Maroc : le confinement a aggravé les violences faites aux femmes

4 juillet 2020 - 15h30 - Maroc - Ecrit par : G.A

En dehors des formes de violences contre les femmes, connues de tous, le confinement a engendré d’autres types signalés dans les usines. Il s’agit de l’abus et de la coercition à l’égard des femmes, les privant de leurs droits à un environnement sûr et sécurisé, respectant les normes qu’exige la crise sanitaire.

Ces révélations sont contenues dans un rapport publié le mercredi 1ᵉʳ juillet par l’ONG MRA Mobilising for Rights Associates, en collaboration avec 16 associations marocaines de défense des droits des femmes. La collecte des données a eu lieu du 16 avril 2020 au 20 mai 2020. Il en ressort que 76,47% des répondants en ligne ont déclaré avoir remarqué des changements importants dans la nature des violences faites aux femmes durant l’état d’urgence sanitaire.

Ils ont souligné «  la menace d’expulsion de la femme de son domicile conjugal  », «  la menace de divorce et la pression exercée sur les femmes pour qu’elles renoncent à leurs droits en échange d’un divorce  ». Il y a également «  les insultes et critiques concernant les travaux ménagers, la cuisine et la scolarisation à domicile des enfants  », rapporte Aujourd’hui le Maroc.

Les violences qui ont émergé grâce au confinement sont aussi dangereuses que celles qui existaient. Mis à part «  le viol conjugal  », les «  pratiques sexuelles extrêmes  », et le «  harcèlement sexuel entre membres de famille  », certaines ont fait mention d’un isolement imposé par leur mari. Elles ne peuvent sortir de la maison, accéder à un téléphone ou un ordinateur. Le rapport a également indiqué que le prétexte de la pandémie a servi d’excuses à de nombreux époux qui ont privé leurs femmes de «  soutien financier  ».

Les associations ont aussi signalé «  le vol par le mari des économies de son épouse pour contribuer aux dépenses du ménage ou encore l’utilisation des indemnités Covid-19 à des fins autres que celles du ménage. Malgré la gravité de ces violences, les femmes se sont heurtées à de nombreux obstacles personnels, familiaux et externes pour porter plainte, n’ayant d’autre choix que de rester à la maison, à la merci de l’agresseur.

Dans son rapport, l’ONG MRA Mobilising for Rights Associates et les associations participantes ont suggéré plusieurs propositions de réformes pour la protection des femmes victimes de violence. Elles recommandent de donner aux forces de l’ordre des pouvoirs suffisants qui leur permettent de «  recevoir une plainte  », de «  recueillir les dépositions des témoins et de fournir une assistance et une protection immédiate sans attendre une autorisation du procureur  ».

Les ONG estiment que le ministère public doit aussi prévoir des ordres pour retirer immédiatement l’agresseur violent du domicile dès la réception d’une plainte afin que les femmes et les enfants puissent y rester. Selon les associations, les tribunaux doivent imposer la peine maximale pour toutes les infractions violentes commises contre les femmes et faire en sorte que les agresseurs reconnus coupables purgent entièrement leur peine avant d’être libérés, précise la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Harcèlement sexuel - Violences conjugales - Etat d’urgence au Maroc

Aller plus loin

Confinement : les violences conjugales en forte hausse

Les actes de violences à l’égard des femmes se sont accrus depuis que le confinement est devenu une réalité au Maroc. La Fédération des ligues des droits des femmes (FLDF) a...

Maroc : les violences envers les femmes ont explosé durant le confinement

Les violences basées sur le genre ont augmenté de 31,6% durant les périodes de confinement et d’urgence sanitaire par rapport à la même période de l’année 2019.

Maroc : 44% des femmes ont été violentées durant le confinement

Plusieurs études ont attiré l’attention sur les violences conjugales ont connu une explosion durant le confinement. La dernière en date est celle du réseau Chaml pour la...

Confinement, un danger pour les femmes victimes de violences conjugales

La période de confinement à des fins préventives, observée un partout dans le monde, crée un double stress aux femmes victimes de violences conjugales. C’est pour cette raison...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire sera-t-il à nouveau prorogé ?

Au menu du prochain Conseil de gouvernement qui se tiendra jeudi sous la présidence du Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, plusieurs sujets seront abordés dont l’examen du projet de décret relatif à la prorogation de la durée de l’état d’urgence...

Le Maroc prolonge à nouveau l’état d’urgence sanitaire

Comme prévu, le gouvernement marocain vient d’annoncer la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.