Une première au Maroc : un couple poursuivi pour adultère, acquitté

19 février 2021 - 19h30 - Ecrit par : A.S

Le tribunal de première instance de Zagora a rendu un jugement qui donne de la matière au grand débat sur la liberté des relations sexuelles hors mariage et les libertés individuelles en général. Il a acquitté un couple vivant en concubinage alors qu’il était accusé d’adultère.

« L’absence d’un acte de mariage ne constitue pas une cause permettant de considérer une relation sexuelle comme illégale ». Par cette décision, le tribunal de Zagora estime qu’un rapport sexuel consommé dans le cadre d’un « mariage sans acte » ne serait pas illégal. Comme on peut s’en douter, cette décision rendue le 15 février dernier, génère des avis divergents. Pendant que certains pensent qu’elle encourage et facilite la débauche, d’autres y voient un précédent qui pourrait faciliter l’abrogation de l’article 490 du Code Pénal marocain.

Cette affaire concerne une femme et un homme poursuivis pour adultère, suite à une plainte déposée par la « conjointe offensée », qui accuse également son époux de violence et expulsion du foyer conjugal. L’homme confie avoir « épousé la deuxième femme par la Fatiha sans une procédure de polygamie », ni celle du divorce. Quant à la femme épousée en seconde noce, elle précise que le mariage a été conclu par échange de consentement mais sans « établissement de l’acte », et que les fiançailles ont eu lieu en présence de sa famille, rapporte Medias24.

Sur les faits d’adultère, le tribunal invoque trois éléments pour appuyer son interprétation : les prévenus « vivent sous le même toit ». La prévenue se considère comme « épouse légitime » du prévenu, et les fiançailles ont eu lieu devant les membres de sa famille. Pour le juge, il n’y a pas lieu d’évoquer un adultère avec tous ces éléments réunis. C’est seulement sur la plainte pour violence conjugale et expulsion du foyer conjugal, que le tribunal de Zagora a décidé de condamner l’époux à 2 mois de prison ferme suivis d’une amende de 2000 DH et 10 000 DH pour réparer le préjudice subi par sa première épouse.

L’acquittement du couple pour faits d’adultère est contraire à la décision rendue par la Cour de cassation en 2017. Elle avait estimé qu’une relation entre homme et femme puise le « fondement » de sa « légalité » dans un « acte de mariage ou ce qui s’y substitue conformément au code de la famille ». Donc, selon la Cour, « la présence d’enfants ou la durée de cohabitation, sans établir ce fondement, soumet cette relation » aux sanctions prévues par l’article 490 du code pénal (rapports sexuels hors mariage).

Au Maroc, l’acte écrit est l’unique manière de prouver un lien conjugal selon l’article 16 du code de la famille. Selon le ministère de la Justice, certains époux ont recours à la « Fatiha » pour contourner des procédures judiciaires et les obligations qui en découlent, surtout en matière de polygamie ou de divorce. C’est aussi une manière pour certaines familles, de soustraire des mariages de mineurs aux radars de la Justice, précise la même source.

Tags : Procès - Zagora - Polygamie - Mariage - Ministère de la Justice et des Libertés - Code pénal marocain - Divorce

Aller plus loin

Maroc : prise en flagrant délit d’adultère, elle saute par la fenêtre

Pour éviter d’être surprise en flagrant délit d’adultère au domicile de son amant à Martil, une femme mariée a entrepris, samedi dernier, un geste suicidaire en tentant de s’échapper...

L’épouse d’un MRE et sa sœur poursuivies pour adultère

Deux sœurs mariées ont été interpellées, lundi à Youssoufia, pour relations extraconjugales. Les suspectes se trouvaient dans un appartement en compagnie de deux...

Asma Marabet : « la pénalisation de l’adultère est contraire à la morale islamique »

L’islamologue et chercheuse, Asma Lamrabet, appelle à la suppression de l’article 490 du code pénal qui punit les relations sexuelles hors mariage. Selon elle et le « collectif...

Tribunal de Rabat : un homme ne peut forcer son épouse à avoir des relations sexuelles

Le tribunal de la famille de Rabat a rendu le 9 mars dernier dans une décision inédite. Une première au Maroc qui risque de faire jurisprudence.

Nous vous recommandons

Repsol regrette son départ du Maroc

La société britannique Chariot a approfondi l’exploration du puits Anchois 2 initialement réalisée par l’entreprise espagnole Repsol au large de Larache, et a confirmé la présence d’une importante quantité de gaz. Une découverte au goût amer pour l’espagnol...

« L’Algérie perçoit le Maroc comme un potentiel ennemi »

Luis Martinez, chercheur et spécialiste du Maghreb, par ailleurs directeur de recherche au CERI-Sciences Po affirme que « l’Algérie ne perçoit plus le Maroc comme un rival, mais comme un potentiel ennemi » et que la décision d’Alger de rompre ses relations...

Le Maroc fixe de nouvelles règles pour les bureaux de change

L’office des changes a annoncé la publication d’une nouvelle circulaire relative aux obligations des bureaux de change en matière de vigilance et de veille interne, afin de lutter efficacement contre le blanchiment...

L’avis d’un spécialiste sur le "Tramdena", phénomène du Ramadan au Maroc

“Tramdena”, phénomène du ramadan au Maroc prend de l’ampleur chaque année. Le psychologue Reda Mhasni en décrypte les causes.

Casablanca : nouvelle extension de la ligne du busway

Casa Transport a annoncé une extension de 2,5 kilomètres des lignes du busway de la ville, dont la deuxième est prévue cette année.

Maroc : des réserves de cobalt pour fabriquer des batteries rechargeables

Le Maroc pense sérieusement à exploiter ses réserves de cobalt dans le but de se lancer dans la fabrication des batteries rechargeables. L’information a été donnée à l’agence de presse Reuters par un haut responsable de l’Office national des hydrocarbures et...

Le Maroc ne bloquera pas le gaz arrivant d’Algérie

La Directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) Amina Benkhadra, a donné la position du Maroc sur les rumeurs entourant le Gazoduc Maghreb Europe (GME). Selon elle, le royaume n’a pas l’intention d’empêcher...

France : la candidature de Zineb El Rhazoui pour les législatives contestée

La probable candidature de la journaliste polémiste Zineb El Rhazoui pour les législatives françaises, sur la liste LREM, ne plait pas à tout le monde. Elle est accusée d’être trop proche de l’extrême-droite.

Le Maroc dénonce « la fixation pathologique » de l’Algérie

L’ambassadeur du Maroc à Genève, Omar Zniber, a relevé, vendredi, à la 47ᵉ session du Conseil des droits de l’homme, « la fixation pathologique » de l’Algérie envers le Maroc qui pourtant « connait plus d’avancées en matière du respect des droits de l’homme »....

Bruxelles : une nouvelle victoire pour les étudiantes voilées

Deux étudiantes voilées ont remporté leur procès contre Bruxelles. Pouvoir organisateur de la Haute école Francisco Ferrer, la ville interdit le port du voile dans l’établissement.