Le confinement a durement impacté la vie sociale des Marocains

14 novembre 2020 - 15h30 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le spectre d’un deuxième confinement plane sur le Maroc qui connait depuis quelques semaines une flambée des cas de contamination. En dehors des conséquences sur le plan sanitaire et économique, la sociologue Soumaya Naamane a indiqué dans une interview, que les retombées sur le plan social restent tout autant énormes.

La pandémie du Covid-19 et les mesures qui ont été prises ont engendré diverses émotions chez les Marocains. Mais le taux de contamination enregistré depuis la fin du confinement est très préoccupant. Le jeudi 12 novembre, le royaume a enregistré un nouveau pic de contaminations avec 6 195 nouvelles infections au Covid-19, portant le bilan total des personnes contaminées à 276 821. Un reconfinement est envisageable, surtout que le taux de reproduction du virus, actuellement de 1,22, a explosé.

La sociologue Soumaya Naamane souligne que le premier confinement a durement impacté le tissu social. Les familles se sont disloquées, chacun s’est retrouvé isolé face à un ennemi aussi dangereux que le virus. Aujourd’hui, les accolades, embrassades, signes d’affection et de considération ont laissé place à des salutations de loin sans chaleur, teintées de la crainte d’une contamination. La sociologue souligne que cet état de chose est «  une émotion très difficile à vivre  », rapporte menara.ma

Même après le déconfinement, les anciens réflexes ont du mal à revenir, et à raison. La peur d’être contaminée n’a jamais été aussi forte que ces derniers mois. Les moments de fêtes et de convivialité qui devraient permettre aux gens de se réunir sont interdits. Même les mariages se font avec une certaine restriction et dans la plus grande sobriété. Les funérailles qui doivent être des moments de soutien et de compassions se font avec le moins de monde possible.

Néanmoins, le confinement a permis à certains couples de renforcer leurs liens, comme il a creusé davantage le fossé entre d’autres, qui ont découvert à force de passer plus de temps ensemble, qu’ils ne s’aimaient pas vraiment. Un deuxième confinement serait catastrophique, prévient la sociologue qui souligne qu’en temps normal, on a besoin de la chaleur de ses proches pour vivre une difficulté, mais le Covid-19 impose de traverser une telle épreuve dans la solitude. Une situation que beaucoup supportent difficilement, précise la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Famille - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Déconfinement au Maroc

Aller plus loin

Le reconfinement envisagé au Maroc

Le spectre d’un reconfinement qui plane sur la tête des Marocains, était mardi, au cœur de l’intervention du chef du gouvernement devant les parlementaires. Saâd Eddine El...

Le gouvernement marocain divisé sur le reconfinement total

Alors que le Maroc fait face à une résurgence des cas de contamination au Covid-19, les membres du gouvernement peinent à s’accorder sur l’instauration d’un reconfinement total.

Essaouira rejoint la liste des villes reconfinées

Les autorités locales d’Essaouira ont annoncé, vendredi, le renforcement des mesures préventives visant à enrayer la propagation du Covid-19.

Au Maroc, les inégalités se sont creusées à cause du confinement

Le confinement imposé par les autorités marocaines pour freiner la propagation du coronavirus dans le royaume a donné un coup d’accélérateur aux inégalités sociales entre...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Chaque mois, Achraf Hakimi verse 100 000 euros à sa mère

Durant la coupe du monde Qatar 2022, les instants pleins d’amour entre l’international marocain Achraf Hakimi et sa mère ont ému les supporters et les internautes et témoignent de l’attachement de l’un envers l’autre. La star du PSG veille sur sa mère...

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Royal air Maroc relance une ligne vers le Portugal

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a annoncé la reprise de la liaison Casablanca-Porto. Cette ligne est restée suspendue depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Le Maroc met fin au PCR et pass vaccinal pour les voyageurs

Bonne nouvelle pour les touristes et les MRE souhaitant se rendre au Maroc. Les autorités sanitaires viennent de mettre fin à la présentation du PCR ou du pass vaccinal à l’entrée du territoire.

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.