Des détenus salafistes redécouvrent l’amour

16 février 2007 - 00h00 - Ecrit par : L.A

Des prisonniers salafistes ont entamé des grèves de la faim pour amener le ministère de la Justice à leur permettre de se marier. Incarcérés à Casablanca, ils affirment craindre pour leur "stabilité" si la situation perdure.

Pour la première fois dans les annales des prisons marocaines, des détenus salafistes, condamnés dans le cadre des procès post-16 mai 2003, ont recouru à la grève de la faim pour « défendre leur droit au mariage ». Issam Chouider, Kamal Chetbi, Abdelhakim El Ghali, Mohamed Aâtour et Rédouane Alami ont observé, pour la deuxième fois, une grève de la faim les 12 et 13 février en protestation, affirment-ils dans un communiqué, contre le Parquet de Casablanca. Ce dernier, à les en croire, tarde à répondre à leurs demandes de permission de mariage en prison présentées aux autorités judiciaires depuis plus de huit mois. Soutenus par leurs co-prisonniers parmi les salafistes, les cinq détenus affirment qu’ils pourraient recourir à d’autres formes, plus radicales, de protestation. L’une des issues envisagées est une grève illimitée de la faim.

Selon l’association Annassir, ONG dédiée au soutien des détenus de la Salafiya Jihadiya, il n’y a pas de raison pour que les cinq détenus en question soient privés d’un droit dont jouissent leurs « frères » dans les autres établissements pénitentiaires du Royaume et notamment à Fès, Kénitra et Meknès où des mariages avaient été conclus par des adouls à l’intérieur des prisons avec l’aval du ministère de la Justice.
Selon la même association, près d’une vingtaine de mariages ont été conclus de la sorte dans les prisons marocaines depuis les attentats du 16 mai 2003 et les procès qui s’en sont suivis.

« Cela participe à la stabilité mentale des détenus, mais aussi à la stabilité de leurs familles malgré les conditions de détention et la séparation », argumente Abderrahim Mouhtade, président de Annassir qui affirme que la revendication desdits prisonniers « constitue un pas en avant ». « La majorité de cette catégorie de détenus étaitent contre les actes de mariage officiels. Aujourd’hui, ils reconnaissent implicitement les institutions et il faut les aider dans ce revirement positif », explique M. Mouhtade.

Mohamed Aâtour purge une peine de prison à perpétuité. Kamal Chetbi, extradé d’Espagne, a été condamné à 20 ans de prison, alors que Abdelhakim El Ghali, Issam Chouider et Rédouane Alami avaient écopé de dix ans de prison ferme pour leur implication dans des entreprises terroristes.

Ces derniers, selon des sources salafistes, ont conclu leurs mariages en dehors des murs de la prison par familles interposées. Le choix de l’épouse se fait généralement parmi les femmes proches d’un co-détenu salafiste alors que les familles respectives se chargent du reste des formalités. Qu’est-ce que cela coûte ? « Presque rien du tout », expliquent les mêmes sources, surtout que la dot est réduite au minimum.

Le Droit à l’intimité conjugale

La « khoulwa Chari’ya » (Droit à l’intimité conjugale) est octroyée dans les prisons marocaines aux époux qui justifient d’actes de mariage. Les détenus de la Salafiya Jihadiya en ont fait l’une de leurs principales revendications et n’ont cessé depuis de demander l’amélioration des « conditions d’accueil », mais aussi de disposer de plus de temps. Dans les prisons, selon des sources salafistes, les « frères » s’arrangent entre eux pour bien gérer la « khoulwa ». Le « moment d’intimité » intervient généralement une fois tous les 20 jours et la « détente » peut s’étaler sur une demie-journée. Dans certaines prisons, ce sont les détenus salafistes qui ont fini par se retrouver au centre des protestations des prisonniers de droit commun. Ces derniers accusent les premiers de trop accaparer les lieux. Et le temps.

Aujourd’hui le Maroc - Mohamed Boudarham

Tags : Terrorisme - Famille - Insolite - Prison - Mariage

Nous vous recommandons

Stéphanie de Monaco donne le top de départ du Rallye Aïcha des Gazelles

C’est depuis la place du palais que Stéphanie de Monaco a donné samedi 19 mars, le coup d’envoi (catégorie électrique) de la 31ᵉ édition du Rallye Aïcha des Gazelles. Une course qui réunit au Maroc des femmes passionnées d’aventures et de sensations...

Maroc : un « macabre dictionnaire » pour démystifier les tests de la virginité

« Le macabre dictionnaire des tests de virginité » est la dernière publication du Mouvement alternatif des libertés individuelles (MALI) pour dénoncer et condamner les risques de la sacralité, de la virginité féminine et toutes les pratiques cruelles qui...

Relations Russie-Maroc : la Russie recadre un journal algérien

La Russie a apporté un démenti formel aux allégations du journal algérien Al Shorouk selon lesquelles ses relations avec le Maroc se sont refroidies.

Ismail Ben Otmane, major des écrits au concours d’entrée 2022 à HEC

Ismail Ben Otmane, élève en prépa ECT à Notre-Dame du Grandchamp, a terminé major des écrits au concours d’entrée 2022 à HEC. Le jeune Marocain de 20 ans se confie sur son parcours, sa méthode de travail et sa réaction face aux...

Nora Fatehi interrogée dans une affaire de blanchiment d’argent

Nora Fatehi a été à nouveau convoquée par la Direction de l’application de la loi (ED) de l’Inde, agence de lutte contre la criminalité financière. Citée dans une affaire de blanchiment d’argent, la célèbre actrice de Bollywood est soumise à un interrogatoire...

Nouvelle prouesse de la Marocaine Bouchra Baibanou

Une récompense de plus sur le tableau de chasse de la championne d’alpinisme marocaine, Bouchra Baibanou. Jeudi dernier, elle a escaladé avec succès, le sommet de l’Annapurna dans l’Himalaya.

Sahara : l’Égypte réitère son soutien au Maroc

L’Égypte, à travers son ambassadeur au Maroc, a réitéré son soutien total, à l’intégrité territoriale du Maroc. Ces déclarations interviennent au moment où le président algérien Abdelmadjid Tebboune est en visite de travail dans le...

Vague de chaleur dans plusieurs provinces marocaines (+48 degrés)

Une vague de chaleur, type Chergui, est attendue dans la majeure partie du Maroc à partir de vendredi 9 juillet, avec des températures qui connaîtront une hausse sensible. Cette hausse dépassera la normale mensuelle de 5 à 10...

Les chrétiens marocains heureux du départ des islamistes

Les chrétiens marocains savourent le départ des islamistes du PJD, parti au pouvoir depuis 10 ans. Ils saluent l’ascension des partis libéraux, notamment le Rassemblement national des indépendants (RNI) dirigé par le milliardaire Aziz Akhannouch, désormais...

Le dirham chute face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 0,38 % face au dollar américain et s’est dépréciée de 0,68 % vis-à-vis de l’euro, au cours de la période allant du 25 novembre au 1ᵉʳ décembre 2021. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib...