La crise s’installe dans l’immobilier à Tanger

28 mars 2008 - 11h45 - Economie - Ecrit par : L.A

La chute risque d’être rude pour les promoteurs immobiliers de la ville de Tanger. Alors que la fièvre immobilière dans cette ville commençait à se faire sentir, la menace d’un ralentissement des ventes plane sur le secteur. Lors des premiers mois de 2008, le niveau des ventes a atteint des minimums historiques. Selon plusieurs promoteurs locaux, le total des ventes a régressé par rapport à la même période de 2007, certains estimant que le recul serait d’au moins 40%.

Pour la plupart des opérateurs, il s’agirait d’une circonstance de passage qui serait suivie d’une accélération des ventes pendant le deuxième semestre de l’année. Ce dernier coïncide d’ailleurs avec le début de l’été, haute saison des ventes dans l’immobilier, surtout à destination des MRE. Ces informations viennent jeter un coup de froid sur un secteur qui était en pleine santé en prévision d’une importante demande.

En 2007, ce sont quelque 30.850 logements de natures diverses qui ont été autorisés à Tanger, soit une superficie totale de quelque 3 millions de mètres carrés, selon des chiffres issus du ministère de l’Habitat. Ce chiffre constitue un record absolu jamais atteint auparavant dans la capitale du détroit. Il est en croissance de près de 30% par rapport à l’année 2006 au cours de laquelle ce sont plus de 23.000 logements qui avaient été autorisés.

Les projets qui comprennent plus de 7.200 logements économiques devraient héberger près de 150.000 personnes, de quoi porter la population totale de la ville de Tanger à plus d’un million d’habitants. Entre-temps, ce sont 12.500 logements qui ont été livrés en 2007. Plus des trois-quarts sont constitués d’appartements dont près de 5.000 de la catégorie économique.

Selon le ministère de l’Habitat, cette cadence devrait permettre d’éponger le déficit en logements que connaissait la ville de Tanger à l’époque. Mais si la crise s’installe, le nombre de logements autorisés risque de ne pas se traduire dans la réalité.

Actuellement, Tanger et sa région connaissent une très forte spéculation sur le prix de l’immobilier, surtout celui des terrains, et c’est cette spéculation qui serait à l’origine de l’hésitation des acheteurs. La rareté des terrains a provoqué une augmentation spectaculaire des prix lors des trois dernières années, ce qui ne manque pas de se répercuter sur les prix de vente.

Les nouveaux noyaux urbains prévus permettront d’un autre côté de réduire la charge sur l’aire métropolitaine de Tanger. Les futurs nouveaux quartiers d’Al Irfane en cours de construction, et les nouvelles villes de Melloussa, Gzenaya et Ksar Sghir apporteront une nouvelle offre en matière de foncier.

Surproduction

Les besoins de la ville sont de 8.000 logements par an en moyenne, ce qui est largement compensé par la production moyenne annuelle sur les cinq dernières années qui se situe à près de 15.000 logements par an.

A noter que les besoins de développement de Tanger risquent de doubler lors des prochaines années. Avec le lancement du port TangerMed et les futurs investissements prévus de Renault-Nissan et de leurs sous-traitants, la demande en logements risque d’exploser.
Cette surproduction devait aussi aider à réduire le prix de l’immobilier.

Source : L’Economiste - Ali Abjiou

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Tanger - Compétitivité - Crise immobilière Maroc

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, le marché de l’immobilier connaît un net ralentissement

Le marché de l’immobilier au Maroc marque des signes d’essoufflement cette année. C’est ce que révèlent les données publiées par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF).

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Maroc : l’aide au logement crée des mécontents

Alors que les primo-acquéreurs ont favorablement accueilli le nouveau programme d’aide au logement, les promoteurs immobiliers, eux, préfèrent jouer la carte de la prudence. Ils invitent le gouvernement à revoir les conditions pour rendre l’offre plus...

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant au Maroc

Le gouvernement marocain travaille à réglementer les hébergements alternatifs. Une nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant sera bientôt instaurée. Une manière pour lui d’encadrer le tourisme chez l’habitant.

Aide au logement : Un vrai succès chez les MRE

Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, confirme l’intérêt des Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour le nouveau programme d’aide directe au logement.

Immobilier au Maroc : des opportunités en vue

Le recul de l’inflation et la stabilité des taux de crédits immobiliers apportent non seulement un soulagement aux acquéreurs, mais ils suscitent également un nouvel espoir pour le marché immobilier.

Marocains, n’oubliez pas de déclarer les revenus fonciers

Le dépôt de la déclaration de revenus fonciers soumis à l’impôt sur le revenu (IR) et le paiement dudit impôt, doivent être effectués au plus tard le 29 février, a prévenu la Direction générale des impôts (DGI).

BTP : Le Maroc en mode « chantier permanent »

Le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) marocain est en plein essor. En 2024, l’investissement public dans ce domaine a connu une augmentation fulgurante de 56 % par rapport à l’année précédente, atteignant un montant de 64 milliards de...

Maroc : les MRE font grimper les ventes immobilières

Les transactions immobilières sont en hausse au Maroc en ce début d’été, avec la forte demande des Marocains résidant à l’étranger (MRE) et notamment en Europe, qui affluent vers le royaume pour y passer leurs vacances.