en collaboration avec la Royal Air Maroc (RAM) et l’Office national des aéroports (ONDA), vient de créer une équipe spéciale pour améliorer la gestion des bagages en correspondance.

Maroc : des sanctions disciplinaires à l’Institut royal de police

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé samedi une série de sanctions disciplinaires et de mesures d’évaluation des performances contre certains policiers de l’Institut royal de police (IRP). Cette annonce fait suite à une enquête...