Les avocats des détenus du Hirak dénoncent l’exclusion de leurs clients de la grâce royale

14 avril 2020 - 00h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Dans une correspondance adressée au ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader, les membres du comité de défense des détenus du Hirak du Rif, le bâtonnier Abderrahim Jamai et les avocats Abdelaziz Nouidi, Asmaa El Ouadii et Mohamed Aghnaj se sont plaints que leurs clients aient été " exclus de la liste des personnes graciées".

Les quatre membres du comité de défense des détenus du Hirak du Rif ont dénoncé cet état de choses et ont indiqué que "ce traitement est contraire à l’État de droit et des institutions, et peut être décrit comme injuste, discriminatoire et sélectif". Par conséquent, ils demandent à "connaître les motifs qui ont empêché leurs dossiers d’être étudiés par la Commission", et "une explication sur leur non-inscription sur la liste des personnes graciées, et le non-accès à leurs dossiers médicaux".

À en croire les auteurs de la lettre, le dossier médical indique clairement "que nombre d’entre eux sont porteurs de maladies qui menacent leur sécurité à tout moment".

"Nous sommes prêts à vous rencontrer dans les limites de vos pouvoirs, pour vous donner ce dont vous pourriez avoir besoin, à partir de déclarations ou de données qui vous montrent leur droit à être traités de manière égale et dans le respect de leur droit à la santé et à la sécurité", écrivent-ils à Mohamed Benabdelkader.

Par ailleurs, les quatre avocats appellent à "revoir certains articles de Dahir de grâce", et à "y apporter des modifications". Selon eux, ces articles de loi "ne suivent plus le rythme sociétal et juridique du Maroc aujourd’hui".

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Grâce royale - Prison - Ministère de la Justice et des Libertés - Hirak - Manifestations à Al hoceima

Aller plus loin

Des détenus du Hirak d’Al Hoceima et Jerada graciés par le roi Mohammed VI

Mortada Iamrachen qui avait été condamné pour apologie du terrorisme vient de bénéficier de la grâce du roi Mohammed VI accordée à 755 détenus dont 107 personnes condamnées...

Maroc : les détenus graciés par le roi Mohammed VI placés en quarantaine

Les détenus graciés par le roi Mohammed VI doivent respecter la période de confinement sanitaire à domicile, selon les exigences des autorités sanitaires.

Ces articles devraient vous intéresser :

Aïd Al Mawlid : le roi Mohammed VI accorde sa grâce à 672 personnes

Le roi Mohammed VI a gracié 672 personnes à l’occasion de l’Aïd Al Mawlid Annabawi, célébré ce dimanche 9 octobre au Maroc. Ces détenus avaient été condamnés par différents tribunaux du Royaume.

Qu’est ce qui explique l’augmentation des divorces au Maroc ?

Les cas de divorce se sont envolés ces deux dernières années au Maroc. Rien qu’en 2021, près de 27 000 divorces ont été enregistrés. Pour le ministre de la Justice, cela s’explique par une prise de conscience des couples sur la nécessité de mettre fin...

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Le roi Mohammed VI nomme de nouveaux magistrats dans les juridictions financières

Le Roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a approuvé la nomination de 30 nouveaux magistrats dans des postes de responsabilité au sein des juridictions financières.

Des personnes condamnées pour terrorisme graciées par le roi Mohammed VI

Le roi Mohammed VI a gracié quelque 1518 personnes à l’occasion de l’Aïd al fitr fêté ce samedi 22 avril au Maroc, dont certaines ont été condamnées dans des affaires de terrorisme. Voici le détail de ces grâces :

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Appel à la libération « immédiate » de Nasser Zezafi

À l’occasion de la Journée internationale des populations autochtones le 9 août, cinq organisations internationales de défense des droits humains ont appelé à la libération « immédiate et inconditionnelle » de Nasser Zefzafi, leader du mouvement de...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.