Double nationalité, chance double ?

20 décembre 2005 - 19h27 - Marocains du monde - Ecrit par :

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Préparer un meilleur avenir aux enfants, trafiquer dans la tranquillité, échapper aux lois marocaines. Les raisons de la double nationalité sont nombreuses. Certains en profitent pour fructifier leurs affaires occultes.

J’avoue que quand je montre mon passeport français, l’accueil est différent, ça passe mieux disons. Mais si j’avais commis un délit, je ne pense pas que ma nationalité française m’aurait servi à quelque chose ». Voilà ce que pense un Marocain résidant en France. C’est tout à fait vrai d’ailleurs. Plusieurs Marocains ayant la double nationalité exhibent plus volontiers leurs documents étrangers que leurs pièces d’identité marocaines chaque fois qu’on le leur demande. Pourquoi ? « Les autorités marocaines ne traitent pas les Marocains d’une façon égale. Si tu as la double nationalité tu as beaucoup d’avantages, surtout en justice », explique un autre Franco-Marocain. « On t’appelle monsieur et on te dit bonjour, merci, c’est déjà beaucoup ! », lui rétorque un troisième.

La nationalité est un enjeu certes, mais il dépasse souvent ces questions de tous les jours. Plusieurs personnes pensent qu’en acquérant la double nationalité, cela leur permettrait de bénéficier d’une certaine immunité sur le sol marocain. Ce qui n’est pas tout à fait vrai.

En 1995, la campagne anti-drogue menée par l’Unité de coordination de la lutte antidrogue (UCLAD), sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, a débouché sur l’arrestation, le 19 décembre de la même année, d’Abdelaziz El Yakhloufi, à Tétouan. Or ce même El Yakhloufi possède la double nationalité marocaine et espagnole. On a découvert alors qu’il était un des plus grands caïds du nord du pays. Son business englobait toute une filière, allant du transport au stockage de la drogue dans sa réserve de chasse de la région de Tétouan, et l’envoi en Espagne par voie maritime. Il disposait de comptes bancaires un peu partout, au Maroc, à Gibraltar, en Espagne et même au Canada, et possédait également plusieurs sociétés dans ces pays ainsi que des biens immobiliers.

Avec sa double nationalité, ce trafiquant pouvait espérer échapper à la justice marocaine puisqu’il lui suffisait de faire quelques kilomètres pour se retrouver « chez lui » à Sebta. Finalement, il a été appréhendé et a écopé de 10 ans de prison, double nationalité ou pas.

Un passeport pour la grande délinquance

La question des trafiquants est d’ailleurs un des thèmes majeurs des relations entre l’Espagne et le Maroc. Mohammed VI avait d’ailleurs déclaré lors d’une interview accordée au journal français Le Figaro : « Ce que nous n’acceptons pas, c’est que Madrid dise que toutes les difficultés de l’Espagne viennent du Maroc. Qu’il y ait des mafias au Maroc qui vivent de l’émigration clandestine et du trafic de drogues, c’est vrai. Mais en Espagne il y a aussi des mafias et elles sont plus riches qu’au Maroc (...). Quant aux trafiquants de drogue marocains ils ont des passeports espagnols et des comptes bancaires en Espagne. Ce n’est pas nous qui leur avons accordé une double nationalité. Disons que la responsabilité est partagée, mais du côté du Maroc c’est beaucoup par manque de moyens ».

La double nationalité n’est pas à mettre en cause en elle-même. C’est surtout son exploitation à des fins peu avouables qui est en question. Cela rappelle un peu la situation du Maroc peu avant et durant le protectorat, quand les riches marchands marocains se mettaient sous la protection de la France dans leur propre pays. Situation bizarre qui enlève tout son sens à la citoyenneté. Il semble que la même mentalité sévit aujourd’hui. Avoir la double nationalité est vu comme une sorte de moyen magique pour échapper à « l’intérieur ». C’est pourquoi, les nationaux ne résistent pas trop lorsque quelqu’un les invite à changer de sol.

Les Marocains, pourvu qu’ils aient les moyens financiers et aussi la volonté, peuvent s’établir dans d’autres pays où ils auront toutes les facilités pour obtenir la nationalité. Le Canada est un pays qui ne cache pas ses projets tendant à recruter des Marocains riches afin qu’ils y investissent leurs fortunes. Tout le monde ne peut évidemment pas être candidat, puisqu’il faudrait disposer d’une somme assez conséquente pour cela : 5 millions de dirhams en devises. Rien de moins. Le Canada avait instauré, en 1986, un système judicieux pour attirer les étrangers à travers le programme d’immigration des investisseurs. Le problème n’est pas qu’un tel programme existe. C’est le fait qu’il y ait des Marocains prêts à tenter l’aventure. La raison peut être trouvée dans la situation propre au Maroc. Tout le monde n’en pense pas la même chose et certains préfèrent s’installer ailleurs. Au moment où plusieurs MRE préfèrent revenir définitivement au pays et y investir leurs économies, des citoyens ne pensent qu’à quitter pour un avenir meilleur. Une autre nationalité est toujours la bienvenue. Mais on ne parle pas de nationalité malienne ou égyptienne. On recherche surtout les nationalités européennes, canadienne et américaine. Et on fait l’impossible pour les obtenir.
Les mariages mixtes sont devenus une méthode largement utilisée et les Marocaines, quand approche le mois de l’accouchement, font le voyage pour donner naissance à leur bébé en terre américaine ou européenne. Ce n’est pas tout. On a l’impression que ce phénomène est limité à des citoyens vivant dans des conditions difficiles. Ce n’est plus le cas, puisqu’on compte de plus en plus les doubles nationalités parmi les classes les plus aisées.

