Torture et faux en écriture : le double procès d’un commissaire marocain

11 mai 2024 - 15h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Condamné par la chambre criminelle (1ᵉʳ degré) de Marrakech à trois ans de prison ferme et une amende de 100 000 dirhams, un commissaire de police continue d’affronter la justice.

Un commissaire de police judiciaire par intérim exerçant à Imintanout a écopé d’une peine de trois ans de prison et d’une amende de 100 000 dirhams le 10 janvier 2023 pour avoir torturé un suspect. Mais il fait toujours face à la justice, car le ministère public a fait appel de ce jugement. Son deuxième procès s’est ainsi ouvert en mars 2023 devant la chambre criminelle (2ᵉ degré) de Marrakech. Il lui est reproché d’avoir commis des violences à l’encontre d’un prévenu, dénoncées par un rapport du procureur du roi près le tribunal de première instance qui a constaté des traces sur son visage. Il est également poursuivi pour falsification de documents officiels.

Selon la version de la victime, le commissaire l’a torturée à l’aide d’une matraque électrique, rapporte le quotidien Assabah, ajoutant que le procureur général du roi près la cour d’appel de Marrakech a ouvert une enquête sur la base du rapport établi par le parquet d’Imintanout. Lors de son audition, la victime a confirmé avoir été exposée à des violences et des menaces de la part du commissaire de police et de ses collaborateurs lors de son placement en garde à vue. Celui-ci faisait suite à une plainte déposée contre lui par un commerçant de matériaux de construction. Le même commissaire a été condamné dans un autre dossier. Il a d’ailleurs été définitivement révoqué de ses fonctions au sein de la police judiciaire.

À lire :Marrakech : un commissaire condamné pour détournement et extorsion de fonds

Après le report de plusieurs audiences en raison des absences de l’accusé, le deuxième procès se poursuit devant la chambre criminelle (2è degré) de Marrakech. Mercredi, celle-ci a reporté au 5 juin prochain l’audience afin de permettre au ministère public de procéder à la convocation de deux témoins. Quatre témoins ont déjà livré leur version concernant la torture qu’aurait subie le plaignant.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Marrakech - Amende - Prison

Aller plus loin

Mohamed Mustapha Tabet : l’effroyable parcours d’un commissaire violeur au Maroc

Il y a des légendes dans chaque domaine, et le crime n’y échappe pas. Le Maroc s’est un jour éveillé à l’ombre glaciale d’une telle figure. Son nom : Mohamed Mustapha Tabet,...

Un commissaire de police arrêté pour attentat à la pudeur à Fès

Une enquête a été diligentée, mercredi, à l’encontre d’un commissaire principal de police judiciaire exerçant dans la préfecture de Fès, soupçonné d’être impliqué dans une...

Marrakech : un commissaire accusé de relation extra-conjugale, detournement et extorsion

Un commissaire principal de police et la gérante d’une agence bancaire ont été déférés samedi devant le parquet près la cour d’appel de Marrakech, dans le cadre d’une affaire de...

Marrakech : un commissaire condamné pour détournement et extorsion de fonds

La cour d’appel de Marrakech a rendu son jugement dans l’affaire de détournement de fonds et extorsion impliquant un commissaire de police et une employée de banque.

Ces articles devraient vous intéresser :

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.