Hakim Arif - La Vérité ( article paru en juin 2005)

Sujets associés : Intégration - Code de la nationalité - Double nationalité - MRE

Suivez Bladi.net sur Google News

Nous vous recommandons

Intégration

Le Figaro expose les efforts du royaume dans la lutte contre le djihadisme

L’engagement de l’Institut Mohammed VI pour la formation des imams et des mourchidates, était au cœur de la parution de ce vendredi 8 janvier du Figaro. Jean-Marc Gonin, l’envoyé spécial du journal, inscrit cela au titre des efforts du Maroc en matière...

Le Pape François appelle tous les croyants à jeûner une journée du mois de Ramadan

Le pape François a appelé les "croyants de toutes confessions" à s’unir jeudi à la communauté musulmane du monde pour une journée de jeûne et de prière afin de demander à "Dieu d’aider l’humanité à vaincre la pandémie du...

Espagne : une élève voilée expulsée d’une école près de Madrid

Une mineure de 13 ans a été expulsée durant quinze jours d’un centre éducatif à Guadalajara, près de Madrid, pour avoir porté le hijab. La jeune fille aurait été avertie à plusieurs reprises que le port du voile en classe viole les règles de...

Mohammed VI écrit à Emmanuel Macron

Le Roi Mohammed VI a adressé ses sincères félicitations au Président de la République française, à l’occasion de la fête nationale de son pays.

Hamza, un exemple d’intégration d’un mineur marocain en Espagne

Hamza Bouqaid, un migrant marocain qui vient d’avoir 18 ans, a obtenu son premier contrat de travail en tant qu’agent d’entretien au club Nazareth pendant cette saison estivale.

Code de la nationalité

Covid-19 : des Marocains parmi les 12 000 travailleurs naturalisés en France

Plus de 12 000 travailleurs étrangers dont des Marocains ont été naturalisés en France depuis le début de la pandémie. Ce sont des travailleurs restés en « première ligne » durant la crise sanitaire, a annoncé jeudi 9 septembre, le ministère de l’Intérieur...

Covid-19 : encore des Marocains naturalisés en France

Des Marocains font partie des travailleurs étrangers naturalisés en France la semaine dernière pour leur investissement citoyen pendant la crise sanitaire.

Double nationalité

« Bons baisers du bled » : émouvante histoire du premier voyage au bercail des enfants d’immigrés

Avec « Bons baisers du bled », Linda Bendali, journaliste d’investigation donne la parole aux familles d’immigrés sur leurs vacances dans leurs pays d’origine. Que ce soit au Maroc, en Algérie ou en Tunisie, il s’agirait d’un « retour aux origines » pour...

Marhaba 2021 : la Fondation Hassan II met en place un centre d’accueil

Un centre d’accueil dédié aux Marocains résidant à l’étranger (MRE) ouvrira du 25 juin au 15 septembre, au siège de la Fondation Hassan II, à Rabat, dans le cadre de l’opération Marhaba 2021, a-t-on annoncé...

Un journal espagnol se moque (gentiment) des joueurs binationaux marocains

14 des 26 joueurs de l’équipe nationale marocaine sont nés à l’étranger, ce qui fait d’elle l’équipe comptant le plus d’« étrangers » à la Coupe du monde. Ces binationaux, dont Achraf Hakimi et Munir Mohamedi nés en Espagne, font la force des Lions de l’Atlas qui...

Frank Leboeuf s’excuse après ses propos sur le Maroc

Livrant son analyse sur la victoire du Maroc face à la Belgique (2-0), l’ex-international français reconverti en consultant a provoqué une grosse polémique. Il ne tardera pas à présenter ses excuses au peuple...

L’Espagne va retirer la nationalité à 78 bébés marocains

L’Espagne a engagé des procédures administratives de retrait de la nationalité pour 78 bébés marocains nés à Melilla et inscrits au registre d’état civil comme espagnols.

MRE

Une Marocaine confinée en Inde (vidéo)

Kinésithérapeute dans un hôpital en Inde, Laila Lahlou vit un confinement strict depuis le 22 mars dernier, date de l’entrée en vigueur des mesures de l’état d’urgence dans le pays.

Marhaba 2022 : les MRE dénoncent le long temps d’attente à Sebta et Melilla

L’Association des travailleurs immigrés marocains en Espagne (ATIM) a dénoncé le traitement réservé aux Marocains d’Europe à la frontière de Sebta ou Melilla, où ils passent des heures avant d’entrer au Maroc dans le cadre de l’Opération...

La galère des MRE à la frontière de Sebta (vidéo)

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) n’en peuvent plus de passer des heures à la frontière de Tarajal avant d’entrer au Maroc. Ils ont manifesté pour demander aux autorités de trouver une solution à cette...

Sebta : une MRE de 27 ans, maman d’une fillette de 3 ans, succombe au covid-19

Une jeune maman de 27 ans est décédée des suites d’une infection au covid-19, laissant derrière elle une petite fille de 3 ans. Il s’agit du quatrième décès enregistré dans l’enclave espagnole de Sebta.

La contribution des MRE au développement du Maroc au cœur d’une conférence à Londres

Comment encourager les Marocains résidant à l’étranger (MRE) à contribuer au développement économique du Maroc ? C’est le thème de la première d’une série de conférences initiée par la Fondation Trophées Marocains du Monde (FTMM) et BM Magazine. La rencontre s’est...